Vous êtes ici :

Voyage photo naturaliste en Suède

En avril 2021, je me suis rendu dans le centre de la Suède pendant une semaine pour photographier l’ours brun et les oiseaux typiques de la Taïga et des grands lacs de cette région de la Scandinavie : grand tétras, tétras lyre, chouette lapone et balbuzard pêcheur.

C’était mon second voyage en Suède après y avoir fait 4 jours de trek dans le parc national de Muddus en automne où j’avais pu photographier des rennes et le mésangeai imitateur. Mais ça c’est une autre histoire. Si cela vous intéresse, allez lire mon article sur mon blog de randonnée. Place maintenant à mes observations animalières et à mes sessions photographiques dans le centre de la Suède. Ce récit de voyage est une première approche de ma semaine en Suède. D’autres articles viendront compléter celui-ci, notamment sur les moments forts de ce voyage.

Une session en affût pour l’ours brun

Test PCR en poche, j’atterris à l’aéroport Arlanda de Stockholm en fin de matinée et file avec ma voiture de location vers le nord et le comté de Gästrikland.

A 16h00, je marche en direction de mon affût pour photographier l’ours brun en pleine forêt boréale. Sur le chemin, j’observe des empreintes d’ours sur le sol gelé. Il reste ici et là quelques poches de neige. 20 minutes plus tard, je m’installe dans l’affût. C’est une cabane en bois composée d’une partie chambre pour passer la nuit et d’ouvertures sur trois côtés pour prendre des photos.

Un même ours brun viendra à quatre reprises autour de l’affût ainsi que des écureuils roux et quelques oiseaux (pinson des arbres, pic épeiche, geai des chênes). Dormir seul au milieu de cette forêt a été génial. Ce sont mes toutes premières photos avec le Sony Alpha 1 et l’objectif FE 400 mm F2.8 GM OSS.

Pour en savoir plus sur mon expérience d’affût ours brun en Suède, allez lire mon article spécifique sur cette nuit en cabane.

Les oiseaux à la drinkstation

Après mon petit-déjeuner et dans le même secteur que mon affût pour l’ours brun, j’ai réalisé une nouvelle session d’affût pour photographier les oiseaux venant autour d’un petit plan d’eau.

Pinsons des arbres, mésanges bleues, mésanges charbonnières, mésanges boréales, sitelles torchepot, pics épeiche, merles, grives musiciennes, rougegorges familiers et écureuils roux se sont alternés pour venir boire et manger les graines de la drinkstation. Remarquez la sittelle torchepot comme la couleur de la sous espèce europaea qui vit en Scandinavie et dans l’ouest de la Russie est différent de celle qu’on trouve en Europe de l’Ouest. Le bas-ventre et la poitrine est ici blanc et pas brun-roux.

J’ai même entre-aperçu un renard mais assez loin de l’affût. Ours brun et blaireau fréquentent aussi le secteur mais je ne les verrais pas.

La parade nuptiale du tétras lyre

Je reprends la route vers le sud et le comté de Västmanland. En fin de journée, je me mets en route pour l’affût. Un point de rendez-vous m’a été donné en pleine Taïga. Il n’y a pas une habitation à des kilomètres. On me conduit à une cabane où je passerai la nuit. Les tentes d’affût face au lek, le lieu pour la parade nuptiale du tétras lyre (à ne pas confondre avec la monnaie albanaise), sont positionnées à une centaine de mètres sur un ponton en bois au milieu de la tourbière.

Après une courte nuit dans la cabane, j’ai réalisé mon affût tôt le matin pour photographier le tétras lyre. Il faisait venteux et froid mais quel spectacle d’assister et de photographier la parade nuptiale du tétras lyre.

A l’affût du grand tétras

Toujours dans le Västmanland, j’ai aussi réalisé un affût pour photographier le grand tétras. C’est aussi un galliforme de la famille des phasianidés comme le tétras lyre. Mais contrairement à lui, les parades nuptiales sont plus solitaires et les lieux des leks peuvent varier. Il n’est donc jamais garanti de pouvoir l’observer, encore moins le photographier, surtout en une seule séance d’affût. Ses effectifs diminuent d’année en année en Europe de l’Ouest, particulièrement en France.

On me donne rendez-vous au bord d’un lac et on me conduit en fin de journée sur le spot pour photographier le grand tétras. Des tentes d’affût ont été disposées sur les lieux supposés des leks.

L’expérience est incroyable, un savant mélange d’attente et d’excitation lorsqu’enfin un grand tétras croise votre regard.

Je vous en reparle prochainement de façon détaillée dans un article spécifique.

Sur le bord de la route

Lors de mes déplacements entres les sites pour photographier les différentes espèces de la Taïga, j’ai aussi fait de belles observations depuis ma voiture. A commencer par quelques spécimens de grues cendrées fraîchement arrivées du sud de l’Europe de l’Ouest et de la France. Elles nichent dans le nord de l’Europe dans les tourbières et les marais de la Taïga, dans les roselières en bordure des lacs ou le long des cours d’eau boisés.

J’ai aussi croisé plusieurs chevreuils en chemin, des courlis cendrés, oies cendrées, grands cormorans, grèbes huppés, foulques macroules, mouettes rieuses, goélands cendrés, canards colverts, vanneaux huppés linottes mélodieuses, bernaches du Canada et un busard saint-martin. Et j’en passe car il s’agit seulement des espèces que j’ai photographiées.

La chouette lapone et l’élan

Photographier la chouette lapone était un moment que j’attendais avec impatience. Ce moment n’a pas eu lieu. La migration de l’espèce avait plus d’un mois de retard. L’espèce n’était pas dans la région au moment de mon passage. J’ai été très déçu même si je sais que les dates de migration dépendent de l’abondance de nourriture et des conditions climatiques sur le lieu d’hivernage. Et avec le climat qui change, un peu partout à travers la planète, on constate des dérèglements.

Je me rabats sur l’idée d’aller photographier les élans, l’orignal du Québec. Mais là encore, pas de chance, le guide qui devait m’emmener les photographier est cas contact. Sa fille a le covid-19.  Je ne me démonte pas. On m’indique un spot où ils sortent de la forêt en fin de journée. C’est en bord de route. Cela suffira à mon plaisir même si les conditions de prise de vue sont compliquées (pas facile d’avoir une photo nette sous les 1/50ème de seconde avec un 400mm) à la limite de la nuit et si ça n’est pas très wild.

Le balbuzard-pêcheur

Dernier séance photo de mon voyage photo naturaliste dans le centre de la Suède : le balbuzard pêcheur. Nous sommes fin avril. C’est le tout début de la période pour photographier l’espèce de retour de ses quartiers d’hiver en Afrique.

Le centre de la Suède et ses grands lacs est l’un des meilleurs spots en Europe pour photographier le balbuzard pêcheur. Pour cette session photo, j’embarque sur un petit bateau de 3 places sur le lac Mälaren en compagnie d’un passionné d’ornithologie et de photo.

C’est depuis l’embarcation que je photographie le balbuzard pêcheur venant pêcher sur le lac. Je finis sur une très bonne note. L’expérience a vraiment été géniale.

Pour rester à l’affût des nouveaux articles, pensez à vous inscrire à la Wildletter.

Cahier pratique

Comment s’y rendre ?

Vol international jusqu’à l’aéroport Arlanda de Stockholm. La voiture est ensuite indispensable pour se déplacer si vous voyager par vous-même.

Recherchez votre billet d'avion



Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Où dormir ?

Voici quelques adresses utilisées lors de ce voyage :

Avec qui faire son voyage naturaliste en Suède ?

Pour votre voyage naturaliste dans le centre de la Suède, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence locale avec qui je suis parti. Je l’ai sélectionnée pour son sérieux et sa connaissance faunistique de la région. Contactez Sylvia, Experte sur le centre de la Suède.

Quand faire ce voyage en Suède en Suède ?

Il a été réalisé fin avril afin de pouvoir assister aux leks. Plus tôt ce voyage n’est pas réalisable. Si vous souhaitez inclure le lek du grand tétras, il ne faudra pas vous rendre dans ce secteur après la première semaine de mai.

Guides d’observation

Le guide ornitho est la référence pour l’observation des oiseaux en Europe, Afrique du nord et Moyen-Orient. Existe aussi en application IOS et Android.

Concernant les ours bruns, voici deux ouvrages que je recommande :

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Voyage photo naturaliste en Suède
  • Save

Laisser un commentaire

Share via
Copy link