Safari dans le parc national d’Etosha en Namibie

Parc national d'Etosha

Safari dans le parc national d’Etosha en Namibie

 

Le parc national d’Etosha : un écosystème unique en Afrique

Le parc national d’Etosha en Namibie est l’une des réserves animalières les plus singulières de la planète. D’une superficie de 22 275 km², soit aussi grand qu’Israël, le sanctuaire se situe à 400 km au nord de Windhoek, la capitale de la Namibie.

L’écosystème du parc national d’Etosha est unique en Afrique. Il occupe un gigantesque pan salin de 130 km de long sur 50 km de large, sec la majeure partie de l’année mais qui se remplit lors de la saison des pluies. Les safaris se réalisent sur les pistes au sud, à l’est et à l’ouest de la cuvette. Environ 1/3 de la superficie du parc national est ouverte au public.

Parc nationald'EtoshaCe qui frappe d’entrée quand on arrive à Etosha, ce sont les paysages désertiques. En arrivant par l’Andersson Gate, je ne voyais que des acacias à perte de vue. C’est là que j’ai vu mes premières girafes d’Angola et mes premières familles d’éléphants.

Le parc national d’Etosha compte 113 espèces de mammifères et 340 espèces d’oiseaux. Mais on ne peut pas y voir les Big 5 car le buffle ne vit pas à Etosha.

Cet article fait suite à mon second voyage à Etosha avec Terres d’Aventure où je suis resté deux petits jours.

Eléphants, EtoshaObservations autour des points d’eau

Contrairement à de nombreuses réserves animalières où il faut être à l’affût du moindre son et du moindre mouvement, les observations à Etosha sont assez faciles en raison de la morphologie plane du parc national et de sa sècheresse.

Les animaux ont besoin de boire ; ils se retrouvent donc autour des points d’eau qui offrent de magnifiques opportunités d’observations. Les espèces s’y alternent avec un ordre bien défini : les éléphants sont toujours en premier ou font déguerpir les espèces pour boire seuls. Les antilopes, girafes et zèbres fréquentent les waterholes en même temps et s’entraident dans la vigilance contre les éventuels prédateurs.

Jamais ailleurs, je n’ai vu un spectacle aussi étonnant autour d’un point d’eau.

Républicain socialLes républicains sociaux à Okaukuejo

Non un républicain social n’a rien à voir avec le mouvement en Marche d’Emmanuel Macron. C’est une espèce de passereau endémique aux zones arides de l’Afrique Australe. Son nom latin est Philetairus socius.

Les républicains sociaux sont tout à fait remarquables car ils vivent en collectivité dans un énorme nid confectionné par la communauté et habité à l’année.

Un de ses nids est visible dans le camp d’Okaukuejo face au waterhole.

Lions, EtoshaLions à Charitsaub

La seule observation de lions faite lors de mon safari de deux jours dans le parc national d’Etosha fut au point d’eau de Charitsaub. Un mâle bien portant et une femelle. Je ne les aurais pas vus bien longtemps, juste le temps que le camion stoppe son moteur et de faire quelques clichés. Ils sont ensuite partis.

Et là j’en profite pour faire un coup de gueule. L’observation animalière demande patience et calme. Parmi mes compagnons de voyage, quelques personnes bien sympathiques au demeurant, trop excités par l’observation se sont mises à parler fort et à bouger dans tous les sens. Les lions, dérangés par autant de chahut, ont calmement pris la poudre d’escampette et les voyageurs des autres véhicules arrivés avant nous tiraient bien la gueule. Moi aussi d’ailleurs !

Petit duc africain, parc national d'Etosha, Namibie.Le petit-duc Africain

Les deux nuits à Etosha se sont déroulées au camp d’Halali au centre de la réserve. Lors d’une fin de journée de safari alors que j’étais à la boutique pour acheter une carte du parc national d’Etosha, téléobjectif en bandoulière, un employé du shop m’interpelle sur mes observations de la journée. Nous discutons quelques minutes puisque la boutique était vide de monde. Il me lance

« Do you like birds ?

  • Yes, of course.
  • You have time ?
  • Yes
  • Follow me »

Me voilà en train de le suivre. Il me conduit au pied d’un mopane. Je lève la tête. Un petit-duc africain (Otus senegalensis), yeux fermés, est tranquillement installé sur une branche. L’employé du shop repart, je le remercie et observe quelques minutes le rapace. Il ne bougera pas d’un iota, il n’ouvrira pas même les yeux.

Oryx, , parc national d'Etosha, NamibieL’oryx, le bovidé du désert

Le bovidé qui symbolise sans doute le mieux l’écosystème d’Etosha, c’est l’oryx. On trouve trois sous-espèces dans le monde : l’oryx dammah qu’on ne trouve plus que dans les zoos, l’oryx leucoryx qui vit sur la péninsule Arabique et l’oryx gazella qui vit en Afrique.

A Etosha comme dans le Namib-Naukluft, on observe souvent l’oryx autour des points d’eau mais aussi dans le bush car il est parfaitement adapté à son environnement désertique. La couleur pâle de sa robe lui permet de renvoyer la chaleur et pour éviter de transpirer il peut élever sa température et diminuer sa fréquence de respiration.

Waterhole d'Halali, parc national d'Etosha, NamibieRhinocéros noirs au pan d’Halali

Le camp d’Halali à Etosha loue des terrains de camping et des bungalows mais il permet aussi à ses hôtes de profiter le soir de son point d’eau éclairé pour observer les animaux qui viennent le fréquenter. On accède au site d’observation en 10 minutes à pied par un bon sentier. Tranquillement assis derrière les rochers et les mopanes, je regarde en compagnie d’autres voyageurs le soleil se coucher sur le waterhole. C’est le moment qu’ont choisi deux rhinocéros pour s’approcher du point d’eau. Je shoote sans savoir s’il s’agit de noirs ou de blancs. Quelle lumière fantastique !

Je pose l’appareil photo, sors les jumelles et observe les deux spécimens. S’il n’est pas facile de repérer s’il s’agit de noirs ou de blancs lorsqu’ils boivent, dès lors qu’ils lèvent la tête, plus aucun doute. Saviez-vous qu’on ne distingue pas les rhinocéros noirs et blancs en fonction de leur couleur car ils sont tous les deux gris ? Ce qui m’a permis ici de faire la distinction, c’est la forme de la bouche. Chez le rhinocéros blanc, elle est plus plate et plus large que chez le rhinocéros noir car le premier broute à terre alors que le second est phyllophage.

Des impalas à face noir sont aussi venus sur le point d’eau ainsi que des hyènes.

Rhinocéros noir, EtoshaInformations pratiques

Comment y aller ?

Vol jusqu’à Windhoek. Plusieurs compagnies possibles, je suis passé par Qatar Airways. Etosha est ensuite situé à 400 km au nord de la capitale. Il faut 4 heures pour s’y rendre mais je vous conseille au moins de vous arrêter avant au plateau du Waterberg.

Recherchez votre billet d'avion

Avec qui partir ?

Mon second voyage en Namibie a été réalisé avec Terres d’Aventure sur le circuit Montagnes et désert de Namibie.

Quand y aller ?

JFMAMJJASOND
25°C25°C25°C25°C22°C20°C20°C22°C25°C25°C28°C27°C
LégendePériode la plus favorablePériode favorablePériode assez favorablePériode déconseillée ou fermée

Guides d’observation

AppStoreLes références :

Guide de Voyage

Mon conseil : le Lonely Planet.

Ça vous a plu ? Je serais encore plus ravi si vous le partagiez sur vos réseaux sociaux
Facebook
Facebook
Pinterest
Pinterest
Instagram
Google+
https://www.my-wildlife.com/safari-parc-national-etosha-namibie/
RSS
Recevoir les nouveautés par email
SHARE
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi auteur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net

4 Commentaires
  • Non mais cette photo de rhino au point d’eau :O :O SUBLIME. Je ne m’en remets pas ^^ Quel chance aussi pour ce duc, il est vraiment bien camouflé.
    Je partage ton agacement pour les gens bruyants qui sont d’ailleurs les premiers à se plaindre qu’ils ne voient pas d’animaux…

    23 septembre 2017 à 21 h 31 min
  • On a mis « safari » dans notre travel list et cet article nous donne encore plus envie d’en faire un. Se retrouver devant des animaux sauvages (et pas n’importe lesquels) doit être incroyable, on ne peut qu’imaginer. Absolument d’accord avec Lauriane, cette photo de rhino est simplement sublime, chapeau bas !

    24 septembre 2017 à 18 h 48 min

Poster votre commentaire

Close

My Wildlife vous plait ? Ça serait cool de le faire savoir sur les réseaux sociaux