Vous êtes ici :

Observer les oiseaux dans la Réserve Naturelle Moëze-Oléron

Direction la Réserve Naturelle de Moëze-Oléron en Charente-Maritime entre Rochefort et l’Île d’Oléron, un site majeur pour la migration des oiseaux d’eau. Présentation.

La Réserve Naturelle Moëze-Oléron

D’une superficie de 6 490 hectares dont 6 170 hectares de surface maritime, 5 000 hectares de vasière et 320 hectares de marais poldérisés, la Réserve Naturelle de Moëze-Oléron est un havre de paix pour les oiseaux migrateurs. Elle se situe au cœur de la mer des Pertuis à cheval entre l’île d’Oléron et la commune de Moëze à Rochefort Océan sur le continent.

Côté terre, dans la continuité du marais de Brouage, la réserve naturelle s’étend sur un polder qui fait l’objet d’une gestion hydraulique et pastorale. On retrouve ainsi une diversité de milieux, plus ou moins salins et profonds, appréciés des oiseaux d’eau et une grande richesse biologique (Anguille d’Europe, Loutre d’Europe, Campagnol amphibie, Cistude d’Europe).

Côté mer, grâce à l’apport d’eau douce des fleuves Charente et Seudre, l’estran vaseux est un garde-manger à ciel ouvert incroyable pour de nombreuses espèces d’oiseaux, en particulier les limicoles.

La Réserve Naturelle de Moëze-Oléron est gérée par la Ligue de Protection des Oiseaux. A ce sujet, lisez mon interview de Matthieu Orphelin, le Directeur de la LPO. La Réserve Naturelle fait partie du réseau d’espaces naturels sensibles de la Charente-Maritime labellisée Échappées Nature.

Les règles de protection de la Réserve Naturelle Moëze-Oléron

La Réserve Naturelle de Moëze-Oléron est un espace sensible et une halte pour les oiseaux en migration. Afin de préserver l’avifaune, une règlementation stricte a été mise en place :

  • Les prélèvements (coquillages, sables, plantes, bois flotté, animaux…) sont interdits
  • La chasse et la pêche de loisir sont interdites ; la pêche professionnelle est réglementée
  • Les chiens ne sont pas autorisés, même tenus en laisse (sauf exception)
  • Les sports de glisse sont interdits (paddle, surf, kite surf, planches à voile…)
  • Le survol à moins de 300 mètres (drone compris) est interdit
  • L’accès aux réserves intégrales est strictement interdit (zones rayées en rouge sur la carte et marquées sur le terrain par des panneaux d’interdiction)

Comprenez bien que cette réglementation n’a qu’un seul but : protéger les oiseaux en halte migratoire. Enfreindre ces règles, c’est mettre en danger l’avifaune.

Carte de la Réserve Naturelle Moëze-Oléron
Carte de la Réserve Naturelle Moëze-Oléron avec ses trois réserves intégrales

Site d’hivernage majeur pour les oiseaux d’eau en halte migratoire

La Réserve Naturelle de Moëze-Oléron est un site d’hivernage majeur pour les oiseaux d’eau migrants sur la voie Est-Atlantique. C’est un site reconnu d’importance internationale au titre de la Convention de Ramsar pour les migrateurs longues distances.

La réserve naturelle compte 150 000 oiseaux hivernants dont 110 000 limicoles. Parmi eux, 13 000 bécasseaux maubèches et 80 000 bécasseaux variables au dernier comptage wetland fréquentent chaque année le site.

La Réserve Naturelle de Moëze-Oléron constitue aussi un lieu de repos apprécié des passereaux qui parcours parfois jusqu’à 10 000 kilomètres lors de leur migration. C’est la raison pour laquelle, la réserve naturelle accueille une station de baguage qui fonctionne tous les jours d’août à novembre. Les données recueillies grâce au baguage permettent de mieux connaître les oiseaux et leurs déplacements à l’échelle internationale puisque la réserve travaille en coordination avec les autres sites d’importance internationale.

En Mauritanie, le parc national du Banc d’Arguin est aussi un site d’hivernage incroyable pour les limicoles avec la présence de plus de 2 millions d’oiseaux.

Quels oiseaux voir dans la Réserve Naturelle Moëze-Oléron ?

La Réserve Naturelle de Moëze-Oléron compte 270 espèces d’oiseaux dont 69 nicheuses. Les espèces les plus répandues sont donc les oiseaux d’eau hivernants ou migrateurs. Outre les oiseaux, la réserve accueille aussi 10 espèces de poissons d’eau douce, 7 espèces d’amphibiens, 7 espèces de reptiles et 26 espèces de mammifères.

L’estran vaseux de Moëze-Oléron accueille des populations importantes d’une vingtaine de limicoles comme les bécasseaux variables, les huitriers pies, les bécasseaux maubèches, les courlis cendrés, les barges rousses ou encore les avocettes élégantes, qui trouvent des reposoirs à marée haute à l’abri des dérangements grâce notamment à la présence des réserves intégrales.

Chez les anatidés, la bernache cravant et le tadorne de Belon représentent à eux seuls près de 50 % des effectifs hivernant sur la réserve naturelle.

Le printemps et l’automne est un moment privilégié pour observer les oiseaux migrateurs comme la spatule blanche qui vient des Pays-Bas et s’arrête à Moëze-Oléron lors de sa migration. Les rapaces sont aussi bien représentés avec le busard des roseaux, le milan noir, les faucons crécerelle, pèlerin et hobereau et le circaète Jean-le-blanc

Guifette noire et mouette pygmée fréquentent occasionnellement la lagune à l’automne. Les sternes caugek, pierregarin se rassemblent en migration sur les pertuis et les cordons dunaires de l’île d’Oléron. En bordure du pré salé, chante la gorgebleue à miroir alors que le bruant des roseaux et la rousserolle effarvate préfèrent la végétation dense des fossés.

C’est simple, dans la Réserve Naturelle de Moëze-Oléron, la migration a lieu toute l’année, sauf en juin.

Où et quand voir les oiseaux dans la Réserve Naturelle Moëze-Oléron ?

Toute l’année a son intérêt à la Réserve Naturelle de Moëze-Oléron. L’hiver est une période propice pour observer les haltes migratoires des limicoles et des anatidés. C’est à cette période que j’ai découvert la réserve naturelle. Le printemps et l’automne sont les deux autres saisons à privilégier pour la diversité des espèces présentes.

La Réserve Naturelle de Moëze-Oléron est soumise à la marée que vous devez consulter pour connaître les horaires propices à l’observation des oiseaux. Consulter les horaires des marées à Oléron. Pour voir les bernaches cravants et les limicoles sur leur reposoir, privilégiez la marée haute et à l’inverse, optez pour la marée basse pour observer ses mêmes limicoles en nourrissage dans la vasière..

Voici quelques sites propices à l’observation des oiseaux dans la réserve naturelle.

Côté île d’Oléron

Digue de la Perrotine

Les jours de haut coefficient de marée, la digue de la Perrotine constitue le dernier reposoir pour les limicoles. Le jour de mon passage, plus de 10 000 bécasseaux variables étaient sur le reposoir.

Si les limicoles sont à bonne distance de l’objectif, c’est réellement impressionnant de les observer en nombre dans la longue-vue. Et, il suffit d’un passage de faucon pèlerin pour faire envoler tout ce beau monde.

Restez sur la digue et ne descendez pas sur la plage dans la réserve intégrale.

La plage de Fort Royer

A marée basse, l’estran face à la plage de Fort Royer devient le restaurant de nombreux limicoles. Si la majorité des espèces reste à distance d’un téléobjectif, le bécasseau sanderling n’hésite pas à s’approcher facilement permettant de faire de beaux clichés. N’entrez pas dans la réserve intégrale.

C’est ici que j’utiliserai pour la première fois les jumelles Zeiss SFL 8×30 que je recommande pour leur rapport poids/encombrement/luminosité/restitution des détails.

Il vous est également possible de participer à une balade ornithologique commentée de 2h avec accès à un observatoire au départ du site ostréicole de Fort Royer. Je n’ai pas testé mais on m’en a dit du bien. Vous pouvez aussi prolonger votre découverte d’Oléron en allant visiter le marais aux Oiseaux.

La pointe de Bellevue

A la pointe de Bellevue, les bernaches cravants apprécient la zostère naine Zostera noltei qui constitue l’essentiel de son alimentation. La surface d’herbier de la réserve naturelle représente 10 % de la surface totale des herbiers de l’Hexagone, ce qui en fait un site majeur hivernant pour la bernache cravant. Afin d’éviter le piétinement des herbiers et préserver l’alimentation des bernaches cravants, la pêche à pied est interdite sur la réserve naturelle. Veuillez également ne pas pénétrer la réserve intégrale.

Côté Rochefort Océan à Moëze

De ce côté-ci, deux observatoires sont présents, l’un en accès libre, l’autre accessible uniquement dans le cadre de visites guidées.

Les sentiers

Plusieurs sentiers permettent de découvrir à pied cette partie de la réserve naturelle en famille ; les groupes sont obligatoirement accueillis en visite guidée :

  • Sentier des polders avec observatoire (1,4 km ; ouvert du 1er Septembre au 31 Janvier de 12h à 19h ; du 1er Février au 31 Août de 7h à 20h ; piéton, chien interdit)
  • Sentier des Tannes (1,2 km ; vélo et chien tenu en laisse autorisés)
  • Sentier des sablières (500 m ; piéton, chien interdit)
  • Sentier des Lais de Mer (500 m ; piéton, chien interdit)

L’observatoire de la lagune

J’ai pu observer depuis l’observatoire de la lagune (accessible en visite guidée uniquement) le tadorne de Belon, le colvert, la sarcelle d’hiver, l’avocette élégante, le goéland marin, la barge à queue noire et même une spatule blanche. C’est sans doute le meilleur lieu pour observer les oiseaux côté terre à marée haute. Et sur le chemin qui y menait barge à queue noire, faucon crécerelle, busard des roseaux, grande aigrette ou encore ragondin. Allez savoir pourquoi, les busards des roseaux mâles de la réserve naturelle peuvent avoir un plumage de femelle.

Amis photographes, dans la Réserve Naturelle de Moëze-Oléron, les oiseaux restent généralement à distance. Ici, on observe plus aux jumelles ou à la longue-vue qu’on ne photographie. Et c’est très bien ainsi…

Les activités pour découvrir la Réserve Naturelle Moëze-Oléron

Participer à une visite guidée de la Réserve Naturelle de Moëze-Oléron encadrée par un animateur LPO est à mon sens le meilleur moyen pour découvrir le site et en savoir plus sur celui-ci et ses habitants. Découvrez le programme.

Cahier pratique

Où dormir près de la Réserve Naturelle Moëze-Oléron ?

Côté île d’Oléron

Côté Rochefort

Où manger ?

Côté île d’Oléron

  • Le Petit Coivre : Cuisine traditionnelle faites maison préparée avec des produits locaux.
  • Le Zing : Cuisine de produits locaux. Bel accueil.

Et aussi pour vos pique-niques :

  • Maison Marthe : conserverie proposant des terrines ou yaourts. Les produits se trouvent aussi dans les supermarchés et marchés de l’île d’Oléron.
  • La lumineuse : Vente de soupes, terrines, rillettes de poissons et autres spécialités de l’île d’Oléron.

Côté Rochefort

  • La petite kabane : Cantine éco-responsable confectionnant des plats à base de produits locaux.
  • Burger Shop : La référence des burgers maisons à Rochefort et au-delà.
  • La pièce à café : Brunch, déjeuner et dîner sous des voutes du XVII face au port de plaisance de Rochefort.
  • O’Gabier : Restaurant face au port, essentiellement à base de produits de la mer.
  • Vivre[s] : Le restaurant gastronomique de Grégory Coutanceau, situé dans l’ancien magasin aux Vivres de Rochefort. La carte met l’accent sur les produits de saison, issus des terroirs charentais et du sud-ouest, privilégiant le bon, le beau et le sain.

Guides ornithologiques

Le guide ornitho : la référence pour l’identification des oiseaux en Europe, Afrique du nord et Moyen-Orient. Existe aussi en application IOS et Android.

Plus d’informations

Restons en contact
Pour être tenu informé des nouveaux stages, voyages et safaris photo ou de la publication des nouveaux articles sur le blog, inscrivez-vous à la Wildletter.
  • Garanti sans spam
  • Non cession de votre adresse email à des tiers
  • Désinscription en 1 clic

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
×