Vous êtes ici :

L’art d’être amoureux chez les animaux

Les éditions Quae viennent de publier « L’art d’être amoureux chez les animaux » de Vincent Albouy, naturaliste et entomologiste de formation, un ouvrage qui permet de mieux connaître le comportement amoureux des animaux. Présentation au travers des quatre principaux chapitres de l’ouvrage.

Trouver un partenaire

La reproduction sexuée nécessite de trouver un partenaire. Les espèces vont avoir des stratégies différentes pour trouver leur(s) partenaire(s). Cris, sons et vibrations servent à trouver l’âme sœur. Au printemps, les oiseaux se mettent à chanter, les baleines à bosse mâles tentent d’attirer les femelles par des chants, l’alligator du Missisipi mugie quant à lui la nuit, les mâles se répondant les uns aux autres.

Autre stratégie utilisée : l’apparence. Les oiseaux en sont un bon exemple. A la saison des amours le plumage des mâles muent et se colorent pour attirer la femelle. Il faut devenir très visible pour se faire remarquer. Parmi toutes les couleurs, « le rouge et le bleu semblent les plus fréquentent ». Les femelles choisiront les mâles aux couleurs exubérantes, signe de bonne santé et de vitalité.

L’odorat joue aussi un rôle crucial dans la recherche de son partenaire. Les phéromones permettent d’envoyer un message au sexe opposé l’informant de sa bonne disposition pour l’accouplement.

Parfois aussi, la recherche de son partenaire passe par les joutes et les rixes. L’exemple typique de ce comportement en France concerne le cerf lors de la période du brame.

Ce ne sont que quelques exemples tirés de l’ouvrage.

L’art d’être amoureux chez les animaux
  • Save
Extrait de l’ouvrage L’art d’être amoureux chez les animaux

Eternelle séduction

La rencontre a eu lieu, place à la séduction. Quoique parfois, séduction rime avec combat ou comportements agressifs. Saviez-vous que les chez rougegorge familier, c’est la femelle qui fait le premier pas. Avant d’entrer sur le territoire du mâle, elle signale sa présence par un chant. En réponse, le mâle tente de l’intimider par ses postures et son chant. Pour montrer son intérêt, la femelle n’a d’autres choix que de répondre sur le même ton. Le mâle comprend alors qu’elle souhaite fonder un foyer. Bien d’autres espèces montrent des signes d’agressivité lors de la séduction : les scorpions, les mantes religieuses, les lièvres d’Europe ou encore les putois.

Parmi les phases de séduction, les parades et danses nuptiales tiennent une bonne place. Les deux sexes s’engageant dans des gestes et des postures très ritualisés. Ces comportements instinctifs sont propres à chaque espèce mais les plus spectaculaires sont les chez oiseaux. Chez l’albatros des Galapagos, la vie sur les îles de l’archipel n’a lieu qu’en période des amours, la période des parades.

« Le mâle contourne sa partenaire, le cou étiré en arrière, en se dandinant d’une manière très accentuée. Les oiseaux tournent ainsi en alternance, la tête de côté, de manière à ce que le bec touche l’épaule projetée en hauteur. Après la danse, les deux partenaires en vis-à-vis tendent leur cou en avant, et avec de rapides mouvements de côté, frappent leur bec l’un contre l’autre, et en même temps se mordillent ».

Alors que certaines espèces s’attachent pour une fois, d’autres le font pour la vie comme chez les inséparables dont les contacts corporels comptent beaucoup pour le maintien du lien dans le couple. Chez d’autres espèces comme le guêpier d’Europe, les cadeaux entretiennent la relation ou font partie de la parade nuptiale.

Offrande, guêpiers d'Europe
  • Save
Chez les guêpiers d’Europe, l’offrande d’un insecte est un acte communément observé dans les couples.

Tout sur l’accouplement

Les modes de fécondation sont très divers dans le monde animal. On distingue :

  • La fécondation externe des ovules qui ne nécessitent pas que les partenaires se rencontrent. C’est le cas pour les mollusques bivalves, les coraux, les oursins et la plupart des poissons et de nombreux amphibiens.
  • La fécondation interne mais sans pénétration par un organe du mâle. On la rencontre chez les insectes, les amphibiens et les oiseaux.
  • La fécondation par pénétrations des voies génitales de la femelle par un organe du mâle. Cette fécondation est largement répandue chez les insectes, certains reptiles et les mammifères.

L’auteur donne de nombreux exemples d’accouplement d’espèces. Saviez-vous que chez les araignées le sperme doit être transmis par le pédipalpe (2ème paire d’appendices chez les chélicérates ) du mâle, ce qui conduit le couple à certaine acrobatie lors de l’accouplement.

Accouplement, avocettes élégantes
  • Save
Chez l’avocette élégante, l’accouplement est précédé d’un rite, qui consiste pour le mâle à faire semblant de se nettoyer la poitrine après avoir trempé la pointe du bec dans l’eau.

Tromperies en série

Sous l’angle de la sélection naturelle, la sexualité est un moyen pour transmettre ses gênes. Dès lors, le partenaire apparaît comme un instrument au mieux utilisé, parfois manipulé.

Chez les chats, la femelle va maximiser ses chances d’être fécondées en s’accouplant jusqu’à une vingtaine de fois par jour en période de chaleur. Les mâles utilisent la même stratégie et tentent de s’accoupler avec plusieurs femelles.

Chez certaines espèces monogamie ne rime par forcément avec fidélité. Chez le moineau, le couple se forme généralement pour la vie mais pour autant certains mâles sont polygames.

Le crapaud commun peut se tromper lui-même. Les mâles ressentent tellement la pulsion d’enlacer une femelle qu’ils enlacent parfois des mâles voire même des grenouilles vertes.

Chez d’autres espèces comme l’accenteur mouchet le mâle peut-être amené à extraire le sperme du prédécesseur avant d’entamer son accouplement. Il pique alors de son bec le croupion de la femelle qui éjecte de son cloaque le sperme d’un autre mâle.

Vincent Albouy donne de nombreux autres exemples concrets accompagnés de nombreuses photographies.

Où acheter L’art d’être amoureux chez les animaux ?

« L’art d’être amoureux chez les animaux » est disponible dans toutes les bonnes librairies et en particulier chez mes partenaires : Fnac, Amazon, Cultura et Decitre.

  • Auteur : Vincent Albouy
  • Collection : Beaux livres
  • Editeur : Quae
  • Format : 148 pages ; 21,5 cm × 24,5 cm × 1,6 cm
  • ISBN : 978-2-7592-3343-4
  • Prix : 26 €

Mon avis sur l’ouvrage

  • Mon avis - 90%
    90%
90%

Mon avis résumé

« L’art d’être amoureux chez les animaux » est un ouvrage à la thématique transversale qui séduira les amoureux de la faune sauvage et ceux qui sont intrigués par les comportements amoureux des animaux. Un livre instructif et passionnant.

L’art d’être amoureux chez les animaux
  • Save

Laisser un commentaire

Share via
Copy link