Où observer les oiseaux en Camargue ?

Où observer les oiseaux en Camargue ?

 

Où observer les oiseaux en Camargue ? La question peut paraître étrange. A priori partout, dans le ciel me diront même certains. C’est en réalité un peu plus compliqué  que cela. Et si vous êtes venu lire cet article c’est bien que vous vous posez la question, soit parce que vous souhaitez venir pour la première fois en Camargue, soit parce que vous y êtes venu mais que vos observations vous ont déçu.

Alors où observer les oiseaux en Camargue ? Pourquoi cela peut-il être compliqué si on ne prépare pas un peu sa venue en Camargue ?

Marais du VigueiratLa Camargue, un haut lieu de l’ornithologie en Europe

D’une superficie d’environ 178 000 hectares, la Camargue est une vaste zone humide, un paradis pour les oiseaux, les ornithologues et les photographes de nature.

Située au carrefour de l’Afrique, de l’Europe et de la Méditerranée, la Camargue constitue une halte migratoire majeure pour des centaines de milliers d’oiseaux chaque année. Avec plus de 400 espèces d’oiseaux observées dont près de 300 chaque année, la Camargue est un haut-lieu de l’ornithologie en France et en Europe. Elle abrite également l’unique lieu de nidification de flamants roses en France.

L’écosystème est très vaste. C’est la première difficulté pour déterminer où observer les oiseaux en Camargue. Il y a des étangs, des marais, des lagunes, des sansouïres de partout. La présence des oiseaux est influencée par plusieurs éléments dont la teneur en sel et le niveau de l’eau. Une bonne connaissance des biotopes facilite grandement l’observation des oiseaux.

La Camargue comporte également de nombreux terrains privés, des parcelles de chasse, des terres agricoles ou des zones de conservation inaccessibles au grand public.

Les différents statuts de protection en Camargue

La Camargue dispose de nombreux outil de protection qui viennent s’additionner, parfois au point de rendre le message peu lisible du grand public. Le Parc naturel régional de Camargue qui couvre 100 000 hectares est réparti sur trois communes : Arles, Saintes-Maries-de-la-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône. En son sein, on trouve :

  • La réserve naturelle nationale de Camargue
  • La réserve naturelle nationale des marais du Vigueirat
  • La réserve naturelle volontaire de la Tour du Valat
  • Les réserves de chasse maritime et fluviale
  • Les propriétés du Conservatoire du littoral
  • Des Sites Ramsar
  • Une réserve de biosphère UNESCO

Plus d’informations sur les outils de protection à disposition dans le Parc Naturel Régional de Camargue

En dehors du parc naturel régional, on trouve également la réserve naturelle nationale du Scamandre dans le Gard.

Où observer les oiseaux en Camargue ?

Où observer des oiseaux en Camargue ? Je vais vous présenter des sites ornithologiques que j’ai expérimentés et d’autres que j’ai tirés de l’excellent ouvrage « observer les oiseaux en Camargue » de Michel Gauthier-Clerc et Yves Kayser et que j’explorerai dans les prochaines années.

La réserve Naturelle National du Marais du Vigueirat

Située dans l’est de la Camargue dans le secteur du Plan du Bourg, la réserve naturelle nationale du Marais du Vigueirat couvre 1200 hectares de marais. Les sentiers de l’étourneau sont en libre accès (3€, gratuit pour les adhérents à l’association) du lever au coucher du soleil alors que le reste de la réserve n’est accessible qu’en visite guidée (1/2 journée ou journée complète).

300 espèces d’oiseaux ont été recensées dans les marais du Vigueirat dont les 9 espèces de hérons d’Europe (le héron pourpré se reproduit en grand nombre dans les roselières). L’hiver, les marais sont l’habitat des canards : colverts, sarcelles d’hiver, souchets et chipeaux mais aussi de l’aigle criard. Les passereaux y sont aussi bien présents.

La D36B entre Villeneuve et l’étang du Fangassier

La D36B longe des champs, des marais et l’étang de Vacarès. Elle est en accès libre. Vous roulez, faites vos arrêts pour observer et photographier les oiseaux. Depuis la voiture, on a souvent plus de chance de ne pas faire fuir les oiseaux. L’hiver canards hivernants, foulques macroules, grèbes, harles piettes, cygnes de Bewick et garrots à œil d’or s’observent. Côté rapaces, aigle botté et buse variable y sont vus. Toute l’année, le flamant rose s’y voit. J’ai aussi pu observer des goélands railleurs ainsi que des courlis cendrés, vanneaux huppés et étourneaux dans les champs le long de la route.

Afin d’avoir le soleil dans le dos, je vous conseille d’explorer la D36B plutôt le matin.

Etang du Fangassier

Propriété du conservatoire du Littoral, l’étang du Fangassier est l’unique site français de reproduction des flamants roses.  Une colonie de 10 000 couples s’y retrouve pour élever les poussins. La saison de reproduction est une période très délicate pour le flamant rose. C’est pourquoi l’îlot de reproduction est interdit aux visiteurs.

On peut toutefois accéder toute l’année le long de la digue entre l’étang du Fangassier et l’étang du Galabert. Le niveau d’eau et le vent joue beaucoup sur la présence ou non des flamants roses. N’hésitez pas à revenir plusieurs fois. Le soir, le soleil est dans votre dos.

Il est aussi possible de participer à des visites guidées encadrées par le Bureau des Guides Naturalistes pour avoir un accès privilégié à la colonie de flamants roses rassemblés autour des jeunes.

L’étang du Fangassier est aussi un bon spot pour l’observation des limicoles et de la spatule blanche.

La Capelière et Le Salin de Badon

La Capelière est l’un des trois sites de la Réserve Naturelle National de Camargue gérés par la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN) avec le Salin du Badon et la digue à la mer. Situé le long de l’étang du Vacarès, le site permet de découvrir par un sentier d’1,5 km un condensé du biotope camarguais. 4 observatoires permettent d’observer les oiseaux vers les marais et 2 plateformes vers l’étang de Vacarès. La Capelière est réputé pour observer le butor étoilé, le blongios nain, le héron pourpré ou la talève sultane. Le prix de l’entrée est de 3€.

C’est aussi à la Capelière qu’on peut avoir son ticket pour avoir accès au site du Salin de Badon 7 km au sud de la Capelière. Cette ancienne saline royale propose un parcours de 4,5 km et 3 observatoires. L’hiver, canards, oie cendrée, cygnes de Bewick et rapaces (aigle criard, aigle de Bonelli) s’y observent régulièrement. A l’automne, le site est d’un grand intérêt pour les limicoles. Hérons et spatules fréquentent régulièrement le lieu. Le prix de l’entrée est de 3€. 4,50 € si vous le couplez avec la Capelière.

Il est aussi possible de dormir sur place dans un un gîte de 20 places aménagé dans un ancien pavillon de chasse (réservation à la Capelière).

La digue à la mer

La Digue à la mer, le 3ème site de la Réserve Naturelle National de Camargue gérée par le SNPN est accessible en visite libre soit via l’étang de Fangassier, soit via Saintes-Marie-de-la-Mer.

Depuis Saintes-Marie-de-la-Mer, la Digue à le Mer n’est accessible qu’à pied ou à vélo. Depuis l’étang du Fangassier, il faudra garer votre véhicule au parking du Pertuis de la Comtesse situé à environ 1 km puis continuer à pied ou à vélo.

Le long de la Digue à le Mer, on découvre de belles étendues sauvages de sansouïres et de lagunes.

Fauvette à lunettes, bergeronnette printanière sont régulièrement observés. L’étang du Tampan est réputé pour les limicoles. Aigrette garzette et flamant rose fréquentent abondamment les étangs le long de la digue à la mer.

Parc Ornithologique du Pont de Gau

Situé le long de la D570 à seulement 4 km au nord de Saintes-Marie-de-la-mer, le parc ornithologique du Pont de Gau offre 7 km de sentiers pédestres agrémentés d’observatoires ou de postes d’observation pour découvrir les oiseaux de Camargue à une distance qu’il ne sera pas possible de retrouver ailleurs en Camargue.

Le Parc Ornithologique du Pont de Gau est extrêmement intéressant pour l’observation des flamants roses et des hérons (cendrés, aigrettes garzettes, garde-bœufs, crabiers chevelus) mais aussi des canards, des passereaux et des échassiers migrateurs.

Le site propose trois parcours. Le prix de l’entrée est de 7,50 € par personne (5€ pour un enfant de 4 à 12 ans).

Et aussi…

D’autres sites ornithologiques où je n’ai pas encore été :

  • Mas du Pont de Rousty
  • Pointe de Beauduc
  • La Palissade
  • They du Mazet
  • Draille des 5 gorges
  • La réserve naturelle régionale du Scamandre

Les meilleurs saisons pour observer les oiseaux en Camargue

On peut observer les oiseaux toute l’année en Camargue.

JFMAMJJASOND
LégendePériode la plus favorablePériode favorablePériode assez favorablePériode déconseillée ou fermée

Cahier Pratique

Comment s’y rendre ?

Avion

Vol jusque l’aéroport de Marseille puis location de voiture.

 

Recherchez votre billet d'avion

Train

Train jusqu’à la gare d’Arles puis location de voiture

Voiture

Utilisez Google Maps pour calculer votre itinéraire.

Où dormir ?

Les possibilités pour dormir en Camargue sont nombres sur Arles et Saintes-Marie-de-la-Mer. Vous pouvez aussi dormir au plus près des sites ornithologiques dans des mas. Il faut alors impérativement réserver en avance.

Pour organiser votre venue en Camargue, deux adresses indispensables :

Si vous projetez de prolonger votre séjour en Provence dans les Bouches du Rhône, préparez votre séjour sur MyProvence.

Guides d’observation

Conseils divers

  • Emportez un spray anti-moustiques de mars à novembre
  • N’oubliez pas vos jumelles et votre appareil photo. Une optique supérieure à 400 mm est recommandée.
  • Prenez de l’eau avec vous car on n’en trouve pas sur les sites ornithologiques hormis au parc ornithologique du Pont de Gau
  • Attention aux vols dans les voitures : Ne rien laisser trainer dans les voitures et emportez votre matériel photo si vous partez en balade. Sur place, on m’a toujours mis en garde. Je le fais à mon tour.
  • Respectez la règlementation des zones de protection

Partage et épingle mon article sur Pinterest

camargue-pinterest-02
camargue-pinterest-01
Vous avez aimé l'article ? Partagez-le...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi fondateur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net. Mes photos sont sur www.gregoryrohart.com.

Pas de commentaire

Poster votre commentaire

12 − 10 =

Close