Vous êtes ici :

À la recherche du tigre dans le parc national Bandhavgarh

Il y a quelques semaines, j’ai accompagné un voyage photo Objectif Nature pour partir à la recherche du tigre dans le parc national Bandhavgarh en Inde. Je reviens sur cette expérience, ma seconde dans cette réserve de tigres.

En complément de cet article, lisez mon guide pratique du parc national Bandhavgarh et ainsi bien organiser et réussir vos safaris dans cette magnifique réserve de tigres.

Les tigres

Le tigre est le plus grand des félins. Il est du genre panthera au même titre que le lion, le léopard, la panthère des neiges et le jaguar.

Le tigre compte 9 sous-espèces en vie, 3 ont disparu à l’état sauvage :

  • le Tigre de Sibérie (Panthera tigris altaica)
  • le Tigre de Chine méridionale (Panthera tigris amoyensis)
  • le Tigre d’Indochine (Panthera tigris corbetti)
  • le Tigre de Malaisie (Panthera tigris jacksoni)
  • le Tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae)
  • le Tigre du Bengale (Panthera tigris tigris)
  • le Tigre de Bali (Panthera tigris balica)
  • le Tigre de Java (Panthera tigris sondaica)
  • le Tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata)

Les populations de tigres de Java, de Bali et de la Caspienne ont disparu dans les années 1950.

Tigre du Bengale, Bandhavgarh

Le tigre du Bengale

Le tigre du Bengale (Panthera tigris tigris) vit dans les forêts humides, les mangroves et les savanes en Inde, Bangladesh, Birmanie et Népal.

C’est un félin solitaire, à la fois nocturne et diurne, qui dispose d’un régime carnivore. Ses principales proies sont le cerf axis, mais aussi le sambar, les singes (langur et macaques), l’antilope nilgaut, le sanglier, le buffle d’Asie et le gaur. Son territoire peut atteindre 100 km².

Le tigre du Bengale a des mensurations impressionnantes même si elles sont un peu plus petites que le tigre de Sibérie. Les mâles peuvent mesurer 2,70 m et même plus de 3 m avec la queue ; les femelles quant à elles peuvent atteindre 2,3 m et 2,7 m avec la queue. Les plus gros mâles ont un poids de 250 kg, 160 kg pour les plus grosses femelles.

Les femelles atteignent leur maturité sexuelle vers 3-4 ans, les mâles un peu plus tard vers 4-5 ans. La reproduction a généralement lieu pendant le printemps. 15 semaines après l’accouplement, la femelle donne naissance à une portée de 2 à 5 petits. Ils sont aveugles les 10 premiers jours et sont allaités pendant 2 mois avant de leur apporter des proies à manger. A 1 an, les jeunes tigres sont capables de chasser. Ils restent cependant avec leur mère durant 2 à 3 ans. À leur départ, elle est alors prête pour s’accoupler à nouveau.

Le tigre du Bengale a une espérance de vie à l’état sauvage de 15 ans.

Tigre, bandhavgarh

La population du tigre du Bengale en Inde et au parc national Bandhavgarh

La population de tigres du Bengale était estimée entre 40 000 et 50 000 individus en Inde en 1900. Il n’en restait que 1827 en 1972, date à laquelle le gouvernement indien a lancé le Project Tiger pour protéger l’espèce, en créant des parcs nationaux et des réserves de tigres.

L’Inde s’est engagé à tripler sa population de tigres d’ici à 2030. En 2023, grâce aux efforts de conservation, la population des tigres du Bengale en Inde a encore augmenté, passant de 2 967 individus en 2018 à 3 682 tigres en 2023.

La population de tigres de l’état du Madhya Pradesh où se trouve le parc national Bandhavgarh a aussi connu une augmentation de sa population de tigres, passant de 526 en 2018 à 785 en 2022.

Même chose pour le parc national Bandhavgarh. Sur la même période, le nombre de tigres est passé de 90 à 165 individus.

Safari à la recherche du tigre du Bengale à Bandhavgarh

Comme je le disais en introduction, cet article fait suite à un voyage photo Objectif Nature que j’accompagnais pour un petit groupe de 5 photographes animaliers. Pendant 6 journées, nous avons exploré le parc national Bandhavgarh à la recherche du tigre du Bengale, soit avec des permis classiques (en demi-journée et dans une zone définie), soit avec des permis en journée complète et dans n’importe quelle zone du parc national. Pour plus d’informations à ce sujet, veuillez lire mon guide sur les safaris dans le parc national Bandhavgarh.

Les indices de présence du tigre

Le tigre du Bengale vit dans un environnement forestier dense. L’observer dans la nature est toujours un privilège et nécessite de pister le tigre à l’aide d’indices. Si vous êtes habitués à faire des safaris en Afrique, vous constaterez qu’en Inde, le pistage tient une place plus importante. En ne faisant appelle qu’à la chance, il y a fort à parier que vous ne verrez pas le tigre. Chauffeur, guide et photographes cherchent des indices de la présence du tigre. Il peut s’agit de traces laissées sur le sol ou de cris d’alerte de cerfs ou de langur.

Les 4×4 s’entraident également en quadrillant un secteur et en se communiquant des infos sur des signes de sa présence.

Observer le tigre du Bengale n’est jamais garantie. Cependant, c’est en ayant une attention toute particulière aux indices de son passage que nous avons le plus de chance de l’observer et de le photographier.

La baignade du tigre à Khitauli

Premier jour de safari dans le parc national Bandhavgarh. Nous sommes dans la zone 3 (Khitauli). Au moins 4 tigres mâles et 2 femelles avec des jeunes de 3/4 mois sont régulièrement rencontrés dans cette zone du parc national. Alors que nous photographions un pic de Goa, le chauffeur reçoit un appel d’une autre jeep Gipsy. Nous quittons le secteur pour nous diriger vers la rivière Nighanala. Plusieurs 4×4 sont là. Des cris d’alerte ont été entendus dans la forêt. Et la rivière dispose d’un point d’eau fréquenté régulièrement par un mâle.

L’attente commence. 30 mn plus tard, deux chacals dorés passent au petit trot près des jeeps et disparaissent. 1h plus tard, toujours pas de tigres. Certains 4×4 quittent le secteur. Nous restons. A 9h08 précise, nous voyons au loin, dans le lit asséché de la rivière, une queue dressée vers le ciel et qui s’approche de nous. Puis soudain, la tête apparaît. Il remonte le lit de la rivière dans notre direction. Notre jeep se positionne pour l’attendre. Mais, au lieu de passer devant le 4×4, il remonte dans la forêt. Pinku, notre chauffeur, rallume le moteur en direction du plan d’eau.

Ce tigre est un mâle d’environ 8 ans dénommé Chootabheem. C’est le fils de Bheem, un célèbre tigre du parc national Bandhavgarh.

Nous voilà donc au plan d’eau, attendant Chootabheem. Moins de 10 minutes plus tard, nous le voyons marcher dans le lit de la Nighanala. Il rejoint le point d’eau. Il y boit puis s’assoit dans l’eau pendant près de 10 mn. Il se remet en marche et s’enfonce dans la forêt. Nous le revoyions une dernière fois lorsqu’il traverse la piste devant les 4×4 ébahis tout en prenant le temps de marquer son territoire en se frottant sur un arbre.

Une magnifique première observation de tigre du Bengale à Bandhavgarh.

Tigre, Parc national Bandhavgarh

La chasse du tigre

Je n’ai pas assisté à la scène. Mais la seconde jeep du voyage photo oui. Alors je vous retranscris les mots de JL.

« 8h30, on s’installe pour le breakfast, nous allons aux toilettes, dès que je reviens, Pinku m’appelle : « TIGER » ! J’appelle les autres qui sortent des toilettes à moitié habillés, et on démarre à fond sur la piste. Un tigre, Dhoti, est allongé en sous-bois. Il finit par se déplacer discrètement. Je vois les roseaux bougés à l’arrière d’une petite prairie, des cerfs axis sont devant et soudain, action. Le tigre se précipite, les cerfs fuient dans tous les sens. Le félin a attrapé un jeune qu’il emmène dans la forêt pour manger son repas. Magnifique scène. »

C’est franchement un moment particulier et rare à vivre dans la jungle. Je suis ravi pour eux.

La saison des amours

J3 au parc national Bandhavgarh, nous prenons la direction de la sortie de la zone 2 (Magadhi) après une belle journée d’observation d’oiseaux et de mammifères. Mais point de tigres.

La lumière décline. Puis soudain, quelques jeeps sont arrêtées en bord de piste. Nous comprenons immédiatement qu’un tigre est dans les parages. Nous observons une tigresse d’environ 7 ans nommée Raa. Elle est assise le long d’un muret qui sert de délimitation pour la zone de Magadhi. Puis soudain, elle se lève et saute par-dessus le mur de pierres. Elle disparaît dans les autres herbes. Alors que nous pensions rentrer, nous sommes surpris de voir un mâle arrivé. Il se prénomme Djamhole et a 6 ou 7 ans. Il longe le muret et le saute à l’exact endroit où Raa est passée.

Si nous ne verrons pas l’accouplement, je peux sans peine dire que la saison des amours a bien commencé.

Plus tôt dans la journée, l’autre jeep du voyage photo ont pu photographier sur la piste Djamhole, un mâle de 6/7 ans.

Les jeunes tigres à Panpatha

Panpatha est la zone 5 à Bandhavgarh. Elle fait partie des trois zones tampons du parc national. Par le passé, les chances de voir des tigres dans les zones tampons étaient bien plus faibles que dans le cœur du parc national Bandhavgarh. Aujourd’hui, avec l’augmentation de la population de tigres, c’est bien moins vrai.

La zone 5 est un peu éloignée du village de Tala. Nous partons donc un peu plus tôt en ce 4ème jour à Bandhavgarh. Une fois la porte passée, il nous faut rouler encore 20 km pour arriver dans un secteur où vivent plusieurs tigres. Nous explorons de nombreuses pistes pendant près de 2 heures, sans trouver le moindre tigre. Puis, notre chauffeur reçoit un appel. Il accélère pour nous rendre sur site. À notre arrivée, une jeune femelle marche dans la forêt et s’y enfonce. Elle fait partie d’une portée de 3 jeunes tigres d’environ 1 an et demi. Biruzhali, la mère, a la réputation d’être très discrète. Mais, ce qui n’est pas le cas de ses jeunes qui apprécient la présence des jeeps.

Dans une forêt dense de bambous, nous apercevons les autres membres de la fratrie. L’un des deux est suffisamment éveillé pour nous inciter à rester sur place et à attendre qu’il bouge. Pendant plus d’une heure, il ne bouge pas, jetant des coups d’œil réguliers dans notre direction. Puis soudainement, il se lève, descend le talus sur lequel il était et se rallonge à quelques mètres de notre jeep.

Nous profitons de cet instant privilégié avec le félin en prenant soin de l’observer sous toutes les coutures, sans oublier de le photographier.

Encore une rencontre bien sympa avec le tigre.

Tigre, Bandhavgarh

Dernières rencontres avec le tigre du Bengale

Jour 6. Nous sommes en safari avec un permis pro, dans la zone de Khitauli. Lors de notre pistage du tigre, nous observons des traces au sol qui laissent penser qu’un tigre a tué il y a peu de temps et qu’il a traîné sa proie. Vu la taille laissée par les traces, il s’agit sans doute d’un cerf axis adulte. Nous roulons dans la zone à très faible vitesse et scrutons la forêt aux jumelles. Nous ne voyons rien. La forêt est dense, principalement composée de bambous.

Nous quittons le secteur et cherchons le tigre ailleurs. Nada ! Nous revenons donc où nous avions vu les traces et là qu’elle ne fut pas notre surprise de voir quelques jeeps arrêtées. Le tigre est bien dans les fourrés où nous étions ce matin. Il dort. Nous apercevons de temps à autre le dessus de son ventre. Soudain, il se lève et se dirige vers un bosquet. Nous devinons le cerf axis et apercevons le tigre qui mange son repas. C’est frustrant, car la scène est dissimulée derrière tout un tas d’arbres et de feuillages. Et ce n’est qu’en passant l’objectif en manuel que nous arrivons à faire une image, certes pas très esthétiques, mais c’est une image quand même. C’est un mâle qui se prénomme Pujari. C’est le frère de Chootabheem observé le premier jour.

L’après-midi, après avoir exploré la zone de Magadhi, nous finissons notre semaine à Bandhavgarh dans la zone 1 de Tala. Il est 17h45, la nuit tombe et nous quittons le parc national. Notre seconde jeep est arrêtée en bord de piste. Ils ont entendu des cris d’alerte. Puis soudain quelqu’un s’exclame : « Tiger». C’est une tigresse qui se nomme Siddhbaba. Elle a 7 ans. Elle finit par se lever, marche dans les herbes hautes et s’enfonce dans la forêt.

Ainsi se termine nos observations du tigre dans le parc national Bandhavgarh. Pas mal quand même !?

Les autres rencontres animalières à Bandhavgarh

Si l’observation du tigre est le principal objectif de notre safari photo dans le parc national Bandhavgarh, il y a de nombreuses autres espèces à voir et à rencontrer. Tour d’horizon.

Les mammifères

À part le tigre du Bengale, quels sont les autres mammifères que l’on peut voir en safari à Bandhavgarh ?

C’est bien le cerf axis, principale proie du tigre, que nous avons le plus souvent rencontré lors de nos safaris. Sambar, chacal doré, gaur, sanglier, antilope nilgaut, antilope muntjac, langur et macaque rhésus viennent ensuite.

Les autres félins sont plus discrets encore que le tigre du Bengale. Je parle du léopard, du chat de jungle. Nous aurons la chance d’observer un léopard dans un arbre. C’était vraiment un très chouette bonus, car l’espèce est plus difficile à voir qu’en Afrique, surtout à Bandhavgarh. Le lendemain de pluie, d’autres jeeps ont eu l’heureuse surprise de croiser un chat de jungle. C’est apparemment un comportement habituel de l’espèce. Je ne l’aurais pas vu ici, mais par le passé au Sri Lanka dans le parc national Udawalawe.

Les oiseaux

Près de 300 espèces d’oiseaux ont été comptabilisées dans le parc national Bandhavgarh. Lors de notre semaine de safari, j’en aurai photographié 42. Parmi mes plus belles rencontres alaires, celle avec l’aigle huppé arrive en haut de ma liste. Si l’espèce est fréquemment observée, c’est un rapace que je trouve très beau et il nous a gratifié d’une observation très proche. Merci l’artiste.

Belle rencontre également durant cette semaine à Bandhavgarh avec la chevêche brame, la chevêchette de jungle, l’épervier Shrika, le drongo à raquettes, le marabout chevelu, le martin-chasseur de Smyrne, le pic de Goa, la pie-grièche Schach, le rollier indien, le serpentaire bacha, la témia vagabonde.

Le parc national Bandhavgarh est aussi une belle destination ornithologique.

Cahier pratique

Comment s’y rendre ?

Vol international jusqu’à Delhi puis vol interne vers Jabalpur.

Recherchez votre billet d'avion



Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Où dormir près du parc national Bandhavgarh ?

Plusieurs options s’offrent à vous dans le village de Tala ou autour. Je n’ai sélectionné que des adresses proches de la porte de Tala pour éviter de longs trajets avant d’entre dans le parc national Bandhavgarh :

  • Kings Lodge : Belle hôtel 4 étoiles à 15 mn de la porte de Tala
  • Aranyak Resort : Hôtel de niveau 3 étoiles à moins de 15 mn de la porte de Tala. Très bon rapport qualité/prix.
  • Bandhavgarh Jungle Lodge : Lodge 3 étoiles bien notés sur Booking. A moins de 10 mn de la porte de Tala.
  • Mahua Kothi Bandhavgarh – A Taj Safari Lodge : Un superbe lodge 5 étoiles à moins de 15 mn de la porte de Tala. C’est aussi le seul lodge à ma connaissance qui dispose d’un 4×4 japonais plus grand que les habituelles jeeps Gipsy.

Partir avec une agence locale indienne

Pour votre voyage et vos safaris en l’Inde (y compris pour des activités de trekking ou de tourisme), je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence de voyage francophone avec qui je travaille en Inde. Je l’ai sélectionné pour son sérieux et sa capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Clémentine, Experte sur l’Inde.

Avec qui partir en safari photo en Inde ?

Objectif Nature organise des safaris photos en Inde avec un accompagnateur photographe (moi ou un autre). C’est une formule en petit groupe de maximum 8 photographes (3 personnes maxi par jeep 4×4). Chaque voyage photo comprend des safaris avec permis classique et permis pro. Une excellente formule pour associer plaisir de l’observation et apprentissage de la photographie.

J’accompagne des voyages et safaris photo pour Objectif Nature en Europe, Afrique, Asie et Amérique. Découvrez tous les voyages photos que j’accompagne.

Objectif Nature

Guides naturalistes

En ornithologie, la référence des guides avec planche à dessins est le guide Birds of the Indian Subcontinent de Richard Grimmett, Carol Inskipp et Tim Inskipp. C’est celui que j’ai utilisé en Inde. Une application est aussi disponible, mais tant qu’elle ne sera pas mise à jour, je la déconseille, car on ne peut faire une recherche qu’en tapant le nom de l’espèce en anglais ou en latin. Lorsque l’on ne connait pas l’oiseau en question, c’est loin d’être pratique !

Autre guide ornithologique intéressant, cette fois-ci avec des photos : A Photographic Field Guide to the Birds of India de près de 800 pages. Je le possède également et c’est plutôt celui-ci que je recommande.

Du côté des mammifères, je conseille vivement l’ouvrage Mammals of India de Rohit Chakravarty. Il fait un état des lieux des mammifères du sous-continent indien.

Restons en contact
Pour être tenu informé des nouveaux stages, voyages et safaris photo ou de la publication des nouveaux articles sur le blog, inscrivez-vous à la Wildletter.
  • Garanti sans spam
  • Non cession de votre adresse email à des tiers
  • Désinscription en 1 clic

Laisser un commentaire

Share via
Copy link
×