Croisière arctique aux confins du Spitzberg

Croisière arctique au Spitzberg

Croisière arctique aux confins du Spitzberg

 

Retour sur ma croisière arctique aux confins du Spitzberg jusqu’au 80° de latitude nord en Norvège.

17 août. Cela fait 5 jours que je suis à Longyearbyen dans le cadre d’un voyage de presse. On a pu découvrir la cité minière, l’Isfjorden et même au-delà. J’ai un break de 5 jours avant de me joindre à un groupe de voyageurs pour une semaine de randonnée autour de Longyearbyen. Alors que je pensais rester en ville, j’apprends qu’Hurtigruten organise justement une croisière de 4 jours et que les tarifs de dernière minute sont très intéressants (de l’ordre de -50%). Je n’hésite pas une seconde. Et c’est parti pour 4 jours de croisière à bord du MS Nordstjernen.

Croisière arctique au SpitzbergDe Longyearbyen à Barentsburg

Longyearbyen n’est pas à proprement parlé une belle ville. Ancienne cité minière qui se reconvertit dans le tourisme, elle est un bon camp de base pour explorer le Spitzberg et plus largement l’archipel du Svalbard.

S’il est rare de croiser un ours blanc en plein été à proximité de la ville, les alentours sont très intéressants pour l’avifaune et l’observation des rennes. Mon seul regret : être arrivé un peu tard en saison pour l’observation des colonies de mergules nains ; ils étaient déjà repartis en mer.

La cité minière de Barentsburg est la première halte de cette croisière arctique. Barenstburg à 55 km à l’ouest de Longyearbyen vit de l’extraction de charbon. La visite est intéressante, ambiance moscovite. Côté faune, rien à se mettre sous la dent ici. Il faudrait explorer les environs pour cela.

RennesCap vers le nord

Après la première nuit passée dans ma cabine, le MS Nordstjernen jette l’ancre dans la baie de la Madeleine. Les zodiacs nous déposent sur la plage où se trouve une cabane, vestige du XVIème siècle de l’époque de la pêche à la baleine.

Balade d’une heure dans les alentours. Observations de nos premiers rennes, d’un labbe pomarin et de bernaches nonnettes.

Le bateau reprend les eaux et se dirige toujours plus vers le nord. La météo est instable. Nous longeons la côte sans pouvoir faire d’autres escales à cause de la houle. Depuis le pont, j’admire le paysage hostile de ce territoire à la recherche d’un ours polaire et ce sont finalement deux baleines que j’aperçois. A cette distance, difficile de savoir si c’est une baleine bleue, un rorqual commun ou une baleine du Groenland.

Moffen, l'île aux morsesMoffen, l’île aux morses

Une sirène me sort de mon sommeil. Nous sommes en approche de Moffen, une petite île plate qui a trois particularités : disposer d’une grosse colonie de morses, quelques couples de la très rare mouette de Sabine et être au-delà du 80° de latitude nord.

Afin de protéger les espèces, les navires ont interdiction de débarquer et même de s’approcher à moins de 300 mètres du bord. Le photographe est déçu, le naturaliste compréhensif. Le personnel de bord distribue des certificats pour avoir passé le 80° Nord. Je suis un « Polar Hero ».

Ours blancsOurs polaire en vue

Le navire repasse sous le 80° de latitude nord. Le MS Nordstjernen entre dans le Woodfjorden. Tout le monde est sur le pont en train de manger des crêpes. C’est notre façon de fêter le 80° Nord. Soudain, la sirène retentit. Deux ours polaires ont été vus à la jumelle par le commandant du navire sur l’île d’Andoyane. Le navire s’approche mais reste à bonne distance. Impossible de jeter l’ancre ici et d’approcher en zodiac ni même face au glacier Monaco où nous avions prévu de débarquer. La météo est trop mauvaise. Dommage !

Liliehöök, le glacier aux allures de géant

Le MS Nordstjernen a navigué à vives allures toute la nuit car nous sommes maintenant bien loin de notre position de la veille. Nous sommes dans le fjord de Lilliehöök. Des mouettes tridactyles et des fulmars boréals tournoient autour du bateau quand celui-ci jette l’ancre.

Les conditions météos sont enfin bonnes. Nous prenons les zodiacs et nous approchons du glacier. Ses dimensions sont gigantesques. Il fait quand même 22 km de long. Je me sens minuscule dans cet environnement de géant. Respect.

Nous quittons le fjord par le même chemin. Nous longeons « Kong Haakons Halvøy », une péninsule montagneuse qui abrite une colonie de macareux moines ainsi que des renards arctiques dont la robe commence à peine à changer de couleurs. Les jumelles sont de sortie car les animaux sont à bonne distance des objectifs, y compris de mon 150-600 mm.

Möllerfjord, Lloyds hotel et de nombreuses observations

A peine passons-nous l’extrémité de la péninsule de « Kong Haakons Halvøy » que nous entrons dans le Möllerfjorden. Le MS Nordstjernen jette l’ancre dans la baie de Möllerhamma. Les zodiacs nous débarquent sur la plage de Regnardneset où le Lloyd Hotel accueille les aventuriers les plus endurcis. Cette petite cabine orange est visible à plusieurs miles à la ronde. Confort 5 étoiles étant donné l’hostilité des lieux. Mais quel paysage à 360° !

Je suis allé me balader dans le Kollerfjorden. J’y ai vu un goéland bourgmestre, un peu plus massif que notre commun l’argenté et surtout avec des rémiges blanches et pas noires. Dans le même secteur, des sternes arctiques pêchaient et se chapardaient entre elles le fruit de leur pêche. C’est toujours un plaisir de les voir virevolter. Je ne suis pas surpris de croiser sur mon chemin un bécasseau violet. Il fréquente les grèves arctiques pendant l’été. En m’approchant un peu plus près du glacier Koller, je suis tout heureux d’observer pendant de longues minutes un phoque commun (Phoca vitulina) posé sur un rocher en train de se faire submerger par la marée.

Et quel glacier ! Surplombé d’une chaine de montagnes et d’un tapis de nuages noirs, le glacier Koller semble tout droit sorti de l’univers de Tolkien. Une belle ambiance arctique.

Ny-Ålesund, la base scientifique

Avant de rejoindre Longyearbyen, le navire entre dans le Kongsfjord aussi appelé la baie du Roi. Tout autour de nous, glaciers et nunataks (montagnes) se jettent dans le fjord. Le ciel est sombre mais de temps en temps, le soleil arrive à percer cette barrière de nuages noirs. Les couleurs sont hallucinantes. Je suis ému devant tant de beauté. À l’extrémité du fjord, le Kongsbreen (le glacier du roi) domine le fjord avec les trois montagnes : Nora, Dana et Svea.

A l’approche de Ny-Ålesund, nous observons deux ours blancs sur le rivage à peine à deux km plus au nord aux environs de la piste d’aéroport. Bien que la distance soit importante, je vois bien que la mère a encore la gueule pleine de sang. Elle a repéré le navire et hume l’air. Sur la plage en contrebas, je vois la carcasse d’un morse. Je comprends mieux la présence des deux carnivores.

Nous accostons à Ny-Ålesund située à 78º 55’ de latitude Nord. Ancienne ville minière, Ny-Ålesund est devenue une station de recherche scientifique spécialisée sur l’Arctique. Les chercheurs du monde entier y travaillent, spécialement pendant l’été.

Le lendemain matin, nous entrons dans le port de Longyearbyen où je vais rester 8 jours de plus à découvrir les montagnes, toundras et glaciers en randonnée.

Cette croisière arctique m’a enthousiasmé et m’a aussi énormément frustré, en partie à cause de la météo qui nous a empêché plusieurs fois d’accoster. J’ai appris sur place que les ours vivent davantage dans l’est du Spitzberg. J’aimerais beaucoup pouvoir faire une croisière qui fait le tour du Spitzberg. C’est d’ailleurs dans ma bucket-list. Mais le tarif est quatre fois plus chères…

Ours blancs

Ny-ÅlesundCahier pratique

La croisière arctique

Croisière réalisée par Hurtigruten, spécialiste des croisières Arctiques et Antarctiques, à bord du MS Nordstjernen. D’une capacité de 295 passagers, le navire dispose de 4 ponts dont trois sont réservés aux cabines. Le dernier est consacré au bar, restaurant, salon et pont extérieur. Je disposais d’une cabine intérieure avec un petit hublot comme fenêtre. 3 autres gammes de chambre permettent d’avoir plus d’espace et de confort pendant la croisière : les cabines extérieures, les cabines avec balcon et les suites.

Comment s’y rendre ?

Vol jusque Longyearbyen au Svalbard, lieu de départ de la Croisière via une escale à Oslo.

Recherchez votre billet d'avion

Plus d’informations

  • Visitsvalbard.com : le site officiel de l’office de tourisme. Utile pour organiser son voyage au Spitzberg et dans le reste de l’archipel du Svalbard.
  • Svalbard.fr: portail d’informations sur le Svalbard.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

PARTAGE L'ARTICLE SUR TES RESEAUX SOCIAUX
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, tu aimes la nature, suis mes conseils et inspire-toi de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Ambassadeur Fujifilm, j'encadre aussi des séjours photo. Aussi fondateur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net. Mes photos sont sur www.gregoryrohart.com.

4 Comments
  • Génial ! C’est bon je suis tentée 🙂 En plus je n’ai que des destinations ensoleillée dans mon top 5, il faut remédier à cela 🙂 Par curiosité ça coûte combien normalement 4 jours de cette croisière ?

    11 mars 2017 at 17 h 51 min
      • C’est un peu différent des croisières plan-plan il faut dire ! Merci pour l’info 🙂

        14 mars 2017 at 17 h 37 min

Post a Comment