Vous êtes ici :

Safari dans le parc national du lac Mburo

J’ai réalisé deux safaris dans le parc national du lac Mburo que j’ai découvert lors de mon voyage naturaliste en Ouganda. Retour sur mes deux safaris.

Le parc national du lac Mburo

Le parc national du lac Mburo se trouve à 225 km d’Entebbe où se trouve l’aéroport international. C’est souvent la première réserve animalière visitée par les voyageurs en Ouganda. Ce fut mon cas. D’une superficie de 260 km², son biotope est varié allant de zones humides et de lacs à la savane arborée.

Le parc national du lac Mburo n’est pas considéré comme une réserve de premier choix par de nombreux voyageurs car y voir les grands mammifères n’est pas commun comme cela peut-être le cas à Masaï Mara, Serengeti ou au Kruger. Le parc compte également 315 espèces d’oiseaux, ce qui ravira les ornithologues. Besoin de plus d’informations ? Allez lire mon guide sur le parc national Mburo.

Nous commençons par nous installons à notre lodge, le Rwakobo Rock, situé à l’extérieur de l’enceinte du parc national près de la Nshara gate.

Premier court safari dans le parc

L’après-midi est déjà bien avancé lorsque nous pénétrons dans le parc national du lac Mburo par sa porte nord. Lorsqu’Eric, mon guide, se charge des permis pour entrer, je profite de ces quelques minutes administratives pour photographier un arbre avec de nombreux tisserins à tête noir. On le trouve sur la quasi-totalité du territoire ougandais.

Nous suivons la piste qui part plein sud. La savane arbustive est bien verte. Nous sommes en pleine saison des pluies. D’ailleurs, il a plu pendant ce premier safari à Mburo. Nous croisons sur notre chemin de nombreux herbivores : zèbres des plaines, phacochères, cobes de fassa, impalas ainsi qu’un guib harnaché positionné sur le sommet d’une termitière. On est resté un moment à l’observer. Il semblait peu craintif, ce qui n’est pas si naturel chez cette antilope.

Chose étonnante, le parc national du lac Mburo est la seule réserve animalière en Ouganda où il est possible d’observer l’impala. Il est tellement fréquent en Tanzanie, au Kenya et en Afrique australe qu’on pourrait penser qu’il le soit dans les parcs nationaux à savane de l’Ouganda. Le parc national du lac Mburo constitue sa limite occidentale.

D’un point de vue ornithologique, l’après-midi s’est révélée intéressante avec l’observation de vanneaux du Sénégal, guêpiers nains, francolins à gorge-rouge, Choucadors de Rüppell, hérons mélanocéphales, pintades de Numidie, calao à bec noir, vautours africains et un autour gabar. On a finit l’après-midi par un aigle huppard posé sur un tronc. Un observatoire efficace pour trouver de petites proies au sol.

Second safari dans le parc national du lac Mburo

Aujourd’hui, nous ne restons que la matinée dans le parc national du lac Mburo avant de prendre la route pour le lac Mulehe et explorer le parc national Mgahinga où vivent des gorilles des montagnes.

Les observations commencent dès le petit-déjeuner avec la présence dans un arbre voisin de deux touracos de Ross.

Objectif de la matinée : explorer le parc national jusqu’au lac Mburo puisque nous n’avons pas eu le temps de nous y rendre la veille. Nous reprenons la même piste direction le sud du parc national. Nous nous arrêtons moins que la veille sauf pour les observations différentes. Le premier arrêt est pour un topi qui broute de l’herbe bien verte. Le deuxième pour un girafon de Rothschild et le troisième pour une ombrette africaine qui pêche dans une mare le long de la piste. La pluie ne semble pas la déranger, nous un peu plus. Heureusement, elle ne durera pas trop longtemps.

On poursuit plus au sud par le Zebra track puis l’impala track pour rejoindre la rive du lac Mburo. Nous descendons du véhicule puisque c’est autorisé et nous nous approchons du lac. Une femelle vervet avec son jeune accroché au ventre passe devant nous. Depuis le bord du lac, je regarde un pygargue vocifer voler au dessus des eaux du lac pendant que quelques hippopotames font surface. Autour de nous, les martins-pêcheurs pie et martins-chasseurs du Sénégal chassent des petits poissons pour le premier et des insectes en vol pour le second.

Nous reprenons le 4×4 et nous nous engageons sur le Kigambira Loop. On y fera de très belles observations de buffles, impalas, ombrettes africaines, gymnogène d’Afrique, pygargue vocifer. Un autour unibande viendra atterrir face au 4×4 avant d’aller se poser non loin sur une branche. C’est la première fois que j’ai d’aussi bonnes occasions de photographier ce rapace. Voilà un safari qui se termine merveilleusement bien.

Ce qui est très agréable dans le parc national du lac Mburo, c’est qu’on est loin de l’affluence des grands parcs africains comme le Kruger, Masaï Mara ou le Serengeti. Ici, nous n’avons jamais fait une seule observation avec un autre 4×4 à nos côtés. C’est vraiment très appréciable.

Prochaine étape de mon voyage en Ouganda : le parc national Mgahinga.

Cahier pratique

Comment se rendre en Ouganda ?

Vol international jusqu’à Entebbe.

Recherchez votre billet d'avion



Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Avec qui faire un safari en Ouganda ?

Pour votre safari en Ouganda, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence locale ougandaise qui travaille avec des guides francophones.  Je l’ai sélectionné pour sa connaissance du terrain, son sérieux et sa capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Eric, Expert sur l’Ouganda.

Où dormir au parc national du lac Mburo ?

Le Rwakobo Rock est un lodge de moyenne gamme qui propose des cottages pour couples et familles. Le lodge dispose d’une piscine et d’un bon restaurant qui surplombe une vaste plaine.

Quel est le meilleur moment pour faire un safari dans le parc national du lac Mburo ?

Il y a deux saisons sèches au parc national du lac Mburo : de juin à août et de décembre à février. A ce moment là, les animaux se rassemblent autour des lacs et la végétation moins dense facilite les observations. Le reste de l’année, la présence des animaux est éparpillée un peu partout dans le parc national. Les oiseaux migrateurs sont présents de novembre à avril. Novembre et avril sont les deux mois les plus pluvieux, ce qui ne veut pas dire qu’on y fait pas de belles observations. La preuve, j’ai découvert le parc national du lac Mburo en novembre.

Livres et guides d’observation et de voyage

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Restons en contact
Pour être tenu informé des nouveaux stages, voyages et safaris photo ou de la publication des nouveaux articles sur le blog, inscrivez-vous à la Wildletter.
  • Garanti sans spam
  • Non cession de votre adresse email à des tiers
  • Désinscription en 1 clic

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
×