7 jours de safari dans le parc national Kgalagadi

parc national Kgalagadi

7 jours de safari dans le parc national Kgalagadi

 

Beaucoup moins connu que le Kruger, le parc national Kgalagadi est depuis 1999 un parc transfrontalier à cheval sur l’Afrique du Sud et le Botswana d’une superficie de 38 000 km² au total dont 9 591 km² en Afrique du Sud. J’ai réalisé mes safaris en juin dans la partie sud-africaine du parc national Kgalagadi qui offre de meilleures infrastructures en matière d’hébergements et de pistes.

Depuis Johannesbourg, j’ai rejoint le parc national Kgalagadi en deux jours de route, ce qui représente déjà une petite aventure d’environ 1000 km.

parc national Kgalagadi, springboksQuels animaux voir dans le parc national Kgalagadi ?

Deux des Big 5 vivent dans le parc national Kgalagadi : le lion et le léopard. Il n’y a ni buffles, ni rhinocéros ni éléphants. Ce qui pourrait être un désavantage est en réalité un atout car cela fait du parc national Kgalagadi  un sanctuaire sauvage tout à fait unique en Afrique du Sud.

Le parc national Kgalagadi comptabilise 79 espèces de mammifères, 284 espèces d’oiseaux, 18 reptiles et 11 amphibiens. Les espèces sont adaptées au milieu désertique du Kalahari qui reçoit en moyenne 200 mm de pluie par an. Ce n’est pas un hasard si l’oryx est l’emblème du parc national Kgalagadi.

parc national Kgalagadi, rollier variéParmi les mammifères incontournables du parc national Kgalagadi, on trouve le lion dont la population est estimée à 450 têtes, le guépard qui s’observe également régulièrement (200 individus) et les 600 hyènes brunes qui restent néanmoins difficiles à rencontrer du fait de leurs activités nocturnes. Suricates et otocyons sont deux espèces phares du parc national. Parmi les antilopes, élands, springboks, steenboks, gnous et bubales sont les plus fréquemment observés avec l’oryx. Du côté des oiseaux, 92 espèces sont résidentes à l’année, les autres sont des migrateurs.

Oryx, parc national KgalagadiMon itinéraire et mes observations dans le parc national Kgalagadi

Les deux pistes principales du parc national Kgalagadi suivent les lits des deux rivières asséchées : la Nossob et Auob. Elles sont accessibles aux deux roues motrices. Plusieurs pistes transversales nécessitent un 4×4 comme le Leuwdrill 4×4 trail, le Bitterpan 4×4 trail (réservé aux hôtes du Bitterpan Wilderness Camp), le Gharagab 4×4 trail (réservé aux hôtes du Gharagab Wilderness Camp) et le !Xaus 4×4 trail (réservé aux hôtes du !Xaus lodge). Je recommande fortement l’usage d’un 4×4 pour explorer le parc national Kgalagadi. Les distances sont longues, il faudra aussi y penser lors de vos déplacements.

Fauconnet d'Afrique, parc national KgalagadiTwee Rivieren – Auchterlonie – Kij Kij – Melvlei – Twee Rivieren (134 km)

Pour ce premier jour de safari, nous avons longé la rivière Auob jusque Auchterlonie. Le long de la piste, les oiseaux ont été mis à l’honneur : fauconnet d’Afrique, sporopipe squameux, autour chanteur, tourterelle masquée, autruche, serpentaire, mahali à sourcils blancs, drongo brillant, traquet du Cap.

Le lit de la rivière est aussi le lieu d’habitat de nombreux oryx qui vivent en petits troupeaux ainsi que de springboks. Sur le bord de la route, on a aussi croisé nos premiers écureuils de terre du Cap. Sur le moment, on a cru que c’était des suricates mais non…

parc national Kgalagadi
Musée d’Auchterlonie, parc national Kgalagadi
Musée d’Auchterlonie, parc national Kgalagadi

En route, on fera également une halte au musée d’Auchterlonie qui restitue ce qu’était la vie ici il y a un peu plus de 100 ans. C’est aussi un site de pique-nique. Il est déjà 11h15 quand nous quittons le musée. Du coup, on a pris la piste transversale. On y a vu des oryxs, des autruches et des steenboks. Dès qu’on s’éloigne des lits de rivière, la densité animale diminue fortement.

Guépard, parc national KgalagadiA Kij Kij, on remonte vers le nord jusqu’au site à pique-nique de Melkvlei. En route, nous croisons trois guépards le long de la route, une mère et deux jeunes en âge de chasser maintenant. Dans le même secteur, on croisera quelques outardes kori.

Sur le retour au camp de Twee Rivieren, on verra nos premiers bubales, de nouveaux autours chanteurs et des républicains sociaux autour de leur énorme nid. En fin d’après-midi au point d’eau de Samevloeiing un aigle martial passera au dessus du 4×4.

Autour Chanteur, parc national KgalagadiTwee Rivieren – Nossob – Bitterpan (216 km)

Cette seconde journée est une longue journée sur les pistes du parc national Kgalagadi. La journée commence par des observations d’oryx, de gnous (nos premiers), de spingboks et d’autruches. Elle se poursuit avec plusieurs rencontres d’autours chanteurs. C’est le rapace que nous verrons le plus souvent de tout notre voyage dans le parc national. Chez les adultes, le plumage est uniformément gris-bleu pâle ou gris argenté. La femelle est un peu plus grande mais comme les observations se font le plus souvent sur des individus isolés, c’est difficile de définir le sexe de l’oiseau. Je l’aime bien ce rapace. A force de le croiser, il faisait parti du voyage.

Atruche, parc national KgalagadiCette nouvelle journée a été l’occasion de croiser de nouvelles espèces d’oiseaux comme le vanneau couronné, le faucon pèlerin, le ganga de Burchell et la tourterelle du Cap. Et de nouveaux mammifères également, nos premiers suricates et chacals à chabraque.

A Nossob, nous nous ravitaillons en essence et en nourriture car il n’y a pas de restaurant au Wilderness Camp de Bitterpan et la route est encore longue. Les 54 km de piste du Bitterpan 4×4 Trail sont réservés aux hôtes du camp. C’est une piste en one way. On ne peut croiser personne dans l’autre sens. Elle est réservée aux 4×4. Il n’est nul besoin d’être un conducteur hors pair pour la fréquenter. Il y a juste une dune à passer en position 4×4 qui demande un peu plus de dextérité. Les paysages de dunes flanquées d’arbustes sont magnifiques. On croise peu d’animaux, quelques steenboks, rongeurs, suricates et quelques oiseaux dont le traquet fourmilier.

parc national KgalagadiOn arrive au Bitterpan Wilderness Camp sur le coup de 16h30. Le camp est constitué de quatre cabines sur pilotis pour deux personnes et d’un espace commun comprenant un braai, une cuisine et une salle à manger. Le camp surplombe un pan asséché. On assiste au coucher de soleil tout en sirotant notre traditionnelle bouteille de Savanna Dry.

Bitterpan Wilderness camp, parc national Kgalagadi

Bitterpan wilderness camp, parc national Kgalagadi

Bitterpan – Moravet – Dikbaardskolk – Union’s end – Gharagab (257 km)

Cette troisième journée de safari sera la plus longue en kilomètres. Direction un autre Wilderness camp, celui de Gharagab au nord du parc national Kgalagadi. Nous prenons la direction de Moravet puis de Dikbaardskolk. Le paysage est splendide, peut-être encore plus beau que la veille. Nous croisons de nombreux steenboks mais aussi un peu plus d’oiseaux en cette heure matinale dont le sporopipe squameux, l’outarde Kori et quelques oryx.

Outarde Kori, parc national KgalagadiA Dikbaardskolk, nous prenons notre petit-déjeuner et profitons des toilettes avant de repartir en direction de Nossob. Le long de la rivière, nous croiserons à nouveau de nombreux oryx, des sporopipes squameux, autruches, bubales et deux rapaces que nous n’avions pas encore observés : le vautour africain et l’aigle ravisseur.

Nouveau ravitaillement en nourriture et en essence au camp de Nossob et on poursuit vers le nord. Vu la distance à parcours encore, nous devons rouler souvent autour de 40 km/h. Cela ne facilite pas les observations, les talus non plus qu’on trouve le long de la piste. Nous verrons une grande quantité d’oryx et de bubales dans ce secteur.

Grands Koudous, parc national KgalagadiAu waterhole de Kousant, nous observons de nombreux amadines à tête rouge et serins de Sainte-Hélène venus s’abreuver ainsi qu’un bateleur dans le ciel. Au pan de Kannaguass, nous regarderons de nombreux écureuils aller et venir autour de leur terrier. Un peu plus au nord, nous verrons un groupe de grands koudous au milieu d’une forêt clairsemée. On ne puisse pas dire que le parc national Kgalagadi soit vraiment adapté à leur biotope.

A Union’s End, on s’engage sur les 32 km du Gharagab 4×4 trail réservés aux hôtes du Gharagab Wilderness Camp et aux 4×4. La piste est facile et le paysage spectaculaire. On y a croisé un peu plus de faune que dans le secteur de Bitterpan : oryx, autruches, steenboks, drongos. Nous arrivons juste avant le coucher de soleil. Le Gharagab wilderness camp est composé de 4 chalets disposant de leur propre cuisine. Ils font face à un petit pan éclairé la nuit. La veille une lionne a passé une bonne partie de la nuit dans le camp. Alors, nous avons guetté jusque tard dans la nuit et tôt le matin aussi. Quelques springboks sont passés, un chacal aussi mais point de lionne.

Gharagab wilderness camp, parc national KgalagadiGharagab – Gharagab (108 km)

Aujourd’hui, nous partons pour une petite journée de safari. Les paysages de savanes et de dunes sont vraiment beaux. Et quel luxe d’avoir tout ce calme pour nous seul quasiment, en tout cas jusqu’à Lijersdraal. Nous avons pris notre temps et avons fait de chouettes observations : autours chanteurs, steenboks, outardes Kori, bubales,  chacals à chabraque et blaireaux en même temps (voir photo ci-dessous). Très clairement, les chacals suivaient les blaireaux pour trouver une opportunité de manger rongeurs, serpents ou autre mets de choix. Je n’ai malheureusement pas de photo de qualité de cette interaction à cause des hautes herbes jaunies de la savane.

Blaireau de dos et chacal à chabraque, parc national KgalagadiAprès Lijersdraal, les grandes étendues de la rivière Nossob nous ont permis d’observer nos habituelles antilopes mais aussi des vanneaux couronnés, un crécerelette aux yeux blancs, un faucon pèlerin, des grands koudous, sans doute le même groupe que la veille car nous sommes dans le même secteur.

On mange vers 14h00 à Union’s End. C’est agréable de se dégourdir les jambes et de se remplir l’estomac. Nous revenons ensuite un peu en arrière jusqu’au waterhole de Geinab. On y observe des amadines à tête rouge, un rollier à longs brins et un calao à bec jaune. On retourne ensuite tranquillement sur le camp de Gharagab sans voir d’animaux. Il est sans doute encore trop tôt. Nous n’en verrons pas plus autour du camp.

Gharagab 4x4 trail, parc national KgalagadiGharagab – Lijersdraal – Nossob – Bitterpan (167 km)

Pour cette 5ème journée de safari, nous reprenons la route du sud du parc national, direction le Bitterpan Wilderness Camp. Oryx, autours chanteurs, steenboks et chacals à chabraque seront sur notre passage jusqu’à Lijersdraal. Pour la première fois, nous croisons une huppe faciès sagement posée sur une branche.

Dans la direction de Nossob, oryx et bubales sont nos principales rencontres. A Kousant, nous retrouvons nos amandines à tête rouge et j’ai enfin de bonnes conditions pour les photographier au niveau du plan d’eau et sur les branches d’un acacia. On recroise un bateleur dans les parages, un juvénile cette fois-ci ainsi qu’un rollier varié. Un peu plus au sud, on observe un aigle martial se tenant sur le haut d’un acacia.

Oryx, parc national Kgalagadi

Pompe à essence du camp de Nossob, parc national KgalagadiA Nossob, alors que nous faisons le plein d’essence, un faucon pèlerin passe plusieurs fois au dessus de nos têtes.

La piste 4×4 jusque Bitterpan nous permettra de croiser des steenboks et des autours chanteurs, surtout des juvéniles.

Amadines à tête rouge, parc national KgalagadiBitterpan – Mata Mata – Twee Rivieren (178 km)

Ça commence à sentir la fin du périple dans le le parc national Kgalagadi. On se dirige vers Twee Rivieren où à commencer notre découverte du parc national mais pour changer on prend la direction du camp de Mata Mata près de la frontière namibienne.

44 km de piste 4×4 au milieu d’un paysage de sable orange. Seul, nous profitons du paysage et des rencontres animales comme si c’était notre dernier jour sur terre. La lumière matinale est chaude, presque rassurante. Elle semble envelopper le paysage d’un cocon bienfaisant. Autruches, outardes Kori, traquet fourmilier, autours chanteurs, serpentaires, fauconnet d’Afrique et colious à dos blanc, dont c’est ma première observation, seront de la matinée jusqu’à la rivière Auob, tout comme l’oryx, le steenbok et le chacal à chabraque.

Steenbock, parc national Kgalagadi

Coliou à dos blanc, parc national KgalagadiEn remontant vers le camp de Mata Mata, on observera un léopard aux jumelles se déplaçant dans le lit asséché de la rivière. A l’approche d’un gigantesque acacia, je ferai une photo, ni plus ni moins. Il montera dans l’arbre. Fin de l’observation.

A Mata Mata, on fait le plein de nourriture et d’essence. On prend le temps de photographier les écureuils qui ont bien creusé le sol non loin de l’observatoire.

Ecureuil terrestre du CapColiou à dos blancPuis, on prend la piste pour Twee Rivieren. On croisera nos seules girafes de la semaine. Elles ont été introduites du parc national Etosha en Namibie en 1990. On fera une autre belle rencontre un peu plus loin sur l’un des petits pools optionnels que propose la piste. 3 otocyons ou renards à oreilles de chauve-souris arpentaient une prairie à la recherche d’insectes (termites, bousiers…). Ils chassent ensemble la tête penchée vers le sol et les oreilles grandes ouvertes. Normalement, ils sont plutôt nocturnes.

Girafes, parc national Kgalagadi

Otocyon, parc national KgalagadiAu parking de Kamqua, nous déjeunons et profitons du spectacle que nous offrent des guêpiers à queue d’aronde. Facilement reconnaissable grâce à leur queue bleue en V, ils n’arrêtaient pas de faire des va-et-vient entre deux acacias. Un peu plus au sud, nous verrons la magnifique outarde de Korhaan facilement reconnaissable elle aussi avec sa tête noire et son bec rouge et un couple de serpentaire.

Guêpier à queue d'aronde, parc national Kgalagadi

Outarde de Korhaan, parc national KgalagadiAu moment de réserver nos hébergements, le camping du Twee Rivieren était plein. Du coup, nous avions booké un chalet pour notre dernière nuit dans le parc national Kgalagadi. En réalité, il restait des emplacements de camping suite à des désistements. Un peu rageant !

Un drongo brillant et un bulbul brunoir se poseront sur l’arbre devant notre bungalow.

Bulbul brunoir, parc national KgalagadiMorning drive avec le parc national

Avant de quitter le parc national Kgalagadi, nous participons à un game-drive organisé par le camp de Twee Rivieren. Nous avons pu observer quelques espèces intéressantes comme le grand-duc de Verreaux camouflé au milieu des branches d’un arbre, des hyènes tâchetées perchées sur une colline bien qu’un peu loin, un aigle ravisseur, un autour chanteur chassant dans un nid de républicains sociaux, des suricates et mangoustes rouges.

Grand Duc de Verreaux, parc national KgalagadiNotre safari dans le parc national Kgalagadi a été incroyable bien que n’ayons vu qu’un seul lion de loin alors que le parc est réputé pour les observer. C’est sûr, nous reviendrons rien que pour en voir mais aussi car la faune et l’avifaune y sont abondants. Les paysages sont aussi magnifiques si on aime les déserts et il y a dans ce parc une dose d’aventure qu’on retrouve moins au Kruger ou à Pilanesberg. On poursuis ensuite notre roadtrip dans le Kalahari vers le parc national des chutes Augrabies.

Aigle ravisseur, parc national KgalagadiMes conseils pour visiter le parc national Kgalagadi

  • Préférez le 4×4 à une voiture deux roues motrices pour explorer le parc
  • Réservez vos hébergements bien en avance auprès du Sanpark ou déléguez l’organisation de votre voyage à une agence locale francophone et tentez l’expérience d’un wilderness camp
  • Pensez à emporter des jumelles et du matériel photo adapté à la photographie animalière
  • Achetez à l’entrée du parc national ou dans un shop du parc le guide officiel. Il comprend une carte qui vous aidera à vous orienter et à identifier où vous êtes sur le plan.
  • Partez dès l’ouverture des portes et rentrez à votre hébergement à la fermeture. Les premières heures et les dernières sont les meilleures pour photographier et observer les animaux
  • Faites vos courses à Upington avant d’entrer dans le parc national et acheter le complément sur place (produits frais, viande, bois…)
  • Emportez un thermos pour avoir un bon café (nous, c’est plutôt du thé) quand vous partez en safari le matin
  • Pensez à prendre des vêtements chauds car les soirées et matinées sont fraîches

Suricates, parc national Kgalagadi

–  o  –

Pour votre safari dans le parc Transfrontalier Kgalagadi mais plus généralement pour votre voyage en Afrique du Sud, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence de voyage francophone avec qui je voyage le plus souvent en Afrique du Sud. Je l’ai sélectionné pour son sérieux et sa capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Aurélie, Experte voyage qui vit en Afrique du Sud depuis 2009.

Cahier pratique

Comment s’y rendre ?

Vol international jusque Johannesburg. Puis 11h00 de route ou prendre un vol interne jusque Upington et louer un véhicule à Upington. L’option avec vol interne est plus cher.

Recherchez votre billet d'avion

 

Le parc national dispose de cinq portes d’entrée :

  • Twee Rivieren (Afrique du Sud)
  • Mata Mata (Namibie)
  • Two Rivers (Botswana)
  • Mabuasehube (Botswana)
  • Kaa (Botswana)

Les portes d’entrée sont ouvertes jusque 16h00 (16h30 pour Mata Mata). L’entrée au parc national était de 356 rands en 2018, soit environ 22€ la journée de visite. Si vous restez plus de 4 jours ou visitez d’autre parc national, il sera alors intéressant d’acheter la Wildcard qui vous donnera accès à tous les parcs nationaux sud-africains gérés par Sanpark.

Réception du Twee Rivieren, parc national KgalagadiQuand visiter le parc national Kgalagadi ?

JFMAMJJASOND
LégendePériode la plus favorablePériode favorablePériode assez favorablePériode déconseillée ou fermée

Location de 4×4

Les 4×4 équipés camping doivent être loués auprès d’un loueur spécialisé. Il en existe plusieurs de bonnes réputations : Bushlore, Avis Safari Rental, Bobo Campers ou encore Britz avec qui nous sommes passés.

Je prévois d’ici quelques semaines de publier un article sur notre expérience de location de 4×4.

Guides d’observation

AppStoreVoici les deux guides de référence pour l’observation animalière dans le Kruger :

Partage et épingle mon article sur Pinterest

 

Kgalagadi-02
Kgalagadi-01
Kgalagadi-04
Kgalagadi-03
Vous avez aimé l'article ? Partagez-le...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi fondateur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net. Mes photos sont sur www.gregoryrohart.com.

Pas de commentaire

Poster votre commentaire

cinq − trois =

Close