Vous êtes ici >>

Soutenir TOSCO et la faune namibienne

5
(6)

Êtes-vous déjà allé en Namibie ? Je m’y suis rendu à plusieurs reprises. Son désert est fascinant et ses animaux sauvages, adaptés à ce rude écosystème, le sont tout autant. Je pense bien sûr aux lions, aux éléphants et aux rhinocéros noirs. A leur nom, on leur adjoint souvent le mot désert tant l’environnement est hostile comparativement à la savane africaine. Mais la faune namibienne va bien au-delà de ces trois espèces.

Lorsque j’ai eu vent de la recherche de fonds et de la campagne Leetchi de TOSCO (Tourism Supporting Conservation) dont je connaissais déjà l’existence et une partie de ses actions, j’ai immédiatement souhaité en savoir plus en rencontrant virtuellement Agnès Dury, Coordinatrice France TOSCO et Charlotte Hiernard, Awareness Coordinator pour TOSCO. Car voyez-vous, avec la crise sanitaire de la Covid-19, c’est toutes les missions de protection de la faune de TOSCO qui sont remises en cause.

Je viens de faire un don à l’association en participant à la campagne Leetchi. Je vous invite à en faire autant car les missions de TOSCO sont de premières importances pour la sauvegarde des espèces animales. Je vous laisse juger par vous-même. Cet article est une synthèse de nos échanges et d’informations trouvées sur le site de TOSCO.

Qui est TOSCO ?

TOSCO est une association namibienne créée en 2012 par Félix Vallat, français installé en Namibie depuis 2004, également directeur de l’agence Eco Safaris basée à Windhoek, la capitale de la Namibie.

TOSCO a été créé pour permettre aux tours opérateurs de s’impliquer dans la sauvegarde des espèces animales ainsi qu’auprès des populations locales dans une optique de tourisme durable.

Aujourd’hui, les objectifs de TOSCO visent à :

  • atténuer les conflits homme-animal sur les terres communales (hors parcs nationaux),
  • sensibiliser les populations locales à l’environnement et à la protection de leurs ressources naturelles,
  • promouvoir des voyages plus propres avec la compensation carbone des voyageurs,
  • soutenir des programmes de recherche.

Quelles actions mènent TOSCO sur le terrain ?

TOSCO intervient en Namibie en dehors des parcs nationaux et des réserves privées, le plus souvent dans le nord-ouest de la Namibie dans les régions du Damaraland et du Kunene.

Actions de recherche

TOSCO soutient plusieurs scientifiques de terrain, notamment :

  • Le projet de conservation des lions du désert animé par le Docteur Philip Stander. Comment ? En finançant l’installation de colliers satellites pour suivre les lions du désert et en participant à la rénovation du camp de base scientifique de Mowe Bay et à la mise en place de pièges photographiques.
  • Le projet de Desert Elephant Conservation coordonné par Les docteurs Rob Ramey et Laura Brown qui œuvrent pour la conservation à long terme de la population d’éléphants du désert de Namibie grâce à la recherche, au suivi et au partage des connaissances. Tosco finance notamment l’essence nécessaire aux déplacements scientifiques du projet.
  • Le projet Skeleton Brown Hyena dirigé par le Docteur Emsie Verwey qui cherche à mieux connaître l’écologie comportementale de la hyène brune du désert du Namib. Tosco a financé un collier GPS en 2018.
  • Le projet de Namibian Dolphin Project mené par les docteurs Tess Gridley et Simon Elwen qui mènent des actions de recherche pour mieux comprendre les cétacés de Namibie dans le but d’assurer leur conservation. TOSCO a parrainé le Namibian Dolphin Project pour la construction du bureau de l’environnement marin et a également lancé une collecte de fonds afin d’aider le NDP à remplacer son véhicule 4×4, essentiel pour se déplacer rapidement et intervenir lorsque les mammifères marins se retrouvent échouer sur les plages des côtes namibiennes.
  • SCAN (Snake Conservation Association of Namibia) est un projet mené par François Theart qui cherche à savoir si la translocation des serpents est une stratégie d’atténuation efficace. L’objectif visé est de réduire les conflits entre les humains et les serpents. TOSCO a notamment participé à l’achat d’un tracker de serpents.

Living with Wildlife

TOSCO a pris le parti dès sa création de mener des projets auprès des populations locales vivant avec les animaux sauvages en dehors des parcs nationaux. L’objectif est double :

  • Transformer la menace en opportunité
  • Permettre la cohabitation entre les animaux sauvages et les communautés locales

Les relations entre Lions et habitants et rangers anti-braconnage

TOSCO soutient les lions rangers et les équipes d’intervention rapide pour prévenir les communautés locales de la présence de lions. C’est grâce à la présence de colliers GPS posés sur les lions que cette action est rendue possible.

Le but du programme vise à réduire les conflits homme-lion pour assurer la survie des lions du désert. Car la principale menace pour les lions du Kunene constitue les représailles des communautés locales en cas d’attaques de lions sur le cheptel.

Rhino rangers

Le don de TOSCO a servi à verser des primes aux rangers de rhinocéros. Le but des paiements de bonus est d’inciter les rangers de rhinocéros à couvrir une plage de surveillance plus large, à identifier les rhinocéros qui n’ont pas été vus récemment et sur lesquels les rangers doivent se concentrer et à produire des photographies de meilleure qualité. Cette action devrait jouer un rôle majeur dans la minimisation des impacts négatifs du braconnage tout en renforçant l’engagement des rangers dans leurs efforts de protection des rhinocéros.

Contribution à la conservation

Lorsque vous entrez dans un parc national de Namibie, les visiteurs paient des frais d’entrée qui participent au financement de la conservation.

En revanche, sur les terres communales, ce sont les communautés locales qui assument les coûts de conservation de la faune dont les touristes viennent profiter. Ils ne reçoivent aucune compensation pour maintenir l’écosystème après le départ des touristes.

Face à ce constat et aux difficultés à gérer les relations avec les animaux sauvages qui viennent manger leur bétail (Lions, hyènes) ou détruire leurs cultures (éléphants), certains TO membres de TOSCO se sont engagés à verser une contribution volontaire à la conservation de 100 N $ par voyageur et par jour pour leurs activités axées sur la nature, ainsi que 100 N $ supplémentaires par invité et par nuit pour le camping sauvage. Cela représente 4700 € en 2019.

Sensibilisation des voyageurs et des populations locales

TOSCO a conçu des panneaux d’informations à l’entrée de zones touristiques sensibles (Skeleton coast ou Sossusvlei par exemple) et des brochures pour voyager responsable à destination des touristes (brochure généraliste, brochure sur les éléphants du désert, charte du voyageur responsable).

TOSCO mène aussi des actions de sensibilisation auprès des populations locales : éleveurs, jeunes adultes au chômage (organisation de concerts avec des artistes sensibilisés à la conservation, notamment du rhinocéros noir) et enfants (éducation environnementale dans les écoles et sur le terrain). Le programme cible les élèves du primaire de Windhoek, en particulier les élèves des écoles défavorisées qui bénéficieraient le plus d’une prise de conscience accrue des problèmes environnementaux car un changement de comportement a le potentiel d’améliorer leurs conditions de vie.

La compensation des émissions carbones

En 2018, TOSCO a lancé un 4ème axe concernant la compensation des émissions carbones émises lors des trajets en 4×4 des touristes par la plantation d’arbres en Namibie et leur entretien.  Plusieurs agences namibiennes proposent cette option à leurs voyageurs qui sont de plus en plus sensibles à cette cause.

Quels impacts a eu la crise de la Covid-19 sur TOSCO et ses actions ?

Depuis fin janvier, l’impact du COVID-19 sur le tourisme est incontestable. Les hôtels, les compagnies aériennes, les compagnies de croisière et les voyagistes sont parmi les plus durement touchés de l’industrie, souffrant de conséquences immédiates.

Le tourisme est l’un des principaux contributeurs à l’économie namibienne, avec l’exploitation minière et la pêche. Selon le  rapport publié par l’Office du tourisme de Namibie  en 2015, la contribution du tourisme à l’économie, directement et indirectement, était estimée à 15,1 milliards de dollars namibiens (soit 10,2% du PIB global) et à plus de 100 700 emplois. (14,5% de l’emploi total).

L’impact sur les activités de TOSCO est direct. Des tours opérateurs en Namibie commencent à fermer leur porte et risquent fort de quitter TOSCO le temps de se refaire une santé financière. Mais voilà, les actions menées par TOSCO demandent de la constance et de l’assiduité. La sécheresse qui sévit en Namibie constitue une autre difficulté. Le braconnage reprend (un rhinocéros a été tué en avril dans la région de Purros et des antilopes sont également braconnées). L’avenir de TOSCO dépend maintenant des dons. Une première campagne a été lancée en Namibie et a permis de pérenniser les actions de TOSCO jusque décembre 2020. Pour la suite, TOSCO compte sur vous.

Les besoins de TOSCO

TOSCO a besoin d’un peu plus de 12 000 € pour assurer ses actions en 2021.

Les dons récoltés lors de la campagne Leetchi seront utilisés comme suit :

  • 4320 € pour payer le salaire 2021 des 4 rangers TOSCO dédiés à la protection des rhinocéros noirs, lions et éléphants
  • 3900 € pour équiper les rangers pour leurs déplacements/patrouilles (uniformes, équipement de matériel et de camping, outils de communication et de géolocalisation)
  • 4000 € pour compenser les fermiers locaux pour les pertes consécutives aux conflits avec les animaux sauvages

La campagne Leetchi se termine fin décembre 2020. Je compte sur vous pour y participer à hauteur de vos possibilités bien entendu. A partager sans modération !

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes 6

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

TOSCO rangers

Laisser un commentaire

Share via
Copy link