Vous êtes ici :

Safari dans la Il Ngwesi conservancy

Lors de mes 15 jours de safari dans le nord du Kenya, je suis resté deux jours dans la Il Ngwesi conservancy sur le plateau de Laikipia. J’avais trouvé peu d’informations sur internet en préparant mon voyage et je souhaitais sortir des sentiers battus. Voici mon retour d’expérience sur la Il Ngwesi conservancy et son éco-lodge.

 

La Il Ngwesi conservancy

Créée en 1996, la Il Ngwesi conservancy, littéralement « le peuple de la vie sauvage » en Swahili, est le seul éco-lodge au Kenya qui a été fondé et qui est managé par la communauté Maasaï. Sa superficie est de 8765 hectares. L’aventure a été rendue possible grâce à l’aide de la Lewa Wildlife Conservancy qui a financée le projet. Aujourd’hui, les droits d’entrée de la conservancy (65$ par jour pour les étrangers et 2500 ksh pour les résidents kenyans en 2020) sont intégralement reversés pour des projets qui profitent à sept communautés Maasaï : éducation des enfants, construction d’un dispensaire, aide aux moyens de subsistance des femmes…

A la naissance du projet, la Il Ngwesi conservancy a décidé de laisser la nature reprendre ses droits. Aujourd’hui, l’aire de conservation comprend de nombreuses espèces endémiques au nord du Kenya comme l’élan, le zèbre de Grévy, le gerenuk, la girafe réticulée. Éléphants, lions, guépards et lycaons entrent et sortent de la réserve régulièrement. Plus de 400 espèces d’oiseaux ont été comptabilisées.

Il Ngwesi conservancy comprend aussi un sanctuaire de rhinocéros de 400 hectares. Aujourd’hui, deux rhinocéros blancs y vivent sous la protection de rangers armés. C’est l’un des rares sanctuaires au Kenya où il est possible de les approcher à pied. Un projet d’implantation d’autres rhinocéros est à l’étude.

Le Il Ngwesi eco lodge

Blotti au sommet d’une petite colline, le Il Ngwesi eco lodge a été construit en total harmonie avec le bush environnant. Il est entouré par une clôture anti-éléphant. Tous les animaux peuvent donc entrer dans le camp sauf les pachydermes. Les seuls animaux croisés dans l’enceinte du lodge sont une multitude d’oiseaux, des damans et des vervets bien plus craintifs que ceux de Maasaï Mara, Samburu ou Buffalo Springs.

Le lodge dispose de 6 bandas sur pilotis avec un toit façon makuti (toit de feuilles de papyrus tressés). Pour deux ou trois personnes, ils sont complètement ouverts sur le bush.  Deux d’entres-eux (bandas Emyani et Olmara) ont un lit sous les étoiles. Toute la décoration provient de l’artisanat local.

Le lodge dispose d’une belle piscine avec une jolie vue sur les montagnes de Mukogodo. Les oiseaux y viennent régulièrement pour boire et chasser des insectes. C’est ici que les invités prennent le déjeuner alors que le dîner a lieu dans le living room. La cuisine est familiale mais excellente. Le personnel Maasaï est au petit soin sans être envahissant.

Le lodge est charmant. J’ai beaucoup apprécié sa quiétude. Voir les éléphants, girafes réticulées et autres animaux depuis la terrasse de son banda est un moment rare que j’ai vécu intensément tout comme les safaris.

2 jours de safari dans la Il Ngwesi conservancy

Des animaux craintifs

Les animaux sont dans l’ensemble plus craintifs dans la Il Ngwesi conservancy que dans les réserves qui accueillent beaucoup de visiteurs. Le 4×4 garde généralement une distance plus importante. Même les troupeaux d’impalas détalent si le véhicule s’approche trop près.

Quelles incidences ? Ça modifie la façon de faire le safari. Les jumelles sont indispensables pour observer et repérer de loin. Les animaux ont aussi tendance à prendre la poudre d’escampette assez rapidement. Cela oblige les photographes à déclencher rapidement leur photo pour prendre un souvenir de l’observation. Il est aussi plus difficile de faire de longues observations ou alors il faut vraiment garder ses distances.

Malgré ce que je viens de dire, on fait de très belles observations. Il Ngwesi conservancy est réputée pour l’observation du petit koudou et je n’ai pas été déçu avec quatre observations en deux jours. Sinon, il y a eu aussi de belles rencontres avec la girafe réticulée, le phacochère, l’autruche de Somalie, le chacal à chabraque, le gerenuk et de nombreux dik-diks.

Observer les oiseaux au lodge

L’éco-lodge est un formidable terrain de jeu pour observer les oiseaux. Deux spots sont particulièrement intéressants : les abords de la piscine où les oiseaux viennent boire ou attraper des insectes en vol et face au bar au niveau de l’abreuvoir.

Dans la réserve, les observations ont aussi étaient nombreuses, j’étais pourtant en dehors de la période de migration. Touraco à ventre blanc, bulbul des jardins, souimanga de Hunter, tourtelette émeraudine, moineau perroquet, moineau à point jaune, mahali à sourcils blancs et guêpier nain ont constitué l’essentiel des observations.

A noter qu’autour des bandas, les damans sont assez nombreux. Saviez-vous que son nom provient des Proverbes de la Bible ?

Les lions rugissent la nuit

Des lions ont rugit la nuit dernière. Un son grave et guttural a déchiré le silence de la nuit. James, guide Maasaï depuis plus de 20 ans dans la réserve, me dira le lendemain matin qu’il s’agissait de deux mâles qui se défiaient. D’un côté, on avait un mâle avec sa femelle et ses deux lionceaux ; de l’autre, on avait un lion mâle solitaire cherchant une femelle. Il est fort possible qu’après notre départ, les deux mâles se soient battus et que si le solitaire l’a emporté les deux lionceaux aient été tués. Je ne connais pas la fin de cette histoire mais après la lecture de Christian, le lion (que je vous recommande chaudement), j’ai été secoué un bon moment. La nature promet de nombreuses surprises mais aussi parfois un côté sombre. La vie et la mort sont indissociables l’un de l’autre.

Approche des Rhinocéros blancs à pied

Nous quittons le lodge en 4×4 en prenant la direction du sanctuaire des rhinocéros. Un ranger du Il Ngwesi conservancy nous accompagne. Nous faisons de nombreux arrêts pour observer la vie sauvage qui nous entoure.

Nous approchons du sanctuaire et longeons la clôture qui en fait le tour. Ce n’est pas facile de repérer deux rhinocéros blancs sur 400 hectares de bush mais la chance nous a souri. Harriette et Simon, du nom des deux donateurs, sont à moins de 100 m de nous. James coupe le moteur. Nous descendons du 4×4. Après des consignes de sécurité et l’imposition d’un silence complet, le ranger nous fait passer la clôture. En file indienne, nous nous approchons des deux rhinocéros blancs dont la couleur tient plus de l’ocre de la terre. Seul le craquement de la végétation se fait entendre quand nous nous déplaçons. Nous sommes à moins de 10 mètres des deux molosses. Leur masse est impressionnante. Il faut dire qu’un rhinocéros peut mesurer 1,8 m au garrot et peser plus de deux tonnes. Une grosse rigole créée par la pluie nous sépare. Nous sommes silencieux et ne faisons aucun geste brusque. J’ai basculé le déclencheur de mon Fujifilm X-T3 en mode électronique pour qu’il ne fasse aucun bruit quand je fais les photos.

Simon s’approche de nous. Il est à moins de 5 mètres. Il est si proche que J’entends le souffle qu’il expire de ses narines. Je me cale sur sa respiration. Nous restons au diapason quelques minutes puis quittons le sanctuaire sur la pointe des pieds. Quel moment ! Je suis encore ému alors que j’écris ses lignes plusieurs mois après cette matinée avec ces deux rhinocéros blancs.

5 raisons de venir à Il Ngwesi conservancy

  • Soutenir un projet communautaire Maasaï
  • Approcher les rhinocéros à pied
  • Pour être au calme et profiter des bandas ouverts sur le bush
  • Observer la faune endémique du nord Kenya (petit koudou, zèbres de grevy, gerenuk…)
  • Sortir des sentiers battus

J’ai beaucoup aimé mon séjour dans la Il Ngwesi Conservancy. S’il n’y a pas la densité faunistique d’autres parcs et réserves du Kenya, notamment pour les carnivores, il y a une atmosphère calme et apaisante que j’ai beaucoup appréciée. Je recommande vivement au voyageurs en qu’ête de lieux insolites, en dehors des sentiers battus et reposants.

Après la découverte d’Il Ngwesi Conservancy, j’ai découvert une autre réserve du plateau de Laikipia, la Ol Pejeta Conservancy.

Cahier pratique

Comment se rendre à la Il Ngwesi conservancy ?

Vol international jusque l’aéroport international Jomo Kenyatta.

Recherchez votre billet d'avion

Puis deux options pour se rendre dans la Il Ngwesi conservancy :

  • Par avion: Fly Air Kenya ou Safarilink volent depuis l’aéroport de Nairobi à Lewa Downs ou la piste d’atterrissage de Nanyuki où Il Ngwesi propose des transferts vers le lodge. De très petits avions / hélicoptères peuvent atterrir sur la piste d’atterrissage d’Il Ngwesi adjacente au lodge.
  • Par la route: Via Lewa Wildlife Conservancy (en utilisant l’entrée Matunda Gate – environ 120 minutes du lodge ; piste paumatoire et par endroit en très mauvais état), ou depuis la ville d’Isiolo (environ 90 minutes du lodge, de loin l’option la plus facile).

Peut-on faire un safari avec sa voiture dans la Il Ngwesi conservancy ?

Non, il n’est pas possible de faire un safari avec son propre véhicule dans la Il Ngwesi Conservancy.

Comment se déroulent les safaris dans la Il Ngwesi conservancy ?

Deux safaris par jours sont organisés par le lodge. Un très tôt le matin au lever du soleil et un autre en milieu d’après-midi qui se termine à la nuit tombée. Les safaris durent environ 2h30. Pendant un safari, il y a une pause pour se désaltérer et manger un morceau.

Quand venir faire un safari dans la Il Ngwesi conservancy ?

La saison sèche s’étend de juin à fin septembre. C’est le meilleur moment pour venir. Janvier et février (petite saison des pluies) est aussi une bonne période, notamment pour les ornithologues qui pourront observer les oiseaux migrants d’Europe et d’Afrique du Nord.

JFMAMJJASOND

Guides d’observation

Avec qui faire son safari au Kenya ?

La nuit par personne coûte 250 USD comprenant la pension complète et les deux safaris.

Pour votre safari en au Kenya, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès des deux agences de voyage francophones avec qui je travaille au Kenya. Je les ai sélectionné pour leur sérieux et leur capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Carlo et ou Jean-Yves, Expert sur le Kenya.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Rhinocéros blanc
Share via
Copy link