Vous êtes ici :

Safari dans la Réserve Nationale de Buffalo Springs

Lors de mon voyage d’exploration des parcs nationaux et réserves du nord Kenya, j’ai passé deux jours de safari dans la réserve nationale de Buffalo Springs après avoir découvert la réserve de Shaba. Retour sur cette expérience : récit et conseils pratiques.

Les chacals à chabraque et les herbivores

A peine sommes-nous entrés dans la réserve nationale de Buffalo Springs que nous croisons au milieu des touffes de bush asséchées deux chacals à chabraque. Ils se déplacent le long de la piste. Nous faisons un bout de chemin avec eux. C’est le plus commun des chacals d’Afrique. Saviez-vous qu’on le nomme ainsi en raison de sa bande de pelage noir qui recouvre sa nuque ? La chabraque est en effet une sorte de couverture qu’on étend sur la selle des chevaux. Il est 10h30. La lumière est déjà bien dure.

Sur la piste qui nous mène à notre lodge pour le déjeuner du midi, nous croisons aussi quelques oryx beisa, zèbres de grévy, gérénuks et girafes réticulées, des espèces qu’on ne trouve quasi exclusivement que dans le nord Kenya.

Les grands troupeaux d’éléphants

Pendant mes deux jours de safari dans la réserve nationale de Buffalo Springs, j’en ai vu des grands troupeaux d’éléphants. Certains dépassaient la cinquantaine de tête. Ils semblaient tous converger vers un même point. Et c’était en effet le cas. Lorsqu’il pleut abondamment, ce qui fut le cas les jours précédents ma venue à Buffalo Springs, les éléphants ont tendance à quitter la réserve nationale de Samburu pour Buffalo Springs en traversant la rivière Ewaso Ng’iro. Pourquoi ? En bons gestionnaires de leurs zones d’alimentation, ils se rendent sur l’aire de nourrissage qui s’assèche le plus vite. Ils pourront ainsi quelques semaines plus tard retourner à Samburu pour profiter d’un biotope toujours adéquat pour eux.

Si les éléphants peuvent passer de Samburu à Buffalo Springs et vice-versa, ce n’est plus le cas des voyageurs depuis les inondations de décembre 2019 qui ont endommagées le pont. Celui-ci est aujourd’hui fermé. Cela a deux conséquences : il faut sortir d’une réserve par l’une des portes pour entrer dans l’autre réserve. Au-delà de la perte de temps, il faudra aussi débourser deux droits d’entrée.

Les groupes d’éléphants sont matriarcaux et sont donc composés de femelles et de leurs jeunes. Les mâles à maturité quittent d’eux-même le groupe ou se font évincer par le groupe pour vivre leur vie de mâle solitaire. Parfois, on peut croiser quelques regroupements de jeunes mâles. A Buffalo Springs, nous avons surtout rencontrés des groupes matriarcaux. Dans l’un d’eux, on a pu assister à des combats réunissant trois individus. Ils se combattaient à tour de rôle. Ils servent à déterminer la position de chacun dans le groupe. J’en ai connu des altercations plus tranquilles que celle-là.

Le retour des buffles d’Afrique à Buffalo Springs

Jean-Yves, mon guide, m’expliquait il y a quelques jours que les buffles avaient quitté la zone des réserves de Samburu/Shaba/Buffalo Springs suite à la sécheresse de 2016. Ils s’étaient alors rendus sur les contreforts du Mont Kenya plus largement arrosés.

Nous avions vu quelques mâles solitaires à Shaba. A Buffalo Springs, nous avons aussi pu voir quelques petits groupes de buffles. Les troupeaux n’étaient pas aussi imposants que ceux du parc national Meru mais il semblerait que leur retour le long de la rivière Ewaso Ng’iro soit en cours.

Buffle, Réserve nationale Buffalo Springs

Face à face entre zèbres des plaines et zèbres de Grévy

La réserve nationale de Buffalo Springs a la particularité de voir sur son territoire deux espèces de zèbre : les zèbres des plaines qu’on trouve dans la très grande majorité des parcs et réserves d’Afrique de l’Est et le zèbre de Grévy, endémique au nord Kenya.

C’est assez saisissant de voir leurs particularités quand ils se font face à face. Plusieurs traits permettent de les différencier rapidement :

  • Les rayures du zèbre de Grévy sont plus resserrées et étroites, et sans rayures intercalées
  • Le zèbre de Grévy est un peu plus grand
  • Les oreilles du zèbre de Grévy sont grandes et plus arrondies

Je vous laisse juger par vous-même avec cette série de photos.

Radio safari et la fratrie de guépards

J’ai réalisé mes 15 jours de safari dans le nord Kenya au mois d’octobre 2020 entre les deux confinements en France. Dans chaque réserve et parc, je n’ai quasiment croisé aucun 4×4. D’habitude, la radio safari fonctionne bien. Les chauffeurs se refilent des observations entre eux. Faute de touristes, nous ne l’avions pas encore expérimenté. Ce second jour dans la réserve de Buffalo Springs, nous croisons un 4×4 d’un lodge. Nous nous arrêtons à leur hauteur. Après les paroles de salutation et de politesse, ils en viennent aux observations.

Non loin de là, ils on vu une fratrie de guépards traversée la piste devant eux pour se mettre à l’ombre d’un arbuste. Bien qu’il soit déjà 10h20 et que la lumière devient bien dure, nous prenons l’option d’aller y jeter un œil. Ils sont bien là. Deux guépards allongés dans les hautes herbes à l’abri d’un petit arbuste. Nous faisons quelques photos et nous promettons de revenir plus tard dans la journée. Avec cette chaleur, on se dit qu’il ne devrait pas bouger de suite. Et bien heureusement que nous sommes allés les voir car après notre déjeuner, ils n’étaient plus là.

Nouvelle coche ornithologique

Avec près de 400 espèces d’oiseau comptabilisées à Buffalo Springs, la réserve est un lieu très intéressant pour les ornithologues et les amoureux des oiseaux.

Dans le bush ouvert éloigné de la rivière, j’ai pu observer à plusieurs reprises des autruches de Somalie, des outardes Kori et des serpentaires.

Parmi les observations intéressantes, il y a eu un petit groupe de gangas à face noire venu s’abreuver dans une flaque d’eau sur la piste. C’est un oiseau endémique aux zones sèches de l’Afrique de l’Est. Comme souvent chez les oiseaux, le mâle est plus coloré et porte des marques noires relevées par un liseré jaune autour des yeux. Pour rester sur les oiseaux endémiques, la pintade vulturine se rencontre en bord de piste assez régulièrement. Elle porte un plumage bleu-cobalt rehaussé par des yeux rouges.

Côté rapace, je ne suis pas resté bredouille. Le fauconnet d’Afrique a pu être observé à deux reprises et plutôt dans de bonnes conditions. J’ai aussi pu croiser le chemin de l’aigle martial et du bateleur.

Bien que je ne sois pas un cocheur d’oiseaux, je suis assez content d’avoir repéré le tchagra à croupion rose. Bariolé d’une bande rose sur le croupion et la poitrine, il était posé sur un arbuste. Ce fut l’une de mes dernières observations avant de rejoindre la réserve nationale de Samburu.

Cahier pratique

Comment se rendre à la réserve nationale de Buffalo Springs ?

Vol international jusque Nairobi puis par la route en passant par Nanyuki. Comptez 5 heures de route depuis la capitale.

Recherchez votre billet d'avion

Quand y aller ?

La réserve nationale de Buffalo Springs peut-être découverte toute l’année. Il n’y a pas de mois extrêmement défavorable.

Les meilleurs mois restent cependant la saison sèche de juin à octobre ainsi que janvier et février. Pour les ornithologues, le bon moment se situe pendant la période où les oiseaux migrateurs sont présents. Soit de novembre à avril. Novembre, mars et avril sont les mois les plus pluvieux.

JFMAMJJASOND

Où dormir ?

Il y a peu d’hébergements dans et près de la réserve nationale de Buffalo Springs.

A l’intérieur de la réserve, j’ai dormi au Ashnil Samburu Camp qui n’est pas à Samburu mais bien à Buffalo Springs. C’est une bonne option.  Si celui-ci est complet et plus abordable,  le Lion’s Cave Camp se trouve à 15 mn de l’entrée de la porte Chokaa.

Guides d’observation

Avec qui partir au Kenya ?

Pour votre safari en au Kenya, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès des deux agences de voyage francophones avec qui je travaille au Kenya. Je les ai sélectionné pour leur sérieux et leur capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Carlo et ou Jean-Yves, Expert sur le Kenya.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Safari dans la réserve nationale de Buffalo Springs

Laisser un commentaire

Share via
Copy link