Hornøya, l’île aux oiseaux marins

HORNØYA

Hornøya, l’île aux oiseaux marins

 

Après vous avoir présenté ma semaine d’ornithologie sur la péninsule de Varanger, je tenais absolument à vous parler plus en détails de mon expérience sur la réserve naturelle d’Hornøya, l’île aux oiseaux.

Hornøya 70 ° Nord, 31 ° Est

Hornøya est une île au large du port de Vardø aux confins de la Laponie norvégienne. C’est la pointe la plus orientale de la Norvège : au-delà s’étend la mer de Barents.

Petite (0,4 km²) et inhabitée, Hornøya ne comporte qu’un seul vestige non naturel : le phare de Vardø qui a été érigé au point le plus haut de l’île à une altitude de 65 mètres.

Bateau pour HORNØYA

Le bateau pour Hornøya

Inhabitée, pas tout à fait. Classée en réserve naturelle depuis 1983, Hornøya est réputée auprès des ornithologues pour sa colonie de 100 000 oiseaux de mer comprenant 15 000 couples de guillemots de Troïl, 7 500 couples de macareux moines, 7 500 couples de mouettes tridactyles, 500 couples de guillemots de Brünnich, 500 couples de pingouin Torda et 1 300 couples de cormorans huppés. Ces chiffres sont des estimations. De nombreux facteurs peuvent les faire varier : les conditions climatiques ou encore l’abondance de nourriture.

HORNØYA

Le ponton et l’observatoire d’Hornøya

Parmi les autres oiseaux nichant sur l’île, citons le guillemot à miroir, le fulmar boréal, les goélands bourgmestre, argenté, et marin, l’océanite cul-blanc, oie cendrée, bernache nonnette, l’eider à duvet, l’eider à tête-grise.

Le grand cormoran, le labbe parasite, le faucon gerfaut et le pygargue à queue blanche ne se reproduisent pas sur Hornøya mais sont fréquemment observés tout comme chez les passereaux la linotte à bec jaune ainsi que les pipits farlouse et maritime.

Cormoran huppé

Cormoran huppé

Hornøya : jusqu’à 100 000 oiseaux de mer

C’est après avoir découvert quelques sites ornithologiques à l’entrée de la péninsule de Varanger et autour de Vardø que je découvre l’île d’Hornøya sous un ciel bien gris.

Nous achetons nos tickets à l’office de tourisme (400 nok, environ 40 €) pour prendre le bateau de 12h00. Il y en a un autre à 15h00. Les autres bateaux ont été annulés. Il faut dire que nous sommes un samedi et que nous sommes déjà le 6 août, une date déjà avancée pour observer certaines espèces d’oiseaux marins à Hornøya. Il faut bien choisir sa saison pour venir sur l’île ; quelques semaines plus tôt auraient été préférables. Mais, on ne choisit pas toujours ses dates de vacances.

HORNØYA

Macareux moine

Macareux moine

10 minutes suffisent pour faire la traversée. Nous débarquons seuls sur la côte ouest de l’île face à des centaines de cormorans huppés. Un poste d’observation pouvant aussi servir d’abri en cas d’intempérie se trouve à la sortie du ponton. Un toilette se trouve aussi un peu plus loin.

Nous nous engageons sur le sentier balisé. Un panneau d’informations nous signale que du 1er mars au 15 août, il est interdit de grimper sur la falaise. Je pense que vous l’aurez compris, pour ne pas déranger les oiseaux qui nichent. Sur les pelouses qui surplombent le sentier, les derniers macareux moines nous regardent arriver. D’ici quelques jours, ils prendront eux aussi la mer pour suivre la migration déjà entamée par leurs congénères. Dans le lot, il reste un certains nombres de jeunes facilement identifiables à leur couleurs plus ternes.

Macareux moines

Macareux moines

Mouette tridactyle

Mouette tridactyle

Plus haut sur la falaise, des milliers de mouettes tridactyles se chamaillent, gueulent et virevoltent dans le ciel. Nous en verrons aussi le long du sentier. Carrément sur le chemin, nous observons aussi le ballet de jeunes cormorans qui vont et viennent sans but apparent. Nous profitons qu’ils s’écartent un peu du sentier pour passer.

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Pingouin Torda

Pingouin Torda

Plus loin sur les rochers des guillemots de Troïl et des pingouins Torda s’extirpent de temps à autre de leur place si chèrement acquise au début du printemps. Comme pour les macareux, le gros des troupes est déjà partie. Ils restent à tout casser une centaine de guillemots et quelques dizaines de pingouin Torda. Nous n’avons pas croisé de guillemots de Brünnich sur l’île mais en avons vu quelques spécimens en mer lors de la traversée. Pour différencier l’espèce de son cousin, le Troïl, il faut regarder le bec. Le Brünnich a l’été un liseré blanc le long du tranchant de la mandibule supérieure que n’a pas le Troïl.

Au pied de la falaise, les goélands marins sont à l’affût pour chaparder la moindre nourriture.

Goéland marin

Goéland marin

HORNØYA

Notre balade nous pousse jusqu’au phare. En chemin, nous observons des linottes à bec jaune et un pipit farlouse sans pouvoir les photographier. Sur le retour à l’embarcadère, nous apercevons en mer un rorqual de Minke. Il n’est pas rare non plus d’observer dans les eaux qui entourent Hornøya des baleines à bosses, des orques, des bélugas, des dauphins à nez blanc et des phoques gris.

Il est 16h00. C’est déjà l’heure de reprendre le bateau de pêche et de rentrer sur Vardø. Une chose est sûre. Je reviendrai à un moment un peu plus propice car Hornøya est un fabuleux spot ornithologique qui mérite bien plus d’une visite.

Phare d'HORNØYA

Rorqual de Minke

Rorqual de Minke

Côté pratique

Comment y aller ?

L’aéroport le plus proche est à Vardø mais nécessite souvent trois escales alors que celui de Vadsø distant de 67 km n’en demande que deux à Oslo et Kirkenes.

Guides

Location d’un GPS ornitho

A Ekkeroy, possibilité de louer un GPS auto accompagné d’un classeur pour géolocaliser les meilleurs spots pour observer les oiseaux sur la péninsule de Varanger. La location coûte 500 nok pour 1 comme pour 8 jours. Il faut aussi déposer une caution de 500 nok, récupérable à la remise du GPS. Plus d’infos : www.ekkeroy.net (voir aussi hébergement).

Où dormir ?

Possibilité de dormir dans le phare à Hornøya (voir url dans la rubrique plus d’infos) sinon j’ai loué un appartement tout confort à Vardø.

Plus d’infos

Ça vous a plu ? Je serais encore plus ravi si vous le partagiez sur vos réseaux sociaux
Facebook
Facebook
Pinterest
Pinterest
Instagram
Google+
https://www.my-wildlife.com/hornoya-ile-aux-oiseaux-marins/
RSS
Recevoir les nouveautés par email
SHARE
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi auteur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net

2 Commentaires

Poster votre commentaire

Close

My Wildlife vous plait ? Ça serait cool de le faire savoir sur les réseaux sociaux