Vous êtes ici :

Parc national Meru

Le Parc National Meru est un parc national peu fréquenté au Kenya. La faune s’est pourtant bien repeuplée depuis les années 80 et 90 où le braconnage faisait des ravages. C’est littéralement un parc en dehors des sentiers battus. Si vous aimez prendre les chemins de traverse, Meru est fait pour vous car on n’y rencontre pour le moment que très peu de voyageurs.

Retrouvez dans ce guide pratique, toutes les informations pour bien préparer votre safari dans le Parc National Meru. En complément de cet article, vous pouvez aussi lire :

Présentation du parc national de Meru

Le parc national Meru est une réserve animalière d’une superficie de 870 km² gérée par le Kenya Wildlife Service. Il se situe à 350 km au Nord Est de Nairobi.

Meru était l’un des deux sites dans lesquels George et Joy Adamson ont réintroduit dans les années 60 Elsa la lionne rendue célèbre dans le livre à succès et le film primé Born Free. Georges Adamson fut tué en 1989 par des braconniers dans le parc national Kora qui jouxte Meru. Le parc national était dans les années 80 et 90 le terrain de chasse des braconniers.

D’un point de vue paysager, le nord-ouest du parc national Meru, est vallonné avec des sols riches d’origine volcanique, le terrain devenant plus plat vers l’est. On trouve dans les collines de Nyambene  les sources de 13 rivières permanentes qui s’écoulent ensuite dans les plaines. Les rivières les plus importantes sont les rivières Rojewero, Ura et Tana. Une telle abondance d’eau qui coule à travers une partie principalement aride du Kenya crée une mosaïque d’habitats différents faisant de Meru l’un des parcs les plus diversifiés de toute l’Afrique. C’est étonnant de voir que Meru peut comporter des zones semi-arides comme à Samburu tout en ayant des parties bien vertes.

Quels animaux observer en safari à Meru ?

Le parc national Meru a depuis le début des années 2000 réglait en grande partie le problème de braconnage auquel il a été confronté par le passé. Aujourd’hui, une large variété d’animaux sauvages fréquente le parc national Meru.

Dans la savane, on rencontre communément les éléphants, la girafe réticulée, les buffles d’Afrique, les gazelles de Bright (autrefois une sous-espèce de la gazelle de Grant), les gnous, les zèbres des plaines (mais on peut aussi y croiser des zèbres de Grévy), l’oryx beisa ou encore le petit koudou. Les hippopotames et les crocodiles du Nil sont communs le long de la rivière Tana. Les observations de félins sont plus aléatoires.

D’un point de vue ornithologique, le parc national Meru répertorie à lui seul plus de 400 espèces d’oiseaux. Ce chiffre passe à 500 en incluant le parc national Kora qui est encore moins fréquenté. Plusieurs espèces habitant la zone nord du Kenya s’y observent comme la pintade vulturine, l’autruche de Somalie ou le cisticole des Borans. On y rencontre fréquemment le guêpier à gorge blanche, le martin-chasseur à tête grise, le rollier à longs brins, l’aigle huppard, le bateleur, l’alecto à tête blanche ou encore le francolin à cou jaune. Les rivières qui traversent le parc offrent de bon habitat pour la chouette-pêcheuse de Pel et le tisserin palmiste. Meru est une très belle destination pour les ornithologues.

Le sanctuaire des rhinocéros du parc national de Meru

Le parc national Meru contient dans son enceinte un sanctuaire clôturé pour les rhinocéros. Sa surface est passée de 48 km² à 83,5 km² en 2018 avec l’aide de Sheldrick Wildlife Trust. Le sanctuaire comptait en 2017 61 rhinocéros blancs et 28 rhinocéros noirs. Neuf rhinocéros sont nés en 2020.

Le sanctuaire est aujourd’hui gardé jours et nuits par des rangers du Kenya Wildlife Service. Deux bases de rangers supplémentaires ont été construites avec l’aide de SWT et une nouvelle clôture électrique a été édifiée en 2018. 20 couloirs fauniques ont également été créés. Ils permettent la libre circulation des éléphants et des autres animaux sauvages à l’intérieur et à l’extérieur du sanctuaire, à l’exception des rhinocéros.

Où dormir à Meru ?

Il y a peu de solutions d’hébergement dans ou près du parc national Meru. A l’intérieur du parc, le seul lodge est le luxueux Elsa’s Kopje depuis la fermeture du Leopard Rock Lodge. Plus abordable et confortable, l’Ikweta Safari Camp est une option très intéressante à environ 2 km de la Murera Gate au nord du parc Meru.

Le Kenya Wildlife Service gère aussi des campings et des bandas sommaires pour les petits budgets.

Cahier pratique pour le parc national Meru

Porte d’entrée, horaires d’ouverture et prix d’entrée

Le parc national Meru comporte trois portes d’entrée :

  • La murera gate au nord,
  • L’ura gate au sud-est,
  • La bisanadi gate au nord, peu utilisée car elle n’est pas sur la route de Nairobi.

Les portes ouvrent à 6h00 et ferment à 18h00.

En 2022, l’entrée dans le parc national est de 52 $ par jour pour un adulte et 25$ pour un enfant de moins de 18 ans.

Comment se rendre au parc national Meru ?

Vol international jusque Nairobi puis par la route en passant par Nanyuki. Comptez 7 heures de route. Une bonne option peut être de s’y rendre en faisant une halte de quelques jours dans la Ol Pejeta Conservancy à mi-chemin.

Recherchez votre billet d'avion



Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Quand venir faire un safari dans le parc national Meru ?

Le parc national Meru peut-être découvert toute l’année. L’observation des mammifères est meilleure pendant la saison sèche de juin à octobre.

Meru offre également de bonnes possibilités d’observation des oiseaux tout au long de l’année, mais la meilleure période va de novembre à avril lorsque les migrateurs d’Europe et d’Afrique du Nord sont présents.

Guides d’observation

Avec qui voyager au Kenya ?

Pour votre safari au Kenya, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès des deux agences de voyage francophones avec qui je travaille au Kenya. Je les ai sélectionné pour leur sérieux et leur capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Carlo et ou Jean-Yves, Expert sur le Kenya.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Restons en contact
Pour être tenu informé des nouveaux stages, voyages et safaris photo ou de la publication des nouveaux articles sur le blog, inscrivez-vous à la Wildletter.
  • Garanti sans spam
  • Non cession de votre adresse email à des tiers
  • Désinscription en 1 clic

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
×