Vous êtes ici :

Où faire un safari au Kenya ?

Après plusieurs safaris au Kenya, dans les quatre coins du pays, j’ai souhaité répondre à la question ultime que se pose toute personne désireuse de voyager au Kenya : Où faire son safari au Kenya ? Réponse dans cet article.

Je ne vais pas vous lister l’ensemble des parcs, réserves et zones de conservation du Kenya. Je vais vous présenter les plus réputés et ceux que je connais. Comme vous verrez, il y en a un certains nombres. Pour chaque sanctuaire, je vous en précise les spécificités, les animaux que vous pouvez observer et je délivre une note sur 5. Cet article sera complété au fur et à mesure de mes nouveaux safaris au Kenya.

 

Les différents statuts des sanctuaires animaliers

11,4 % de la superficie du Kenya est sous protection, dont 5,9 % classé comme aire protégée stricte. Il existe principalement trois types de sanctuaires animaliers au Kenya.

Les parcs nationaux

Les parcs nationaux est le type de sanctuaire le plus strict. La protection de la nature est intégrale. Les seules activités autorisées sont l’éco-tourisme à travers les safaris et la recherche scientifique. Les parcs nationaux sont gérés par le Kenya Wildlife Service.

Les réserves nationales

Les réserves nationales sont aussi dévouées à la protection des éco-systèmes mais les activités humaines sont autorisées sous certaines conditions. Il peut s’agir d’activités pastorales par exemple.

Certaines réserves nationales sont gérées par le KWS (l’Etat en quelque sorte) et les autres principalement par les comptés (les régions en quelque sorte).

Les zones de conservation

Les zones de conservation sont des terrains détenus par des propriétaires privés, des groupes de propriétaires ou des communautés dont l’objectif premier est la protection de la vie sauvage.

On trouve principalement des zones de conservation autour de Masaï Mara et sur le plateau de Laikipia.

Où faire un safari au Kenya ?

Parc national de Nairobi

Le parc national de Nairobi constitue une bonne porte d’entrée pour faire un safari au Kenya. D’une superficie de 117 km², il est accolé à la capitale du Kenya. On peut donc photographier les animaux avec des buildings en toile de fond. Il est clos sur les secteurs proches d’habitation mais un côté reste ouvert pour permettre la migration des animaux. Quels animaux voir justement dans le parc national Nairobi ? On peut y voir les Big5 sauf l’éléphant. Rhinocéros noirs et blancs sont observés régulièrement, les lions aussi. Zèbres des plaines, bubales, gnous, impalas, girafes sont fréquemment observés. Le parc comptabilise également plus de 500 espèces d’oiseaux.

  • Lire mon article sur le parc national Nairobi (prochainement)

Mon avis :

Parc national nairobi, zèbres des plaines

Réserve nationale de Masaï Mara

D’une surface de 1510 km², la réserve nationale de Masaï Mara est le sanctuaire sauvage le plus connu au Kenya. Elle est le prolongement naturel du parc national du Serengeti situé en Tanzanie. C’est au cœur de ce même écosystème que plus d’un million de gnous et d’autres herbivores entament leur migration annuelle. Voir les Big 5 à Masaï Mara est possible mais pas évident car le rhinocéros noir reste très rare à observer. A l’inverse les lions, hyènes et herbivores sont souvent vus en safari. Jamais je n’ai vu une telle densité de lions dans un autre sanctuaire en Afrique. Les paysages de savane sont superbes. Ce n’est pas un hasard si plusieurs scènes d’Out of Africa ont été tournées à Masaï Mara. Vous verrez qu’il s’agit du best of the best du safari au Kenya.

Mon avis :

Réserve nationale de Masaï Mara, lionceau

Parc national Amboseli

Le parc national Amboseli est magnifiquement situé au pied du Kilimandjaro. Depuis 1980, il est classé réserve de biosphère de l’UNESCO. A la saison sèche entre juin et octobre et de janvier à mars, il est facile d’observer les animaux autour des marécages. Malgré sa surface relativement réduite (392,06 km2), la faune est riche, particulièrement les éléphants qui sont environ 1200 dans le parc national. A l’inverse, les félins sont plus difficiles à observer. Les ornithologues seront ravis d’apprendre que 420 espèces ont été comptabilisés à Amboseli.

Mon avis :

Parc national d’Amboseli, éléphants

Les lacs de la Rift Valley

Plusieurs lacs s’égrainent le long de la Rift Valley. Plusieurs d’entre-eux sont intéressants pour l’observation de la faune et l’ornithologie. Du sud au nord, on a le lac Naïvasha, le parc national Nakuru, le lac Bogoria et le lac Baringo. Alcalin ou d’eau douce, les lacs présentent un intérêt pour l’ornithologie et la faune, particulièrement le parc national de Nakuru, sanctuaire du rhinocéros.

Lac Naïvasha

Naïvasha est un lac d’eau douce. C’est le lac de la vallée du Rift le plus proche de Nairobi, ce qui explique qu’il est pris d’assaut le week-end. Sa surface varie de 115 km2 en saison sèche à près de 1000 km2 pendant la saison des pluies. C’est un paradis pour les ornithologues avec plus de 400 espèces répertoriées.

A Crescent Island, on peut réaliser un safari à pied (rare au Kenya car il n’y a pas de prédateurs) pendant lequel on peut observer des girafes, cobes de fassa, hippopotames, gnous, zèbres des plaines, gazelles de Thomson et de nombreux oiseaux.

Mon avis :

Lac Naïvasha, cobe de fassa

Parc national Nakuru

Situé un peu plus au nord du lac Naïvasha, le parc national Nakuru est une réserve de 188 km² qui entoure le lac Nakuru aux portes de la ville éponyme. 56 espèces de mammifères ont été comptabilisées dont la girafe de Rothschild, les rhinocéros blancs et noirs. Plus de 400 espèces d’oiseaux sont présentes à Nakuru mais le flamant rose est en déclin suite à la désalinisation de l’eau du lac.

Mon avis :

Parc national Nakuru, girafe de Rotschild

Lac Bogoria

D’une superficie de 34 km², le lac Bogoria est un lac salé. Il est classé site Ramsar depuis 2001 et abrite l’une des plus grandes colonies de flamants roses d’Afrique de l’Est. Le lac est aussi renommé pour ses sources d’eau chaude et geysers qui jaillissent des entrailles de la terre. A l’extrême sud du lac Bogoria, les visiteurs ont de forte chance d’observer des grands koudous, buffles, oréotragues sauteurs, chacals à chabraque et avec beaucoup de chance le léopard.

Mon avis :

Lac Bogoria, flamants roses
© Bob Walker CC BY-SA 2.5

Lac Baringo

Situé à environ 50 km au nord du lac Bogoria, le lac Baringo est un plan d’eau douce de 168 km² de premier plan pour les oiseaux. Plus de 500 espèces sont ici comptabilisées. Pas étonnant que c’est un site Ramsar depuis 2002. C’est l’un des sites les plus intéressants pour les ornithologues amateurs.

Mon avis :

L’Ecosystème Tsavo

Situé entre Mombasa et Nairobi, l’écosystème de Tsavo comprend deux parcs nationaux et des zones de conservation reliées aux parcs nationaux par un corridor. La superficie totale dépasse les 21 000 km², ce qui représente plus de 4% du Kenya. C’est le pays de la terre rouge.

Parc national Tsavo Ouest

D’une superficie de 9065 km², le parc national de Tsavo Ouest est d’une grande diversité sur le plan paysager et plus de 100 espèces de mammifère et 500 espèces d’oiseaux y vivent. On peut y voir les Big 5. Les populations d’éléphants sont importantes. Le rhinocéros noirs peut être observé dans le sanctuaire de Ngulia, crocodiles et hippopotames à Mzima Springs où on peut les approcher à pied avec un ranger.

Mon avis :

Parc national Tsavo Ouest, petit koudou

Parc national Tsavo Est

Le parc national de Tsavo Est est séparé de Tsavo Ouest par la route A109 qui relie Nairobi à Mombasa. D’une superficie de 13747 km², le parc offre généralement de bons safaris. Les Big 5 y sont présents. Les animaux sont plus faciles à voir qu’à Tsavo Ouest car l’écosystème est globalement plus ouvert. Tout comme à Tsavo ouest, on peut rencontre une faune endémique aux zones arides du Kenya : Oryx beisa, gérénuk, petit koudou. Le parc national est réputé pour ses grandes populations d’éléphants.

Mon avis :

Parc national Tsavo Est, éléphant

Lumo wildlife Sanctuary

Lumo est une zone de conservation privée de 194 km² gérée par la communauté Taita. Il jouxte le Taïta Hills Wildlife Sanctuary et le parc national de Tsavo Ouest. On y rencontre 61 grands mammifères et plus de 350 espèces d’oiseaux.

Mon avis :

Lumo wildlife Sanctuary, lion

Taita Hills Sanctuary

Taïta Hills est aussi une zone de conservation privée qui fait 113 km². L’écosystème est identique au Lumo Wildlife Sanctuary. D’ailleurs, on peut passer d’un sanctuaire à un autre avec le même billet.

Mon avis :

Taita Hills Sanctuary, éléphants

Réserve nationale de Shimba Hills

Située à environ 30 km de Mombasa, la réserve nationale de Shimba Hills est de type tropical. Plus de 50 % des 159 espèces de plantes rares au Kenya se trouvent dans les Shimba Hills. Elle est également réputée pour ses populations d’antilopes roannes, hippotragues noirs et antilopes suni.

Mon avis :

Parc national Meru

Situé au nord-est du Mont Kenya, le parc national Meru est à tord oublié des voyageurs. D’une superficie de 870 km², il offre d’excellentes observations d’animaux sauvages, les Big 5 ainsi que des espèces endémiques au nord Kenya ou aux zones arides du Kenya comme le zèbre de Grévy, le gérénuk, l’oryx beisa, la girafe réticulée et le petit koudou. On y observe également de grands troupeaux d’éléphants et de nombreuses espèces d’oiseaux.

Si vous aimez faire vos safaris sans autres 4×4 autour du votre, le parc national Meru est fait pour vous.

Mon avis :

Parc national Meru, girafe réticulée

Les zones de conservation du plateau de Laikipia

Le plateau de Laikipia, qui s’étend sur plus de 9500 km² à l’est du Mont Kenya, regorgent de zones de conservation privées. Les vastes plaines d’altitude abritent les plus grandes populations de rhinocéros du Kenya.

Il Ngwesi Conservancy

La Il Ngwesi conservancy est une zone de conservation de 8765 hectares gérée par la communauté Masaï située au nord du plateau de Laikipia.

La conservancy est très intéressante pour l’observation de la girafe réticulée, le petit koudou, le gérénuk et le rhinocéros blanc que l’on approche à pied. Il n’y a qu’un lodge, charmant au passage, à l’intérieur de la zone de conservation, ce qui garantie des safaris sans aucun autre 4×4.

Les frais d’entrée servent à financer des projets qui profitent à sept communautés Maasaï de la région.

Mon avis :

Il Ngwesi Conservancy, Rhinocéros blanc

Ol Pejeta Conservancy

Ol Pejeta est une zone de conservation privée de 365 km². Elle est inscrite sur la liste verte de l’Union internationale pour la conservation de la nature, plus connu sous le sigle UICN, pour la bonne gestion et l’efficacité de ses actions de sauvegarde de la faune sauvage.

La Conservancy possède le plus grand sanctuaire de rhinocéros noirs d’Afrique de l’Est et les derniers de rhinocéros blancs du nord. C’est the place to be pour observer et photographier les rhinocéros au Kenya.

Ol Pejeta Conservancy aurait la densité de prédateurs la plus élevée du Kenya en dehors du Masaï Mara. En vous y rendant, vous avez de bonnes chances de voir un lion, un guépard ou une hyène tachetée, voire la hyène rayée si vous effectuez un safari nocturne.

Mon avis :

Ol Pejeta Conservancy, Rhinocéros blancs

Les autres conservancies

Parmi les autres zones de conservation de Laikipia, Lewa, Borana, Loisibia, Solio, Ol Lentille ont d’excellentes réputations mais leur accès est assez exclusif en raison des camps de toile et lodges très haut de gamme.

Les réserves nationales le long de la rivière Ewaso Ng’iro

Au nord du parc national Meru, le long de la rivière Ewaso Ng’iro et près de la petite ville d’Archer’s Post, on trouve trois réserves nationales des plus intéressantes : Shaba, Buffalo Springs et Samburu.

Autrefois, un même billet permettait de passer d’une réserve à une autre. C’est désormais terminé depuis la fermeture du pont qui enjambe l’Ewaso Ng’iro entre Samburu et Buffalo Springs.

Les trois réserves comptabilisent près de 400 espèces d’oiseaux.

  • Lire mon guide des réserves nationales de Shaba, Samburu et Buffalo Springs (prochainement)

Réserve nationale de Shaba

Des trois réserves nationales, Shaba (239 km²) est la moins fournie en faune mais c’est aussi la plus belle. Cobes à croissant, zèbres de Grévy, gérénuks, oryx beisa y sont communs. Shaba intéressera aussi les ornithologues, notamment pour les rapaces. 390 espèces ont été comptabilisées.

Mon avis :

Réserve nationale de Shaba, barbicans à tête rouge

Réserve nationale de Buffalo Springs

D’une superficie de 131 km², la réserve nationale de Buffalo Springs se situe au sud de Samburu. C’est la rivière Ewaso Ng’iro qui fait office de frontière entre les deux réserves nationales.

On y observe quatre des Big 5. Seul le rhinocéros n’est pas présent à Buffalo Springs. La réserve est réputée pour ses observations d’éléphants et de léopards. Mais on y croise aussi guépard, zèbres des plaines et zèbres de Grévy, girafes réticulées…

Buffalo Springs est moins fréquentée que Samburu.

Mon avis :

Réserve nationale de Buffalo Springs, guépard

Réserve nationale de Samburu

Samburu, c’est le must des trois réserves nationales qui longent la rivière Ewaso Ng’iro. C’est ici que la faune est la plus dense. Les pistes longent davantage la rivière. Belle population de gérénuks, autruches de Somalie, girafes réticulées, oryx beisa, zèbres de Grévy. Les chances de croiser le léopard sont assez importantes. Belle population d’éléphant également.

Les ornithologues ne seront pas en reste. Les observations sont nombreuses et variées.

C’est aussi à Samburu que le choix des lodges est le plus nombreux. Loger face à la rivière est un spectacle incroyable !

Mon avis :

Réserve nationale de Samburu, léopard

Cahier pratique pour faire safari au Kenya

Comment se rendre au Kenya ?

Vol international jusque l’aéroport international Jomo Kenyatta de Nairobi ou l’aéroport international Moi de Mombasa.

Recherchez votre billet d'avion

Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Quand faire un safari au Kenya ?

Le Kenya se trouve au niveau de l’équateur. Son climat est tropical. Les températures diurnes du Kenya se situent en moyenne entre 20°C  et 28°C mais il peut y avoir de fortes variations, notamment à cause de l’altitude.

Globalement, on distingue la saison sèche (de juin à octobre et en janvier février) de la saison humide où deux périodes se différencient : les petites pluies en novembre et décembre et les grosses pluies entre mars et mai.

Maintenant, pour l’observation des mammifères, la saison sèche est clairement un avantage mais si vous voulez observer et photographier un maximum d’oiseaux, je vous recommande de vous rendre au Kenya pendant la saison des petites pluies.

Il y a des variations climatiques d’un secteur à l’autre du Kenya. Pour plus d’informations sur un sanctuaire précis, allez lire les articles qui y sont rattachés.

Avec qui partir en safari au Kenya ?

Pour votre safari en au Kenya, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès des deux agences de voyage francophones avec qui je travaille au Kenya. Je les ai sélectionné pour leur sérieux et leur capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Carlo et ou Jean-Yves, Expert sur le Kenya.

Sachez aussi que j’encadre un safari photo dans les parcs et réserves du nord Kenya. Plus d’infos ici.

Quel hébergement choisir pour son safari au Kenya ?

Le Kenya offre un grand choix d’hébergements. On distingue généralement 5 types d’hébergement pour un safari :

  • Le camping : C’est le type d’hébergement le moins cher, c’est aussi le moins confortable. Contrairement à la Tanzanie, les campings sont souvent peu équipés ou mal entretenus. Les aventuriers y trouveront leur compte.
  • Les cottages : Dans certains parcs nationaux, réserves nationales et zones de conservation, on peut réserver un bandia ou un cottage. Vous y trouverez une chambre et une cuisine commune mais le plus souvent pas de restauration sur place. Il vous faudra venir avec votre nourriture.
  • Les hôtels et lodges de grande capacité : Les parcs et réserves populaires ont toutes des établissements permettant d’accueillir de nombreux voyageurs. Si c’est la garantie d’un prix plus intéressant, c’est aussi avoir une prestation plus standardisée.
  • Les petits lodges : Ils offrent plus d’intimité avec la nature. Prestation plus haut de gamme. Le prix est forcément plus élevé.
  • Les camps de toile : Synonyme des safaris à l’anglaise, les camps de toile constituent pour beaucoup le summum de l’hébergement en safari au Kenya. Prestation haut de gamme et prix élevé.

Quels guides emporter avec soi pour faire son safari au Kenya ?

Quel matériel photo pour son safari ?

Avoir une focale supérieure à 300 mm est nécessaire pour faire des photos en safari. Il y a énormément de critères qui entrent en compte. Pour cette raison, j’ai écrit un article spécifique sur pour vous aider à choisir votre matériel photo pour un safari.

Qu’emporter avec soi pour un safari au Kenya ?

Allez lire mon article Que mettre dans ses bagages pour un safari ? Vous y trouverez toutes les réponses.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Où faire un safari au Kenya ?
Share via
Copy link