Le gypaète barbu de Jean-François Terrasse

Le gypaète barbu

Le gypaète barbu de Jean-François Terrasse

Le gypaète barbu n’est pas un rapace comme les autres. Issu de l’ordre des Falconiformes qui regroupent près de 300 espèces de vautours, aigles, pygargues, buses, milans, faucons, éperviers ou encore autours, le gypaète barbu a en commun des serres et un bec crochu.

Dans cette monographie, Jean-François Terrasse, ornithologue spécialiste des rapaces, a souhaité partager ses connaissances du gypaète barbu pour mieux le protéger, lui qui a failli disparaître. Il y avait bien cette édition de 2006 qu’on trouvait encore d’occasion à des prix exorbitants. Avec cette réédition, tout le monde pourra s’offrir l’ouvrage et en apprendra davantage sur le gypaète barbu.

Le gypaète barbu n’est pas un chasseur, c’est un nécrophage, casseur d’os.

Le gypaète barbu : le casseur d’os

Pourquoi est-il si extraordinaire ce gypaète barbu ? D’abord, il est fier, coloré, puissant et élégant. C’est pour moi le plus beau des vautours. Mais aussi parce qu’il est unique. Le gypaète barbu n’est pas un chasseur, c’est un nécrophage, casseur d’os. Disposant d’un faible odorat, il repérera les allers et venus des autres vautours sur une carcasse. Il attendra patiemment son tour lorsqu’il ne restera plus que le squelette pour saisir rapidement avec son bec un os qu’il s’empressera d’avaler. Et si l’os s’avère trop grand, il l’emporte avec lui et le jette sur le sol pour le briser.

Le Gypaète barbuOn le trouve aujourd’hui en Asie centrale, au Kenya, en Afrique du Sud (j’ai pu l’observer dans la réserve de Giant’s Castle). Il a quasiment disparu d’Afrique du nord. En France, l’espèce a survécu dans les Pyrénées et en Corse et a disparu des Alpes au début du XXième siècle. Au 1986 a lieu les premières réintroductions dans les Alpes autrichiennes et l’année suivante en Haute-Savoie. En 2016, on comptait 43 couples reproducteurs dans les Alpes. Tout un chapitre de l’ouvrage revient en détail sur cette réintroduction. C’est un succès qui doit maintenant redoubler d’effort pour être pérenne car l’Homme détruit toujours plus vite qu’il ne construit.H

Carte de répartition du gypaète barbu en 2011Le gypaète barbu de Jean-François Terrasse est une excellente monographie sur l’espèce. Très bien documentée, accessible, elle fera le bonheur de tous les ornithologues et curieux qui désirent mieux connaître cet oiseau unique.

Pour en savoir plus sur le programme de réintroduction dans la Drôme et le Massif Central en vue de relier les populations des Pyrénées et des Alpes, vous pouvez aussi consulter le site GypConnect.

Disponible chez :

logo-amazonlogo-fnac

A propos de Jean-François Terrasse

Ornithologue, président de la Commission de Sauvegarde des Espèces de la section française de l’Union Internationale de Concervation de la Nature, administrateur LPO, Jean-François Terrasse est un des grands spécialistes et défenseurs des rapaces et plus particulièrement du gypaète barbu.

A propos de l’ouvrage

  • Titre : Le gypaète barbu
  • Auteur : Jean-François Terrasse avec la participation de Christophe Coton et Paul Géroudet
  • Editeur : Delachaux et Niestlé
  • Format : 145×190 mm – 208 pages
  • Prix : 19,90 €
  • Achetez sur Amazon.frFnac.com

Photo de couverture de l’article tirée de l’ouvrage avec l’autorisation des Editions Delachaux et Niestlé.

Ça vous a plu ? Je serais encore plus ravi si vous le partagiez sur vos réseaux sociaux
Facebook
Facebook
Pinterest
Pinterest
Instagram
Google+
https://www.my-wildlife.com/gypaete-barbu-de-jean-francois-terrasse/
RSS
Recevoir les nouveautés par email
SHARE
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi auteur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net

Pas de commentaire

Poster votre commentaire

Close

My Wildlife vous plait ? Ça serait cool de le faire savoir sur les réseaux sociaux