Vous êtes ici :

Etosha : safari autour du camp de Namutoni

Pour terminer nos 7 jours de safari à Etosha, nous finissons par une nuit au camp de Namutoni tout à l’est du parc national. Retour sur cette expérience un peu courte mais qui nous a révélé de superbes observations.

Téléchargez la carte du parc national Etosha en grand format

D’Halali au camp de Namutoni

On prend la route du camp de Namutoni après avoir réalisé des safaris autour des camps d’Olifantsrus, Okaukuejo et Halali.

On quitte donc le camp d’Halali en direction du waterhole de Goas. On s’y arrête quelques instants puis on repart car il n’y a rien à y voir. On rejoint la C38 au niveau de Nuamses et on prend vers l’Ouest, avant de faire demi-tour et de prendre la direction de Namutoni à l’est. On y verra nos habituels animaux et oiseaux de la semaine : outarde kori, outarde à miroir blanc, oryx, impala, rollier à longs brins, courvite à collier. Ne croyez pas que je me lasse de les observer, bien au contraire. On croisera aussi des bubales et des springboks. On n’en n’avait plus vu ces derniers depuis le premier jour de notre safari à Etosha.

On restera un moment à observer un gnou rempli de boue séchée sur le visage tout en prenant notre petit-déjeuner. Un peu avant Springbokfontein, les pluies récentes ont rempli les dépressions de part et d’autre de la piste. Les limicoles en profitent pour chasser les vers, en particulier les chevaliers aboyeurs et les chevaliers sylvains. Deux canards à bec rouge ont même trouvé suffisamment d’eau pour barboter dans un coin d’une des dépressions. Un peu plus loin sur la route, on croisera une cisticole grise et un groupe de travailleurs à bec rouge d’une centaine d’individus faisant des allers-retours avec une flaque d’eau pour aller y boire. Un autour chanteur viendra remettre de l’ordre dans ce va-et-vient. On reverra des travailleurs à bec rouge en grand nombre au waterhole de Chudob.

Alors que midi approchait et qu’on avait décidé de nous rendre directement au camp de Namutoni, j’entends des impalas aboyaient. Je stoppe le 4×4 entièrement équipé pour le camping, jumelle le bush et aperçois furtivement un mouvement tacheté sur ma gauche. Il semblerait que ça soit un dos. Léopard ? Guépard ? Je gare le 4×4 et jumelle à nouveau la zone. Je vois clairement un guépard avancé dans notre direction. Il va traverser la piste. Je positionne correctement le 4×4 et l’attends. Il est seul. Il avance tranquillement. A hauteur de la piste, il jette un œil à gauche et à droite puis se remet en route et passe devant notre véhicule. De l’autre côté de la piste, il va s’allonger à l’ombre d’un arbre. Ravi de cette dernière observation, nous rejoignons le camp de Namutoni où nous nous installons au camping.

Après le déjeuner, on ira buller un peu autour de la piscine où des mangoustes rayées passeront nous voir.

Safari autour du Fisher’s pan

Sur les coups de 15h00, nous repartons en safari. Nous mettons le camp vers le Fisher’s pan. En ce début d’avril, il devrait y avoir de nombreux oiseaux dans ce secteur d’Etosha.

A peine sorti du camp de Namutoni que nous croisons un drongo brillant et un gnou. Sur le chemin qui nous mène à Twee Palms Fontain, on observera plusieurs outardes à miroir blanc, des rolliers à longs brins, deux autours chanteurs juvéniles et un adulte, une alouette sabota, un groupe de pintades de numidie, une girafe et des guêpiers d’Europe. Le ciel s’obscurcit fortement, ce qui permet de faire des photos originales mais avec un ciel pareil, difficile de ne pas se prendre la pluie. Un gros orage éclate. On continue notre route, fenêtres du 4×4 fermées et essuie-glaces en vitesse maximale, sans rien voir. Faut dire, même la piste est difficilement visible.

Sur la fin de la boucle, on reverra quelques guêpiers d’Europe ainsi que des limicoles comme l’échasse blanche et un bécasseau que je n’ai pas réussi à identifier. N’hésitez pas à commenter l’article si vous l’avez reconnu.

Sur le dik-dik drive

En cette fin d’après-midi, on décide de basculer sur la Dik-dik drive longue de quelques kilomètres. Comme son nom le laisse supposer, on devrait pouvoir y observer des dik-diks, une antilope naine. La première antilope que nous observons est un impala à face noire. On rencontrera effectivement plusieurs dik-diks sur ce tour ainsi que des zèbres des plaines, des mangoustes rayées et des girafes dont un mâle tout excité cherchant à s’accoupler avec une femelle. Il suivait la femelle comme son ombre, a cherché plusieurs fois à la monter mais la femelle n’a pas montré beaucoup d’envie. Le bougre, il patientait… Nous, on a dû prendre le chemin du retour pour rentrer au camp de Namutoni avant la nuit.

Dernier game-drive à Etosha

Pour notre dernière matinée de safari, on fait le choix de partir en game-drive avec un ranger du parc national Etosha car on a de la route ensuite pour rejoindre le parc national de Waterberg, notre prochaine étape.

Le ranger par vers l’ouest et s’engage sur un tour. Nous y croisons un rhinocéros noir qui broute paisiblement près de la piste. Il n’est pas du tout effrayé par le véhicule. Nous prenons la route du waterhole de Chudop de l’autre côté de la C38.  Un vautour oricou et quelques vautours africains sont posés sur des branches d’arbre. Nous jumellons les alentours en quête d’une proie dévorée par un félin mais ne voyons rien. Nous nous remettons en route, une averse nous arrose. Au waterhole, nous observons une veule royale, un mâle en plumage nuptial. Il est juste magnifique avec ses couleurs jaunes, noires, son bec rouge et sa longue queue. Saviez-vous que le mâle, lorsqu’il n’est pas en saison des amours, a le même plumage que la femelle et perd donc sa longue queue ?

Le 4×4 met le cap vers le Fisher’s pan. On prend l’itinéraire dans le sens inverse de la veille. Il pleut tout autant. On croisera deux chacals à chabraque trempés. Mais contrairement à nous, ça n’a pas l’air de beaucoup les déranger.

Un peu plus loin au nord du Fisher’s pan, on croisera deux lionnes dans les herbes hautes. Visiblement, elles viennent de se réveiller et ont le vendre vide. Elles commencent à scruter l’horizon pour vérifier qu’une proie potentielle n’est pas dans les parages. Elles n’ont toutefois pas l’air pressé de partir en chasse. On les laisse donc à leurs occupations et on poursuit le safari.

Quelques kilomètres plus loin, on croise un groupe de 5 lionnes tapi dans les herbes hautes. Elles se réveillent tout doucement et baillent à tue-tête. Elles sont trempées par la pluie qui est tombée. Elles n’ont visiblement pas envie de se mettre en route. Alors, c’est nous qui rentrons au camp de Namutoni. Quelle magnifique observation pour finir son safari à Etosha !