Safari dans le parc National Arusha

Safari dans le parc National Arusha

Situé dans le nord de la Tanzanie à 25 km à l’est de la ville d’Arusha, le parc national Arusha est le plus petit parc du pays avec 137 km². Il a été créé en 1960 bien qu’à ses débuts il portait le nom de parc national Ngurdoto. Il s’est même appelé parc national du Mont Meru un court moment.

Le parc national d’Arusha reçoit assez peu de visiteurs pour sa faune et ses oiseaux, un peu plus pour réaliser l’ascension du Mont Meru (4566 m).

 

Le parc national est divisé en trois zones distinctes :

  • Ngurdoto comprenant le cratère volcanique Ngurdoto recouvert par la forêt tropicale.
  • Meru où l’on trouve le 2ème sommet de Tanzanie après le Kilimandjaro. On s’y rend surtout pour le trekking.
  • Momela incluant plusieurs lacs alcalins et non salés. C’est ici qu’on trouve les colonies de flamants roses.

Let’s go pour une journée de safari à la rencontre de la faune et des oiseaux du parc national Arusha, première étapes de mes 11 jours de safari en Tanzanie.

Safari dans le parc national ArushaLes sons de la forêt

Nous passons NGongongare Gate au sud du parc national Arusha et nous rendons directement à la réception avec le guide pour obtenir nos entrées.

Petit tour par les toilettes, achat de la carte du parc puis nous partons découvrir le parc national Arusha. C’est la seconde fois que je m’y rends. La première fois c’était avant l’ascension du Kilimandjaro.

Buffles, parc national ArushaDans les plaines de Serengeti Ndogo, un troupeau de buffles d’une trentaine de têtes se tient debout dans un cercle de boue. Quelques zèbres les regardent nonchalamment non loin de là. C’est la première observation de la journée.

Notre guide nous emmène ensuite dans un coin plus secret. Il engage le 4×4 dans le Kilinga Forest Circuit, une piste de 7,3 km peu empruntée et vraiment wild.

Kilinga Forest CircuitNous avançons au son des chants d’oiseau, nous voyons des branches bouger, des battements d’ailes furtifs mais point d’oiseaux à photographier. Ici bon nombre d’oiseaux vivent à la cime des arbres et ils sont si hauts que je dois me tordre le cou pour tenter de les voir. En vain. Ce n’est pas grave. Les moments que je préfère sont quand le guide coupe le moteur du 4×4 et que les sons des oiseaux emplissent la forêt.

J’aurais quand même le plaisir d’entre-apercevoir un touraco de Hartlaub endémique à l’Afrique de l’est et qu’on trouve principalement dans les forêts humides d’altitude ainsi qu’un singe bleu.

Singe bleu, parc national ArushaRencontre fortuite avec un babouin

Le safari dans le parc national Arusha se poursuit plus vers le nord. Ici, point de lions, rhinocéros, léopards et guépards sont extrêmement difficiles à rencontrer. Parmi les big 5, seul le buffle s’observe facilement.

Un troupeau composé de 14 girafes passent tranquillement devant le 4×4, jetant des regards curieux de temps à autre sous le regard de Tulisia Hill et du mont Meru. A peine plus loin, j’observe deux guibs harnachés dans une prairie, un mâle et une femelle. Leurs visages sont infestés par les mouches, ce qui n’est pas sans problème puisque l’espèce est souvent piquée par la mouche tsé-tsé et agriculteurs accusent souvent le guib harnaché de véhiculer la maladie du sommeil à leur troupeau.

arusha©GregoryRohart-3656
arusha©GregoryRohart-3555
arusha©GregoryRohart-3059
arusha©GregoryRohart-3302

Un peu à l’est de la Momela Gate, je rencontre dans une savane semi-ouverte un groupe de babouins. Un mâle attire mon regard. Il crève l’écran si je puis dire. On dirait un acteur qui défile devant une caméra prêt à jouer son rôle. Alors que je le photographie, il s’approche du 4×4 d’un pas déterminé. Il s’approche tellement prêt du 4×4 que je ne peux plus faire le point avec mon objectif  Fujinon XF200 mm f/2 R LM OIS WR. Si près que lorsque je retire mon œil droit de l’œilleton de l’appareil photo, le babouin est dans le 4×4, les pattes posées sur le siège d’à côté. Moment de panique à l’intérieur du 4×4… Quelques secondes plus tard, il sort par le toit n’ayant pas trouvé de nourriture à manger. Plus de peur que de mal quand on sait que les canines d’un gros mâle peuvent atteindre 80 cm.

Babouin, parc national ArushaNous partons déjeuner au Momela Pincnic site qui surplombe le small Momela lake. Un bulbul des jardins vient nous rendre visite.

Les flamants roses du parc national Arusha

Après mon déjeuner, je croise sur les rives du small Momela lake un crabier chevelu immobile. C’est sa technique pour ne pas se faire repérer, ce qui me laisse le temps de le photographier.

Le Big Momella lake accueille quant à lui une colonie de flamants roses et de flamants nains. Des centaines et des centaines d’individus, têtes baissées, plantent leur bec dans la vase pour filtrer l’eau et se nourrir de minuscules invertébrés aquatiques.

Dans les zones les moins salines, je verrais aussi des nettes brunes, canards du cap et grèbes castagneux.

Plus loin, une buse augure survole la savane proche du lac.

arusha©GregoryRohart-5036
arusha©GregoryRohart-4276
arusha©GregoryRohart-3667
arusha©GregoryRohart-3944

A la recherche des colobes

Mais je suis venu dans le parc national Arusha pour observer et photographier le colobe guereza. Strictement arboricole, ils sont assez difficiles à observer, sauf dans le parc national Arusha qui constitue le meilleur spot en Tanzanie pour le voir.

Colobe Guéréza, parc national ArushaLe colobe guéréza vit exclusivement à la cime des arbres. Pas toujours simple à voir mais dès que l’on observe un groupe de colobes, généralement composé d’une dizaine d’individus dirigé par un mâle dominant, il faut patienter et le laisser vaquer à ses occupations.

Colobe Guéréza, parc national ArushaJe vais avoir la chance de croiser trois groupes lors de ma journée de safari. A chaque fois, ils s’alimentaient de feuilles. Savez-vous pourquoi on le nomme colobe ? Colobus signifie « mutilé » en grec en référence à ses doigts cornés sans ongles. Mais qu’il est beau avec son pelage noir et blanc et ses longs poils qui forment une belle frange le long du corps.

Prochaine étape, le parc national Tarangire.

arusha©GregoryRohart-4983
arusha©GregoryRohart-4951
parc national arusha
arusha©GregoryRohart-2

Cahier pratique Parc national Arusha

Comment y aller ?

Vol international jusqu’à l’aéroport international Kilimanjaro près d’Arusha.

Recherchez votre billet d'avion

Prix d’entrée

Voici le tarif par jour pour les étrangers.

  • + de 16 ans : 45 $
  • 5 à 15 ans : 15 $
  • de 5 ans : gratuit.

Si vous passez par un tour-opérateur, les prix d’entrée sont généralement inclus.

Avec qui faire son safari à Arusha ?

-  o  -

Pour votre safari en Tanzanie (y compris pour votre ascension du Kilimandjaro), je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence de voyage francophone avec qui je travaille en Tanzanie. Je l’ai sélectionné pour son sérieux et sa capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Carlo, Expert sur la Tanzanie.

Quand visiter le parc national Arusha ?

JFMAMJJASOND
28°C27°C28°C26°C25°C24°C24°C25°C27°C28°C28°C27°C

LégendePériode la plus favorablePériode favorablePériode assez favorablePériode déconseillée ou fermée

Où dormir ?

Près de l’entrée sud du parc national Arusha, le Ngare Sero Mountain Lodge a une excellente réputation.

Sinon, allez voir sur Booking, le choix d’hôtels est vaste à Arusha.

Guides d’observation

Plus d’infos : Tanzanian Tourist Board

Partage et épingle mon article

arusha-03
arusha-01
arusha-02

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

PARTAGE L'ARTICLE SUR TES RESEAUX SOCIAUX
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, tu aimes la nature, suis mes conseils et inspire-toi de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Ambassadeur Fujifilm, j'encadre aussi des séjours photo. Aussi fondateur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net. Mes photos sont sur www.gregoryrohart.com.

No Comments

Post a Comment