Vous êtes ici :

Safari dans la réserve nationale de Samburu

La réserve nationale de Samburu était l’une des réserves animalières incontournables de mes 15 jours de safari dans le nord du Kenya. J’ai exploré Samburu pendant trois jours après avoir fait des safaris à Shaba et Buffalo Springs. Retour sur certaines tranches de safari et quelques rencontres réalisées à Samburu.

L’écureuil terrestre

C’est à 9h00 que notre 4×4 passe l’Archer’s Post Gate. Nous passerons 2h30 sur les pistes de Samburu à scruter le bush en quête d’animaux sauvages avant de nous rendre à notre camp, l’Elephant Bedroom.

En cette matinée, c’est l’écureuil terrestre qui retient mon attention. Nous le croisons souvent mais impossible de l’approcher. Systématiquement, il détale. Quand soudain, l’un d’eux coure devant le 4×4 et se réfugie sur une termitière. Parfait pour immortaliser le moment et revenir avec un souvenir de ce face à face interminable avec de nombreux spécimens.

Les oiseaux de l’Elephant Bedroom

Fin de matinée, on arrive à l’Elephant Bedroom et on prend chacun possession de notre tente qui fait face à la rivière Ewaso Ng’iro. Le camp et charmant, luxueux même et excellemment bien placé. Une fois les bagages déchargés dans la tente, je pars explorer les jardins munis de mon appareil photo. Les jardins des lodges sont souvent de belles opportunités pour photographier les oiseaux. Mon exploration a été vite récompensée. Sur la rambarde de la terrasse de ma tente, un mahali à sourcils blancs vient se poser quelques instants. C’est un peu l’équivalent kenyan du moineau domestique français. Commun certes mais j’aime beaucoup son plumage bicolore, blanc et marron.

Plus près du restaurant, du coin de l’œil, je vois un pic remontait le tronc d’un arbre. C’est un pic Goertan mâle. On le distingue facilement de la femelle par la couleur du plumage de la calotte : rouge pour le mâle, grise pour la femelle. Quelques minutes plus tard dans le même secteur un guêpier nain viendra se poser sur une branche à bonne distance de mon appareil photo. Même chose avec un lézard terrestre, un moineau perroquet et un choucador superbe à d’autres moments.

Gérénuks et autres herbivores endémiques

Le gérénuk ou gazelle de Waller est une antilope endémique aux zones arides de l’Est africain. Mon envie de partir en safari dans le nord Kenya, je la dois à cette antilope que je trouve sublime. Saviez-vous qu’elle est capable de se mettre debout sur deux pattes arrière pour manger les feuilles hautes des buissons ? C’est la seule à être dotée de cette capacité.

Mais les gérénuks ne sont pas les seules herbivores endémiques aux zones arides du Kenya. Samburu offre aussi de nombreuses possibilités d’observer l’oryx Beisa, la girafe réticulée et le zèbre de Grévy.

Des oiseaux multicolores

Samburu est un petit paradis pour ornithologues. Plus de 400 espèces d’oiseaux ont été comptabilisées dans la réserve.

En trois jours, j’ai pu observer une quarantaine d’espèces et en photographier une vingtaine. Parmi les plus répandus, le guêpier nain et son cousin à gorge blanche, le martin-chasseur à tête grise et à tête brune, l’outarde Kori au milieu des grandes herbes en quête d’insectes, lézars, petits mammifères voire même serpents.

Parmi les oiseaux colorés, le barbican à tête rouge tient la drégée haute ainsi que le rollier à longs brins. Deux oiseaux que je prends toujours plaisir à photographier.

Les rapaces sont bien représentés aussi, notamment le pygargue vocifer à proximité de la rivière Ewaso Ng’iro, l’aigle ravisseur et l’autour à ailes grises.

Quelques autres espèces observées : huppe fasciée (la même qui arrive début mars en France), le pie-grièche des Teita, le héron mélanocéphale, le vanneau armé, le calao à bec rouge, le francolin à cou jaune et la pintade de Numidie.

Deux espèces endémiques aux nord Kenya ou aux zones arides du pays s’observent à Samburu : l’autruche de Somalie et la splendide pintade de Numidie.

Des paysages à couper le souffle

Samburu est l’un des plus beaux parcs animaliers du Kenya. Les paysages le long de la rivière Ewaso Ng’iro sont splendides et les points de vue ne manquent pas. Dans l’intérieur des terres palmiers Doum et affleurements rocheux embellissent le paysage aride de Samburu. Et quand un arc-en-ciel se mêle au panorama, on tombe vite raide dingue de cette réserve.

Pas convaincu ? Regardez juste ces quelques photos…

Mais où sont les grands troupeaux d’éléphants

On m’avait beaucoup parlé des grands troupeaux d’éléphants de Samburu. Et bien, je vais vous dire une chose. Je n’ai vu aucun troupeau de familles d’éléphants. L’explication m’est venue de la manageuse du lodge de l’Elephant Bedroom. A chaque fois qu’il pleut abondamment, les troupeaux d’éléphants présents à Samburu traversent la rivière Ewaso Ng’iro pour rejoindre la réserve nationale de Buffalo Springs davantage soumis à la sècheresse. Autant manger l’herbe quand elle est encore fraîche à Buffalo Springs et revenir à Samburu par la suite. Voilà pourquoi, je n’ai vu que des mâles solitaires à Samburu. Eux ont suffisamment de nourriture étant seul. Une matriarche doit penser à tous les individus de son groupe et trouver assez de nourriture pour tous.

Les dik-diks et le léopard

C’était la fin d’après-midi. La lumière dorée du soleil éclairait la dense végétation qui longe la rivière Ewaso Ng’iro. Nous observions et photographions des dik-diks. J’aime beaucoup cette petite antilope délicate au nez légèrement renflé. Ils aiment ce secteur de Samburu qui est un vrai labyrinthe et leur permet de se cacher des prédateurs.

Soudain, les dik-dik se sont figés, oreilles tendues à l’écoute d’un danger. C’est une scène que l’on observe assez souvent en safari mais c’est souvent une fausse alerte. Pas ce jour là. De ma gauche un léopard surgit et se lance à la poursuite d’un des dik-diks. Echec de la chasse. Le dik-dik a détalé à une vitesse incroyable. Ils étaient si près du 4×4 que je n’ai pas eu le temps de faire une photo de la poursuite.

La chasse ayant échoué, le léopard se retourne, passe devant le 4×4 et s’éloigne. Nous le suivons comme nous pouvons car lui emprunte le bush à sa guise alors que nous devons suivre les pistes. A Samburu, le hors-piste est interdit. C’est une jeune femelle léoparde, gracieuse et encore assez inexpérimentée. Nous la suivons plus de 30 minutes, la perdons de vue par moment puis la retrouvons en anticipant ses déplacements. Nous l’observons se frotter aux branche, boire dans une petite flaque d’eau temporaire créée par la pluie. Elle s’éloigne, s’enfonce dans le bush. Nous décidons de la laisser seule poursuivre sa vie de léoparde à Samburu. Une très belle rencontre…

Enorme coup de cœur pour Samburu.  Prochaine étape, la  Il Ngwesi conservancy sur le plateau de Laikipia.

Cahier pratique pour Samburu

Comment se rendre à la réserve nationale de Samburu ?

Vol international jusque Nairobi puis par la route en passant par Nanyuki. Comptez 5 heures de route depuis la capitale.

Recherchez votre billet d'avion

Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Quand faire un safari à Samburu ?

La réserve nationale de Samburu peut-être découverte toute l’année. Il n’y a pas de mois à déconseiller.

Les mois les plus favorables restent toutefois la saison sèche de juin à octobre ainsi que janvier et février. Pour les ornithologues, le moment à privilégier se situe de novembre à avril pendant la période de migration. Novembre, mars et avril sont les mois les plus pluvieux.

JFMAMJJASOND

Où dormir à Samburu ?

J’ai dormi à l’Elephant Bedroom Camp Samburu. Gros coup de cœur pour ce camp en plein centre de la réserve de Samburu. Vaste et splendide tente de safari face à la rivière Ewaso Ng’iro. Allez lire mon article sur le camp. Si le budget est trop élevé pour vous, je peux aussi vous conseiller un petit camp tenu par des samburus à l’extérieur de la réserve à Archer’s Post, le Lion’s Cave Camp.

Guides d’observation

Avec qui faire un safari au Kenya ?

Pour votre safari en au Kenya, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès des deux agences de voyage francophones avec qui je travaille au Kenya. Je les ai sélectionné pour leur sérieux et leur capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Carlo et ou Jean-Yves, Expert sur le Kenya.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Léopard, Samburu

Laisser un commentaire

Share via
Copy link