Vous êtes ici >>

Où voir les pygargues à Hokkaido ?

5
(5)

Hokkaido au Japon est réputé pour l’observation des oiseaux et des pygargues en particulier. Présentation des espèces et des meilleurs sites d’observation des pygargues sur l’île d’Hokkaido.

 

Quels pygargues voir à Hokkaido ?

On trouve deux espèces de pygargue dans l’est d’Hokkaido parmi les 10 espèces vivant à travers le monde : le pygargue à queue blanche et le pygargue de Steller.

Les pygargues sont des rapaces diurnes de la famille des Accipitridae qui comprend plus de 250 espèces dont les aigles, les autours, les buses, les busards, les vautours, les milans, etc.

Tous ces oiseaux partagent :

  • Une vision binoculaire prononcée leur permettant de repérer avec aisance leurs proies,
  • Des pattes disposant de 4 doigts aux ongles longs et acérés leur facilitant la capture de proies,
  • Un bec avec une mâchoire supérieure recourbée afin de faciliter le déchiquètement des chairs,
  • Un dimorphisme sexuel (mâle plus petit que la femelle).

Pygargue à queue blanche, Hokkaido

Pygargue à queue blanche

Le pygargue à queue blanche est un très grand rapace. La femelle est nettement plus grande que le mâle et dispose d’un bec plus grand et plus fort. Elle peut atteindre 95 cm de longueur pour une envergure de 260 cm et un poids de 6 kg.

Le plumage de l’adulte est beige avec un bec jaune et une queue blanche. Son identification est facile. Le plumage des juvéniles et des immatures est nettement plus complexe car il change rapidement avec l’âge et la mue et diffère selon l’origine géographique. Les couleurs du plumage est un mélange de cannelle et de brun foncé avec une poitrine striée de tâches blanches. Consultez la fiche d’identification des différents plumages du pygargue à queue blanche éditée par la LPO.

Le pygargue à queue blanche est par ordre de préférence : piscivore, ornithophage et nécrophage.

Sa répartition géographique s’étend sur l’ensemble du continent euroasiatique en y ajoutant l’Islande et le Groenland. On distingue deux sous-espèces : Haliaeetus albicilla groenlandicus au Groenland et Haliaeetus albicilla albicilla sur le reste de son aire de répartition. En France, on le trouve dans le Grand-Est. J’ai eu la chance de l’observer au lac du Der mais ses apparitions sont très rares car la population est faible. On le trouve à Hokkaido toute l’année et en bien plus grand nombre.

Sa population mondiale est évaluée entre 20 000 et 50 000 têtes. Elle est en croissance et l’espèce est classée en préoccupation mineure par l’UICN (source : birdlife International).

Pygargue à queue blanche juvénile, Hokkaido

Pygargue de Steller

Le pygargue de Steller qu’on nomme aussi pygargue empereur est le plus grand et le plus puissant des pygargues. Là aussi, la femelle est plus grande que le mâle. Ses dimensions sont impressionnantes. Les femelles peuvent peser plus de 9 kg pour une taille de plus d’1 mètre et une envergure de plus de 2,50 m.

Physiquement, le pygargue de Steller a de l’allure. L’adulte est facilement identifiable avec son bec jaune crochu et massif, ses ailes en forme de pagaies et sa longue queue blanche en pointe. Le plumage des juvéniles et immature est brun foncé. Il se distingue facilement du pygargue à queue blanche grâce à son bec jaune.

Le régime du pygargue de Steller est varié et change selon les saisons, les régions et l’abondance des proies. On y trouve aussi bien des proies vivantes (lagopèdes, pies noires, goélands argentés, canards pilets, guillemots, mollusques, poissons chat, brochets de l’Amour, saumons…) que des charognes (cerf, renard, écureuil terrestre, mammifères marins…).

La population du pygargue de Steller est classée vulnérable par l’UICN. Elle décroit et varie entre 4 600 et 5 100 individus dont environ 1 830 à 1 900 couples reproducteurs (source : UICN).

Son aire de répartition s’étend de la Russie où il est résident au Japon en passant par la Chine et les deux Corée. A Hokkaido, le pygargue de Steller arrive avec l’hiver et reprend sa migration annuelle vers la Russie à partir de mars.

Pygargue de Steller, Hokkaido

Quels sont les meilleurs sites d’observation l’hiver des pygargues à Hokkaido ?

Maintenant que vous en savez un peu plus sur ces deux splendides pygargues, je vous livre quatre sites d’observation à Hokkaido. Les deux rapaces partagent les mêmes aires de répartition à Hokkaido l’hiver.

Péninsule de Notsuke

Fine bande de sable séparant le détroit d’Izmeny et le reste d’Hokkaido, la péninsule de Notsuke se trouve à l’est la petite commune de Nakashibetsu. Longue d’environ 26 km, elle est un lieu intéressant pour observer les pygargues de Steller et les pygargues à queue blanche mais aussi bien d’autres espèces comme le renard roux de Sakhalin, le cerf Sika et de nombreux autres oiseaux (goélands, canards principalement).

Pygargue de Steller, Hokkaido

Péninsule de Shiretoko

Située au nord-est d’Hokkaido, la péninsule de Shiretoko est l’un des tous meilleurs spots pour photographier les pygargues à queue blanche et pygargues de Steller. D’abord en raison de l’importante population qui apprécie le secteur lorsque la mer dérive mais aussi en raison des excellentes conditions pour les photographier grâce aux croisières organisées au départ du port de Rausu.

Chaque matin, d’anciens bateaux de pêche embarquent les photographes désireux de photographier les pygargues. Pour faciliter les prises de vue, un membre d’équipage lance du poisson en mer pour attirer les rapaces. Résultat garantie, y compris pour les goélands.

Péninsule d’Hashirikotan

Plus au sud d’Hokkaido, la péninsule d’Hashirikotan est l’un des bras qui sépare le lac Furen de la baie de Nemuro. Peu de voyageurs prennent le temps de la découvrir. Ici les pygargues et les milans noirs sont visibles le long de la route et même au cœur du village d’Hashirikotan, et sans appâts.

Pygargue à queue blanche, Hokkaido

Lac Furen

Le lac Furen est l’un des hauts lieux pour photographier les pygargues de Steller, pygargues à queue blanche mais aussi milans noirs et corbeaux à gros bec. Ici, les rapaces sont appâtés avec du poisson déposé sur la glace. Si cela est peu naturel, cela permet de bien observer les espèces. Prévoir une longue focale d’au moins 600 mm voire 800 mm.

Pygargue à queue blanche, Hokkaido

Cahier pratique

Comment s’y rendre ?

Vol international jusque Tokyo puis vol interne jusque l’aéroport de Kushiro. La location de voiture est le moyen le plus évident pour se rendre sur les sites si vous n’êtes pas avec une agence de voyage. Essayez le comparateur Rentalcars ou celui d’Autoeurope pour louer votre véhicule.

Recherchez votre billet d'avion

 

Avec qui voyager sur l’île d’Hokkaido ?

Pour votre voyage naturaliste sur l’île d’Hokkaido au Japon, je vous conseille d’adresser votre demande de devis sur mesure auprès de l’agence de voyage locale anglophone avec qui je travaille au Japon. Je l’ai sélectionnée pour son sérieux, sa connaissance du terrain (elle organise des voyages qu’à Hokkaido) et sa capacité à répondre aux demandes personnalisées.

Guides de voyage & Naturalistes

  • Lonely Planet Japon : le guide généraliste le plus tournée sur la découverte de la nature au Japon
  • Birds of Japan de Mark Brazil : La référence pour l’identification des 700 espèces d’oiseaux du Japon

Plus d’informations sur Hokkaido

Allez voir les sites d’Hokkaido Tourism et du Japon pour trouver des idées de voyage au Japon.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes 5

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Pygargue de Steller, Hokkaido

Laisser un commentaire

16 Shares
Share via
Copy link