Vous êtes ici :

Safari ornithologique dans le parc national Bundala

J’ai découvert plusieurs parcs nationaux au Sri Lanka lors de mes voyages naturalistes sur l’île de Ceylan. J’ai passé deux fois une demi-journée dans le parc national Bundala. Présentation, retour sur mes observations ornithologiques et conseils pratiques.

Le parc national Bundala fait parti de ma sélection de sanctuaires ornithologiques à voir au Sri Lanka. Découvrez le reste de ma sélection dans mon article où faire un safari au Sri Lanka ?

Le parc national Bundala

Le parc national Bundala est un lieu d’hivernage d’importance internationale au Sri Lanka pour les oiseaux d’eau migrateurs. En 1991, Bundala est devenue la première zone humide déclarée site Ramsar au Sri Lanka. En 2005, le parc national a été désigné réserve de biosphère par l’UNESCO, la quatrième réserve de biosphère au Sri Lanka. Le parc national est situé à 245 km au sud-est de Colombo et à 16 km de Tissamaharama qui est aussi le camp de base pour faire un safari dans le parc national de Yala.

Téléchargez la carte du parc national Bundala au format PDF

Le parc national Bundala est composé de quatre lagons : Bundala, Embilikala, Malala et Koholankala. Le reste du parc est un mélange de jungle de broussailles et de dunes bordant la mer. Ses plages sont d’importants sites de nidification pour les tortues et ses lagunes sont un paradis pour les oiseaux et les crocodiles.

Récit d’une demi-journée de safari en 2020 autour des lagons de Bundala

Lever de soleil sur Bundala

Nous venons de passer le check-point du parc national Bundala, le soleil n’est pas encore levé. Nous stoppons la jeep sur le bord de l’extrémité nord du lagon Embilikala. J’observe à la jumelle la vie qui s’anime sur et autour de l’eau.

Au total, 197 espèces d’oiseaux ont été recensées dans le parc dont 139 espèces résidentes et 58 visiteurs saisonniers. Ces derniers arrivent pendant l’hiver septentrional (septembre-mars).

Pour l’heure, j’observe un chevalier guignette puis un chevalier gambette dans une lumière crépusculaire délicate pour la photo. Quelques minutes plus tard, c’est une échasse blanche et plus rare à Bundala un jacana à longue queue dans son plumage hivernal.

Le soleil se lève alors qu’un guêpier se pose sur les branches d’un acacia. Je n’arrive pas à distinguer précisément quel est l’espèce. Peut-être un guêpier d’Orient. Les quatre guêpiers- guêpier à queue d’azur, guêpier d’Orient, guêpier d’Europe et guêpier de Leschenault- présents au Sri Lanka fréquentent le parc national de Bundala.

Observations autour du lagon Bundala

Avec l’arrivée du soleil, la jeep s’est mise en route vers le lagon de Bundala. On s’est en réalité très vite arrêté car la lagune attire une incroyable variété d’oiseaux aquatiques, notamment le pélican à bec tacheté, toute une série de limicoles (pluviers, chevaliers, bécasseaux, barges, échasse blanche…) mais aussi des aigrettes, des hérons, ibis, cigognes et des spatules blanches.

La jeep traverse le lagon par une digue. C’est un spot intéressant car la proximité avec les oiseaux est ici plus grande, notamment les limicoles qui traînent le long de la berge en quête de nourriture. C’est aussi à partir de ce spot que j’ai pu observer les premières guifettes moustac et sternes : des caspiennes, des caugek, des naines ainsi qu’un grand œdicnème.

En poursuivant l’exploration, je tombe avec un groupe de tantales indiens, le bec dans l’eau à la recherche de poissons et crustacés. Les échassiers sont bien représentés à Bundala : héron cendré, héron pourpre, héron goliath, héron garde-bœuf, aigrette intermédiaire, grande aigrette, aigrette garzette, cigogne noire, cigogne épiscopale sont bien représentés. J’ai eu la chance de pouvoir observer un jabiru d’Asie. L’espèce est très rare au Sri Lanka. C’est une femelle. On le reconnaît facilement grâce à l’iris jaune que n’a pas le mâle.

Mais où sont les flamants roses ?

Pendant de nombreuses années, les flamants roses ont été les oiseaux les plus appréciés par les visiteurs du parc national Bundala. Mais ils ont quasiment disparu du parc. Pourquoi ? Explications…

Le parc national Bundala était réputé comme le site du sud du Sri Lanka pour observer le flamant rose. On parlait de groupes de plus de 1000 individus avec des pics au-delà des 3000 oiseaux. Ils venaient probablement du Rann de Kutch dans le nord de l’Inde. Certains restaient même dans le parc à l’année. Sauf que la construction du barrage de lunugamverhera en 1994 et le versement d’eau douce dans les lagunes saumâtres du parc national Bundala a doucement modifié l’écosystème. Les flamants roses ont peu à peu disparus du parc.

Pour voir des flamants roses au Sri Lanka, il faudra plutôt se rendre dans le nord de Ceylan sur l’île de Mannar.

Route jusqu’à la plage

La matinée se poursuit à travers les broussailles et petits arbustes en direction du sud du parc. On croisera quelques guêpiers en chemin, un balbuzard pêcheur et un milan sacré sur le même arbre, des bulbuls à ventre rouge ou encore des hirondelles rustiques pour finalement rejoindre l’océan indien et la plage.

Safari le long du lagon Embilikala

Cela fait maintenant près de 2h30 que nous sommes dans le parc national Bundala, il faut penser à prendre le chemin du retour. Le chauffeur nous fait passer par la piste qui longe la rive de la lagune Embilikala. Le premier oiseau que je photographie est un héron pourpré. On retrouve ici le même type d’oiseau aquatique que sur le lagon Bundala. Parmi les nouvelles espèces que j’observe, il y a le bec-ouvert indien appartenant à la famille des Ciconiidae, le vanneau indien que je n’avais pas encore observé ce matin là (ce qui est surprenant), la perruche à collier et la talève sultane.

Les mammifères et reptiles du Bundala

Si on se rend dans le parc national de Bundala pour observer les oiseaux, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de mammifères ou de reptiles dans l’enceinte du parc.

J’ai fait plusieurs observations intéressantes de langurs Hanuman bien actifs dans les arbres ainsi que de crocodiles. Les deux espèces présentes au Sri Lanka se trouvent à Bundala : le crocodile des marais et le crocodile marin.

Les éléphants d’Asie sont parait-il assez fréquemment observé mais je n’en n’ai pas vu. Chacals sri-lankais et léopards s’observent occasionnellement mais ces trois animaux sont en conflit avec les villageois qui habitent autour du parc national. Ils sont généralement craintifs.

J’espère que mon article vous aura donné envie de venir faire un safari ornithologique dans le parc national de Bundala. Prochain étape de mon voyage : le parc national Maduru Oya.

Retour à Bundala en 2023, mon récit de safari

Début février 2023, me voilà de retour à Bundala avec des amis. Je suis heureux de revenir dans ce parc national que j’aime beaucoup. Comme trois ans plus tôt, nous serons quasi seul à explorer le parc en 4×4 à la recherche des oiseaux. Nous observerons 53 espèces différentes. Pas mal en une matinée…

Le long des prairies humides de Bundala

Nous entrons dans le parc national de Bundala au moment où le soleil se lève. Les prairies humides sont davantage en eau qu’il y a trois ans. Pas étonnant vu les trombes d’eau tombées ces derniers jours. Les dépressions humides sont parfaites pour accueillir de nombreux limicoles et échassiers : grand oedicnème, chevalier gambette, chevalier cul-blanc, chevalier stagnatile, combattant varié, petit gravelot, bécassine à queue pointue, rhynchée peinte, pluvier fauve, crabier chevelu, grand gravelot, héron cendré, spatule blanche ou encore le vanneau de Malabar et sa moustache jaune. Bref, ce fut l’abondance d’observations.

Rencontre avec le chacal doré

Alors que nous avançons en direction du lagon d’Embilikala, notre regard est attiré par une carcasse de mammifères. Et quelle surprise de voir à ses côtés un chacal doré. Présent au Sri Lanka, l’espèce s’étend vers le nord de l’Asie et l’Europe.

Chacal doré, Bundala

La talève sultane et le blongios de Chine

On poursuit le safari à Bundala le long du lagon d’Embilikala. Nous avons l’heureuse surprise croiser sur notre route l’anhinga, le cormoran de Vieillot mais surtout la talève sultane et le blongios de Chine que je n’avais jamais vu et qui n’est pas sans rappeler le blongios nain qu’on trouve sous nos latitudes.

Nous sommes quasiment resté une heure à observer tout ce beau monde le long de la roselière.

Un éléphant sur la plage de Bundala

Nous finissons par arriver sur la plage de Bundala. Tout le monde descend u 4×4 pour se dégourdir les jambes et observer la plage depuis le promontoir. Nouvelle surprise : un éléphant est sur la plage en alimentation. on l’observe de loin.

Dernières observations au parc national de Bundala

Après notre pause, nous reprenons doucement la route de la sortie. En chemin, nous ferons nos dernières observations cette année à Bundala : crocodiles, Bec-ouvert indien, perruche à collier ou encore aigle huppé. Etape suivante le Kalametiya Bird Sanctuary.

Cahier pratique – Parc national Bundala

Comment s’y rendre ?

Vol international jusqu’à l’aéroport de Colombo. Le parc national Bundala se trouve ensuite à 3h30 de route.

Recherchez votre billet d'avion



Je vous invite aussi à tester le comparateur de vols Kayak.

Pour vous déplacer sur place : deux options :

  • Les transports locaux (bus et train) : c’est la façon la plus économique pour se déplacer mais c’est aussi la plus lente. Je la préconise si vous avez beaucoup de temps.
  • La location de voiture avec chauffeur : c’est la façon que je préconise si vous n’avez que deux ou trois semaines au Sri Lanka. Je préconise fortement un chauffeur si vous n’avez jamais roulé en Asie. C’est un vrai sport.

Avec qui partir ?

Pour votre voyage naturaliste au Sri Lanka, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence de voyage locale francophone avec qui je suis parti. Je l’ai sélectionnée pour son sérieux et sa connaissance de Ceylan. Contactez Catherine, Experte sur le Sri Lanka.

Où dormir près du parc national Bundala ?

J’ai dormi à Tissamaharama au Blue Turtle Hotel. (réservez l’hôtel sur Booking). Je vous le recommande chaleureusement. Excellent rapport qualité/prix. Chambre spacieuse et confortable sans être luxueuse, belle piscine, au calme, cuisine fraîche alternant spécialités sri lankaises et plats occidentaux. Equipe franco-sri lankaise.

Quand y aller ?

Le climat est sec au parc national Bundala mais reste soumis à la mousson. Les mois d’août à novembre sont les plus pluvieux. Les pluies sont généralement de courtes durées mais de grande intensité.

Le meilleur moment pour observer les oiseaux s’étend d’octobre à mars, période pendant laquelle les migrateurs sont aussi présents.

Guides de voyage et naturalistes

  • Guide du Routard Sri Lanka : guide généraliste pour les voyageurs indépendants.
  • Sri Lankan Wildlife aux éditions Bradt (en anglais) : guides naturalistes de petits formats. Parfait pour emporter en voyage et avoir une vue globale de la faune du Sri Lanka.
  • Wildlife Sri Lanka : Plus fouillé que le précédent, la taille de l’ouvrage l’empêche toutefois de l’emporter avec soi en voyage (en anglais).
  • A Photographic Field Guide To The Birds Of Sri Lanka : présente les 468 espèces du Sri Lanka avec photo. Le livre comprend également des informations sur le climat et la topographie, les ordres et les familles, les résidents, les migrants, les endémiques, les vagabonds et les migrants très rares, la topographie et les principaux sites d’observation des oiseaux (en anglais).
  • Birds of Sri Lanka : L’ouvrage d’identification des oiseaux de référence avec des planches à dessin (en anglais).
  • A Naturalist’s Guide to the Reptiles of Sri Lanka : la référence pour les reptiles au Sri Lanka (en anglais)

Partage et épingle mon article sur Pinterest