Vous êtes ici :

Oiseaux et ours de Slovénie

A la fin du mois d’août, je me suis rendu une semaine en Slovénie afin de photographier l’ours brun et découvrir le littoral slovène, ses villes côtières et ses réserves ornithologiques. Voici mon retour sur la partie nature de cette semaine de voyage.

 

Réserve naturelle de Škocjan

La réserve naturelle de Škocjan se situe en périphérie de la ville côtière de Koper. Les 122 ha de la réserve, classés en zone natura 2000, abritent 259 espèces d’oiseaux. C’est plus de 60% de toutes les espèces d’oiseaux observées en Slovénie.

Le site étonne car il est entouré par l’activité portuaire très active de Koper mais le travail de restauration de l’habitat entrepris depuis 2006 semble porter ses fruits. Près des trois quarts de la réserve naturelle sont couverts par des lagunes saumâtres, le reste est un habitat d’eau douce.

La réserve naturelle dispose d’un centre des visiteurs (fermé lors de ma visite pour cause de covid-19) ainsi que d’un sentier pédestre qui cache les marcheurs de la faune aquatique. Le long du parcours des observatoires avec des panneaux d’interprétation et des tours d’observations permettent de voir les oiseaux aux jumelles ou de les photographier.

Au menu des observations : aigrette garzette, héron garde-bœuf, héron cendré, chevalier aboyeur, chevalier gambette, étourneaux sansonnet, balbuzard pêcheur.

Réserve Naturelle de Strunjan

La réserve naturelle de Strunjan se trouve elle aussi sur la côte adriatique à quelques kilomètres de la ville côtière de Piran. Elle est composée de salines, de la lagune Stjuža, des plus hautes falaises de Slovénie (80 m de hauteur) et d’une petite bande côtière.

J’ai essentiellement marché autour de la lagune de Stjuža, la seule lagune maritime de Slovénie. Le sentier qui permet de traverser la saline était fermé pour cause d’érosion et je ne me suis pas baladé le long des falaises.

L’été, c’est un lieu assez prisé des touristes en raison d’une plage à proximité. Il faut y venir au lever du soleil et quitter la zone assez tôt car à partir de 9h00, difficile de trouver de la quiétude. La réserve naturelle de Strunjan est à mon avis plus intéressante à découvrir en dehors de juillet et août pour les amoureux des oiseaux. Malgré tout, quelques belles observations de héron cendré, grande aigrette, canards colverts et cygnes tuberculés.

Saline de Sečoveljske

Plus au sud, à proximité de Portorož, la saline de Sečoveljske est un site Ramsar qui comptabilise 300 espèces d’oiseaux. La saline se visite (entrée payante). Mieux vaut s’y rendre dès l’ouverture. Entre juin et septembre, elle ouvre à 7h00, l’un des meilleurs moments pour observer les oiseaux et profiter des belles lumières.

Il existe deux secteurs pour visiter la saline de Sečoveljske : Lera et Fontanigge. Je n’ai pas découvert celui de Fontanigge. Pour y accéder il faut passer la frontière slovène en direction de la Croatie. On m’a déconseillé de le faire, les garde-frontières étant très tendus à cause de la pandémie. Je n’avais pas trop envie de rester coincé.

J’ai essentiellement observé des aigrettes garzette, des goélands leucophées, des mouettes rieuses, des moineaux domestiques, des étourneaux sansonnets, des échasses blanches et des hirondelles rustiques.

La saline dispose d’un musée et il est possible de voir les saliniers à la tâche.

Après 4 jours sur la côte, direction la région de Notranjska  dans le sud-est de la Slovénie pour photographier l’ours brun.

Observer les ours bruns en Slovénie

Durant 3 jours, j’ai réalisé des affûts photo d’environ 6 heures chaque après-midi. Il y a un total de 8 sites d’affûts pour photographier les ours bruns dans les forêts de Notranjska et Kočevska. J’en testerai 3 lors de mon séjour.

Les ours bruns sont appâtés avec des fruits ou du maïs biologique. Cette pratique a de quoi surprendre mais elle permet d’éviter de voir des ours trainer près des villages et des habitations, et donc les conflits entre l’Homme et l’ours brun. Cette pratique fait d’ailleurs partie intégrante du projet Life Dinalp Bear.

S’installer dans l’affût, attendre calmement qu’un ours brun passe devant. J’aime beaucoup ce moment d’attente pendant lequel je mets mes sens au diapason de l’environnement qui m’entoure. Le silence entoure la forêt. Et lorsqu’un ours brun arrive d’un pas silencieux, c’est l’émotion qui s’exprime au moment de déclencher l’obturateur de l’appareil photo.

Je verrais 7 ours lors de mes trois affûts : principalement des teenagers, une mère aussi. Je n’ai pas eu la chance de voir ces oursons que j’entendais pourtant à quelques mètres de mon abri. Pinson des arbres et geai des chênes sont souvent venus tournoyer autour des affûts.

Pour en savoir plus sur l’ours brun en Slovénie, où, quand et comment le photographiez ? Allez lire mon article spécifique sur le sujet.

Cahier pratique

Comment s’y rendre ?

Vol international jusque l’aéroport Jože Pučnik de Ljubljana. La superficie de la Slovénie est réduite. N’hésitez pas à louer une voiture. Les principaux loueurs sont à l’aéroport.

Recherchez votre billet d'avion

 

Où dormir ?

Avec qui photographier l’ours brun ?

J’encadre un séjour photo avec Objectif Nature pour photographier l’ours brun en Slovénie du 19 au 23 mai 2021.

  • Hébergement dans une maison rurale.
  • Petit groupe de 6 photographes maxi
  • 1495 €

Ouvrages sur l’ours brun et les oiseaux de Slovénie

Partage et épingle cet article sur Pinterest

Ours brun, Slovénie

Laisser un commentaire

Share via
Copy link