Observer les oiseaux au lac du Der

Observer les oiseaux au lac du Der

Observer les oiseaux au lac du Der

 

Le lac du Der à cheval sur les départements de la Haute-Marne et de la Marne est l’un des sites ornithologiques majeurs en France. C’est aussi l’un des plus grands lacs artificiels d’Europe. Saviez-vous qu’il a été réalisé pour réguler le niveau d’eau de la Marne et ainsi protéger Paris des inondations.

180 grues cendrées comptabilisées au 21 septembre 2017Le lac du Der est essentiellement connu de tous les amoureux de la nature pour la migration des grues cendrées qui a lieu à l’automne et à la fin de l’hiver. Chaque année, c’est plus de 400 000 Grues cendrées qui passent par la France. Le record de comptage sur le lac du Der établi en novembre 2014 est de 206 000 grues cendrées observées sur la même matinée.

Les 21 et 22 septembre derniers, j’ai passé mon temps à observer les oiseaux. 180 grues cendrées étaient déjà arrivées sur le lac du Der, le reste arrivant généralement après le 15 octobre. Vous pouvez suivre la migration au jour le jour des grues cendrées sur le site de la LPO Champagne-Ardenne. J’ai pu les voir de loin mais l’essentiel de mes observations concernait d’autres oiseaux cette fois-ci.

Chevalier gambette, lac du DerFin de journée à l’observatoire du Chantecoq

Le 21 septembre, j’ai passé 3 heures en fin de journée à l’observatoire de Chantecoq. Il possède deux niveaux. Celui du bas permet de photographier de plus près les oiseaux sur la berge. Un chevalier gambette et un chevalier guignette ratissent le bord en quête de nourriture. Fin août, septembre est la meilleure période pour les observer car le niveau d’eau est encore assez élevé. Au printemps, les oiseaux sont le plus souvent sur des îlots au centre du lac.

Au loin autour d’un îlot et sur celui-ci, j’observe de nombres vanneaux huppés, des cygnes tuberculés, des foulques macroules, des grands cormorans. Plus près une grande aigrette se pose sur la berge près d’un héron cendré.

Un hollandais qui partage l’observatoire avec moi voit un rapace dans le ciel à une bonne distance de nous. Il shoote à tout va pensant qu’il s’agit d’un pygargue à queue blanche. Après vérification des clichés en utilisant la fonction zoom au maximum, nous confirmons que c’est un balbuzard pêcheur. Déçu, il me quitte pour aller dîner. Il est 17h30. Seulement 7 minutes, plus tard, une envolée d’oiseaux attirent mon regard. C’est alors que le pygargue à queue blanche apparaît dans mon viseur. J’aurais aimé partager cette observation avec lui. Quel dommage !

Atteignant 2,50 mètres d’envergure, le pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) est l’un des  plus grands rapaces de la planète. Il hiverne en Champagne et en Lorraine mais son observation reste rare puisqu’on ne compterait qu’une vingtaine d’individus. Une très belle observation, chanceuse il faut l’avouer. Je vous poste la photo fortement cropée.

En quittant le poste d’observation, des bandes de vanneaux huppés passent au dessus de ma tête pour rejoindre les prairies aux abords du lac du Der.

Aurélien Deschatres, LPO Champagne-ArdenneMatinée d’observation avec la LPO

Le lendemain, en compagnie d’Aurélien Deschatres, chargé de mission biodiversité à la LPO Champagne-Ardenne et coordinateur national du réseau Grues France, je pars observer les oiseaux du lac du Der depuis le front de la digue ouest.  Nous croisons 3 busards des roseaux en migration en l’espace de 5 minutes. Le beau temps est de retour, les oiseaux en profitent pour migrer. Dans l’eau, nous observons à la longue vue deux spatule blanches, des sarcelles d’hiver, des colverts, des vanneaux huppés.

« C’est vraiment en ce moment que le Der est le plus beau » me dit-il. Les oiseaux du lac se portent bien. « Je suis plus inquiet pour les oiseaux du bocage dont les populations chutent » me confie t-il. Pipit farlouse, Pie-grièche écorcheur, Pie-grièche grise, Pie-grièche à tête rousse, Tarier des prés, Tarier pâtre, Linotte mélodieuse, Chardonneret élégant ont vu leur effectif diminué. La raison : la perte de leur habitat.

En fin de matinée, je retourne à l’observatoire du Chantecoq où je photographie une grande aigrette mangeant une écrevisse. Cette espèce de héron est aujourd’hui fréquente au lac du Der, ce qui n’était pas le cas il y a une vingtaine d’années. Juste avant de quitter les lieux, je fais une dernière photo d’un courlis cendré.

Grande Aigrette, lac du DerMes autres observations ornithologiques au lac du Der

Dans l’après-midi, je me rends sur deux autres sites ornithologiques : près de la base Ufolep et sur l’étang des Landres. A la base face à l’Eglise de Champaubert, j’observe de nombreux limicoles : grands gravelots, chevaliers gambettes, bécasseaux cocorli. Ce site se prête bien aux limicoles fin août début septembre car c’est le premier lieu où la vidange commence et que Paris diminue le niveau d’eau du lac du Der.

A l’étang des Landres, des sarcelles d’hiver sont regroupées de l’autre côté du plan d’eau. Plus près, un héron cendré est perché dans un arbre alors qu’un grèbe huppé, un brin curieux, vient me faire un coucou près de l’observatoire. Il se fera chassé quelques minutes plus tard par un ragondin qui passait par là. Pour la photographie, mieux vaut se rendre à l’étang dans la matinée car l’après-midi, on est à contre-jour.

Eglise de MontaubertRDV est pris avec les grues cendrées

J’ai déjà assisté à la migration des grues cendrées au lac du Der il y a plus de 15 ans. C’est à cette époque que j’ai commencé à m’intéresser à l’avifaune. C’est un spectacle incroyable. Aurélien Deschatres m’apprend que la LPO met à disposition des photographes aguerris des affûts à la ferme aux grues uniquement en période d’agrainage (fin février/début mars) pour éviter que les grues cendrées mangent les semis des agriculteurs locaux.

Je me suis promis de réserver l’affût une journée début 2018. D’ici là, je me rendrais à deux événements ornithologiques majeurs : A la fête de la grue du 21 au 29 octobre 2017 pour mieux connaître l’oiseau emblématique du lac du Der et au 21ème festival international de la photographie animalière et de Nature de Montier-en-Der du 16 au 19 novembre 2017. On pourrait s’y rencontrer ?

Grèbe HuppéeCahier pratique

Comment y aller ?

  • Gare la plus proche : Vitry-le-François ou Saint-Dizier (train direct depuis Paris)
  • Par la route : A moins de 3h de Paris

Quand y aller ?

A chaque saison son intérêt ornithologique. Plus de 300 espèces d’oiseaux fréquentent le lac du Der à l’année.

Automne / Hiver

Le lac du Der commence à se vider au début de l’été et se transforme petit à petit en une immense vasière. Des milliers d’oiseaux venus du nord de l’Europe passent par le lac du Der : les grues cendrées, le pygargue à queue blanche mais aussi le plongeon arctique, l’oie des moissons et de nombreux limicoles.

Sur l’ensemble des grues cendrées qui passent par le lac du Der, 20 000 environ décident chaque année de rester sur place pour y passer l’hiver.

Printemps / Eté

Au printemps, les migrateurs sont de retour alors que les nicheurs arrivent pour passer l’été au lac du Der. C’est la meilleure époque pour observer les hérons : héron pourpré, bihoreau gris, blongios nain, crabier chevelu, butor étoilé, aigrette garzette, héron garde-bœufs.

Guides d’observation

AppStoreLe guide ornitho : la référence pour l’observation des oiseaux en Europe, Afrique du nord et Moyen-Orient. Existe aussi en application IOS et Android.

Les oiseaux de Champagne-Ardenne : la référence sur les oiseaux nicheurs et migrateurs, occasionnels et réguliers de Champagne-Ardenne. Lire ma chronique.

Où dormir ?

Je vous conseille deux adresses testées :

Pour organiser votre séjour au lac du Der, consultez le site de l’office de tourisme. Pour prolonger votre séjour ailleurs en Haute-Marne, rdv sur le site officiel du tourisme en Haute-Marne. Sur ces deux sites internet, vous trouverez toutes les informations pratiques et utiles J

Ça vous a plu ? Je serais encore plus ravi si vous le partagiez sur vos réseaux sociaux
Facebook
Facebook
Pinterest
Pinterest
Instagram
Google+
https://www.my-wildlife.com/observer-les-oiseaux-au-lac-du-der/
RSS
Recevoir les nouveautés par email
SHARE
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi auteur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net

Pas de commentaire

Poster votre commentaire

Close

My Wildlife vous plait ? Ça serait cool de le faire savoir sur les réseaux sociaux