Vous êtes ici :

Safari sur les rives du lac Kariba au Zimbabwe

J’ai passé deux nuits sur les rives du lac Kariba au Bumi Hills Safari Lodge pour réaliser plusieurs safaris sur et autour du lac. Retour sur cette expérience dépaysante, relaxante et enchanteresse.

Le lac Kariba et la concession privée de Bumi Hills

Le lac Kariba est un lac artificiel de 5 400 km² partagé entre la Zambie et le Zimbabwe. Il est en eau depuis 1959. Si le lac est bien connu des pêcheurs pour ses poissons-chats, il est aussi réputé pour les ornithologues puisque le lac Kariba abrite plus de 400 espèces d’oiseaux. C’est aussi une destination très photogénique avec ses forêts inondées.

La concession privée de Bumi Hills se trouve au Zimbabwe sur la rive sud du lac Kariba non loin du parc national Matusadona. D’une superficie de 6 000 hectares, elle abrite de nombreux oiseaux et plus de 50 mammifères. Les mammifères les plus communément rencontrés en safaris sont les impalas, les zèbres, les éléphants et les grands koudous. Peut-être aurez-vous la chance de croiser en safari la pride de lions ou la rare raphicère de Sharpe.

La concession privée de Bumi Hills est à 1h40 de vol de l’aéroport de Victoria Falls et à 1h30 de celui de la capitale Harare. Comptez 30 minutes de vol depuis le parc national Mana Pools et 1h30 depuis le parc national Hwange.

Bumi Hills Safari Lodge, mon lodge pour 2 nuits

J’ai séjourné deux nuits au Bumi Hills Safari Lodge, un lodge qui allie sans mal sérénité et luxe. Juché à flanc de colline, il surplombe le lac Kariba.

Les chambres avec vue sur le lac Kariba

Le Bumi Hills Safari Lodge dispose de 10 chambres avec vue sur le lac Kariba ainsi que d’une villa qui offre une intimité idéale pour les groupes ou les familles.

Les chambres sont un savant mélange de style africain et d’influences contemporaines. Elles ont une salle de bain privative avec baignoire, une climatisation, un ventilateur au plafond et un balcon ou une véranda. Eau, thé et café à disposition ainsi qu’un mini-bar avec des boissons de votre choix. Tout cela gratuitement. Même le laundry service est inclus. C’est confortable et sans stress.

Piscine à débordement…

Un salon, une salle à manger, une salle de billard et un bar avec terrasse donnant sur le lac composent la partie principale. Il y a aussi une superbe piscine à débordement et un spa. J’ai beaucoup aimé traîner autour de la piscine entre deux safaris.

… Et cuisine moderne

C’est une cuisine moderne d’inspiration africaine et internationale. C’est très bon.

Les activités organisées par le lodge

Le Lodge propose diverses activités, telles que des safaris en véhicule ouvert, des safaris à pied accompagnés d’un guide professionnel et des croisières en bateau. Il est également possible de pêcher. Dans les villages voisins, des rencontres culturelles peuvent être organisées afin d’avoir un aperçu de la riche culture ancestrale du peuple Tonga. Les services du spa sont en option.

Mes safaris sur les rives du lac Kariba

C’est en avion taxi que nous avons rejoint la concession privée de Bumi Hills depuis le parc national Hwange où nous étions précédemment. La piste d’atterrissage est à seulement 5 mn du lodge.

Safari ornithologique en 4×4

Le même après-midi, on réalise un safari en 4×4 sur les bords du lac Victoria. C’est une belle entrée en matière avec de nombreux oiseaux observés : spatule d’Afrique, héron goliath, grande aigrette, martin-pêcheur pie, chevalier guignette, chevalier sylvain, pluvier pâtre… et notre premier coucher de soleil sous fond de ciel orageux.

Lever de soleil sur le lac Kariba et safari

Le second jour, nous nous sommes levés tôt pour assister au lever de soleil sur l’une des forêts inondées du lac Kariba. C’est à n’en pas douter l’un des plus beaux levers de soleil d’Afrique. On est resté dans le secteur pour voir la faune se réveiller. D’abord une huppe d’Afrique puis des pintades de Numidie et un bruant à poitrine dorée. En nous déplaçant sur un autre secteur en bordure du lac Kariba, nous croisons un pygargue vocifer et non loin de son arbre des gangas bibandes. Non loin de là, un crocodile entre dans l’eau pendant que des cobes à croissant et des œdicnèmes tachards l’observent faire. Nous sommes assez près de vanneaux à tête blanche, ce qui semble les déranger. Un nid ne doit pas être loin.

Direction une autre partie de la concession privée en bordure du lac Kariba. De nombreux oiseaux sont les pattes dans l’eau à la recherche de nourriture : un tantale ibis, des spatules d’Afrique, un héron cendré, une aigrette ardoisé, des échasses blanches. Un impala et des éléphants sont aussi dans le coin. Le premier était venu boire mais nous l’avons raté alors que les seconds explorent les pelouses environnantes à la recherche de la moindre nourriture. Pour cela, ils utilisent leur pied pour extraire l’herbe de la terre. Nous sommes en fin de saison sèche et il n’y a plus grand chose à manger dans l’intérieur des terres. C’est une maigre alimentation pour eux. Puisqu’ils sont sur place, autant aller boire aussi dans le lac Kariba. Heureusement que la saison des pluies va bientôt arriver. Des zèbres des plaines sont aussi dans le secteur pour profiter des pâturages.

Alors que nous allions quitter ce site, un balbuzard pêcheur survole notre 4×4. Il fait décoller une grande aigrette un peu craintive. Des bucorves du sud ausculte la terre en quête de nourriture pendant qu’un cormoran africain sèche ses ailes.

Sur le chemin du retour au Bumi Hills Safari Lodge, nous croisons des grands koudous.

Nous nous relaxons au lodge autour de la piscine après le petit-déjeuner. Dans la végétation alentour, des camaroptères à tête grise et des rufipennes morio chantonnent. Pendant la sieste, je suis réveillé par des bruits de feuille. Près de moi, un écureuil mange un papillon de nuit.

Croisière sur le lac Kariba au coucher de soleil

Une fois la chaleur accablante du midi passée, nous repartons en safari, mais cette fois-ci, nous embarquons sur une petite embarcation à fond plat pour explorer le lac Kariba autour du lodge.

Quelques minutes à peine après notre départ, nous croisons des hippopotames et des crocodiles. Du côté des oiseaux, aigrettes garzettes et pygargue vocifer sont nos deux premiers volatives observés. Ils sont dans la forêt inondée. Des hirondelles à collier et des hirondelles rustiquent voltigent au même endroit. Quand l’une d’elles se pose sur un arbre mort, je la photographie car en vol, elles donnent le tournis.

Nous mettons le cap sur Starvation island. Tout doucement, la lumière baisse et devient plus douce. C’est une île de sable, longue d’environ 3 km sur 1 km de large. Impalas et cobes à croissant y vivent en nombre, mais sont en grand danger pendant la saison des pluies. Car l’altitude de l’île est proche de 0 et sa superficie se réduit comme peau de chagrin à ce moment-là. Le Bumi Hills Safari Lodge via sa fondation a déjà aidé les animaux par le passé, soit en les sauvant les animaux lorsqu’ils tentaient la traversée ou en déposant de la nourriture pour les animaux bloqués sur l’île (source). L’île est aussi appréciée des oiseaux : héron goliath et autres hérons et aigrettes, cormoran africain, échasse blanche, spatule blanche, cisticole des joncs, cormoran à poitrine blanche, ouette d’Egypte, ibis falcinelle, anhinga d’Afrique, dendrocygne veuf…

Tout doucement, nous nous dirigeons vers la fin de journée. Des pêcheurs traditionnels s’activent pour remonter les filets depuis une barque en bois. Pour le coucher de soleil, nous nous arrêtons au milieu d’une forêt inondée. Les cormorans sont nombreux ici. Savent-ils que c’est ici qu’on trouve le plus beau coucher de soleil d’Afrique ? Sans doute, sinon pourquoi seraient-ils là ?

Rencontre nocturne avec les lions

Alors que nous étions déjà comblés par notre journée, notre guide Harris nous propose un safari nocturne après le dîner avec l’espoir de rencontrer la pride de lion qui est difficilement visible de jour.

Nous rencontrons de nombreux animaux. Parmi les nouveaux, le lièvre sauteur ou encore le courvite à triple collier. Mais point de lions. Nous nous résignons à prendre le chemin du retour au lodge. Harris souhaite explorer une fois encore la piste d’atterrissage, car il sait que la pride aime ce lieu. Nous étions déjà passés plus tôt mais n’avions rien vu. Et bien cette fois, ils sont là mais à notre arrivée, ils s’enfonçaient dans le bush. Harris enclenche la première pour faire le tour de la zone en espérant qu’ils aillent boire  au lac Kariba. Lorsque nous arrivons, par un chemin beaucoup plus long, nous ne ne voyons pas les lions, mais remarquons immédiatement les impalas en alerte. Ils sont donc dans le secteur. Nous les cherchons un bon moment avant de les repérer dans une dépression. ils remontent la pente. Ils étaient bien allés boire.

Sur la route du retour au Bumi Hills Safari Lodge, nous avons le plaisir de croiser un oedicnème tachard et un ganga bibande. Quelle belle journée ! Demain, nous mettons le cap sur le parc national Mana Pools pour 6 jours de safari.

Cahier pratique

Comment se rendre à Bumi Hills  ?

Vous avez le choix d’atterrir à Harare, la capitale, ou Victoria Falls. Les deux villes peuvent être rejointes via Johannesburg. Des vols directs vers Victoria Falls ont aussi lieu depuis Addis Abeba en Ethiopie. Ensuite pour rejoindre Bumi Hills, le plus simple est de prendre un avion taxi car le site est isolé et le trajet en 4×4 est long et fatiguant.

Recherchez votre billet d'avion



Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Avec qui partir en safari au Zimbabwe ?

Pour vos safaris au Zimbabwe, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence de voyage locale francophone avec qui j’ai voyagé au Zimbabwe. J’ai été très satisfait de ses services et de sa capacité à personnaliser mon voyage. Contactez Aurélia, Experte sur le Zimbabwe.

Quelle est la meilleure période pour faire son safari sur les rives du lac Kariba ?

La meilleure période pour faire vos safaris sur les rives du lac Kariba s’étale de mai à octobre pendant la saison sèche. En novembre, de nombreux lodges ferment à Mana Pools.

Pour les férus d’ornithologie, il faudra néanmoins venir en saison humide car la meilleure période s’étale de novembre à avril, période pendant laquelle sont présents les migrateurs. Préférez alors avril et début novembre pour éviter les grosses pluies d’été.

Guides de voyage et naturalistes

  • Guide Zimbabwe en anglais par les éditions Bradt Travel Guides. Si vous ne parlez pas la langue de Shakespeare, tournez-vous vers le Petit Futé.
  • National Parks of Zimbabwe : une carte des parcs nationaux Hwange, Mana Pools, Matusadona et bien d’autres. Pas des plus détaillée mais comme sur place il est parfois impossible de trouver des cartes, je vous recommande de partir avec celle-ci.
  • Tracks4Africa édite un atlas complet avec des cartes de toute l’Afrique Australe. Existe aussi en application.
Restons en contact
Pour être tenu informé des nouveaux stages, voyages et safaris photo ou de la publication des nouveaux articles sur le blog, inscrivez-vous à la Wildletter.
  • Garanti sans spam
  • Non cession de votre adresse email à des tiers
  • Désinscription en 1 clic

Laisser un commentaire