Observation des oiseaux sur l’île de May en Ecosse

île de May

Observation des oiseaux sur l’île de May en Ecosse

 

L’île de May est une petite île d’1,8 km de long sur 500 m de large située à l’embouchure du Firth of Forth en Ecosse. Afin de protéger ses oiseaux marins dont le macareux moine, l’île de May est classée « Réserve naturelle nationale ». Ouverte au public du 1er avril au 30 septembre, elle est administrée par le Scottish Natural Heritage.

AnstrutherLa traversée pour l’île de May

Il existe deux points de départ pour rejoindre l’île de May : Anstruther à 8 km et North Berwick à 21 km.

Anstruther offre la possibilité d’effectuer la traverser en zodiac rapide ou à bord du May Princess (26£), un ancien bateau de pêcheur qui peut accueillir jusqu’à 100 passagers. Au départ de North Berwick, seuls des zodiacs rapides sont proposés en raison de la distance.

Guillemots de troïl, île de MayJ’ai réalisé la traversée pour l’île de May à bord du May Princess au départ du port d’Anstruther. La cité côtière est adorable. L’heure du départ change tous les jours en fonction de la marée. Nous avons quitté le port sous le coup de 13h en ce jeudi de juin. La traversée dure environ une heure. Au départ, on admire le paysage, le port d’Anstruther, la côte, les bateaux de pêche croisés en chemin puis à l’approche de l’île de May, c’est l’observation des oiseaux marins qui commencent ainsi que la colonie de phoques gris. Des oiseaux nagent, d’autres volent ou pêchent pendant que d’autres sont sagement sur leur lieu de nidification. Les oiseaux sont partout, c’est l’effervescence.

Phoques gris, île de MayL’île de May abrite jusqu’à 250 000 oiseaux de mer : macareux moines (environ 40 000 terriers occupés), guillemots de troïl (24 000), pingouins Torda (5 000), sternes arctiques, goélands marins, goélands cendrés, mouettes trydactiles (13 000) et d’autres oiseaux. La colonie de phoques gris est d’environ 150 à 200 individus toute l’année avec un pic au moment des naissances.

En fonction de la marée, la visite de l’île de May varie de 2h30 à 3h.

Quels oiseaux voir sur l’île de May au fil des saisons ?

Cette partie est une traduction d’un texte trouvé sur Scottish Natural Heritage.

Les mois de mai et juin sont les meilleurs moments pour voir les oiseaux de mer se reproduire.

Printemps

Les oiseaux de mer commencent à se rassembler sur l’île de may en avril, et leur nombre augmente tout au long du printemps. Vous verrez des guillemots, des fulmars, des sternes, des goélands et, bien sûr, des petits macareux effrontés. Le printemps est un bon moment pour assister aux rituels de parade nuptiale. Vous entendrez également le doux roucoulement des canards eider mâles – et serez à l’affût des femelles qui nichent juste à côté des chemins.

Été

En été, les oiseaux de l’île sont occupés par leurs petits – qui se développent et s’envolent. Au plus fort de la saison de reproduction des oiseaux de mer, cette petite île abrite plus d’un quart de million d’oiseaux !

Macareux moine, île de MayL’automne

En automne, les nombres de phoques gris s’accumulent autour de l’île alors qu’ils se rassemblent pour se reproduire. L’île de May est également une halte idéale pour les oiseaux migrateurs. Plus de 250 espèces se reposent ici lors de leurs voyages nord ou sud.

Hiver

L’île de may peut compter jusqu’à 2 000 bébés phoques en automne et en hiver. En tant que l’un des sites les plus importants pour les phoques dans l’est de l’Ecosse, il constitue un centre de recherche précieux.

Guillemots de troïl, île de MayLe macareux moine, la star de l’île de May

Avec son petit air clownesque, le macareux moine a la faveur des visiteurs. En cette belle journée d’été, il fait chaud et le vent est absent. Quel contraste avec les jours précédents si j’en crois les locaux avec qui j’ai pu discuter.

Quelle merveilleuse météo pour le macareux moine pour aller pêcher ! Car oui, il m’a fallu du temps pour observer mon premier macareux moine sur l’île de May. Tous les terriers semblaient vides. Puis après m’être installé à une position stratégique, j’ai pu observer aux jumelles les allers et venus des macareux moines entre la mer et le terrier, poissons coincés dans le bec entre la langue spinuleuse et la mâchoire supérieure.

Pendant la période de reproduction, les parents stockent et nourrissent leur unique oisillon pendant environ 40 jours, ce qui explique les allers et venues incessants des adultes. Par mauvais temps, ils ont tendance à rester autour du terrier. Aujourd’hui, c’est grand soleil et pas de vent, les macareux moines sont à la pêche.
Macareux moine, île de May

Les premiers oiseaux observés sur l’île de May

A la descente de l’île des guides naturalistes du Scottish Natural Heritage présente l’île de May et rappelle quelques règles comme celle de ne pas sortir des sentiers et de ne pas déranger les oiseaux.

A la descente du Princess of May, ce sont les sternes arctiques qui se font remarquer. Le chemin passe à côté de leur nid. Elles sont assez agressives pour les défendre. Cet oiseau me fascine. Colorée, avec un poids moyen de 100 g, la sterne arctique effectue chaque année la plus grande migration mondiale d’un pôle à l’autre jusqu’à la mer de Weddell en Antarctique. Je fais quelques photos et poursuis mon chemin vers le phare Stevenson. Je croise en chemin mon premier huitrier pie et de nombreux lapins ainsi qu’une femelle eider à duvet sagement assise les yeux fermés sur un promontoire rocheux.

Je décide de partir m’aventurer le long de la côte sud où j’avais pu observer les nids en arrivant en bateau.

Sterne arctique, île de May

île de May, phare Stevenson

Lapin, île de MayExploration de la côte sud de l’île de May

Quel beau temps il fait, tout le monde laisse tomber sa veste pour rester en t-shirt ou en chemise. Les guillemots de troïl sont particulièrement nombreux. Comme à leurs habitudes, ils nichent en groupe. A ma grande surprise, les pingouins Torda ou petit pingouin sont aussi bien représentés. L’observation est vraiment facile. Je l’ai déjà dit dans d’autres articles sans doute mais c’est pour moi l’oiseau le plus élégant. J’ai toujours l’impression qu’il s’est apprêté pour aller à un bal. J’observe et photographie également la colonie de mouettes tridactyles et le fulmar boréal.

Je me délecte de cette nature et fais des va et vient le long des différentes falaises et baies. C’est déjà l’heure du retour, il faut rejoindre le bateau. Une nouvelle merveilleuse journée en Ecosse. Prochaine étape : Troup Head et ses fous de Bassan.

guillemot de troïl, île de May

île de May

Mouette tridactyle, île de May

Pingouin Torda, île de MayCahier pratique

Comment s’y rendre ?

Depuis l’aéroport d’Edimburgh, il faut à peine plus d’une heure pour rejoindre Anstruther via l’A92.

 

Recherchez votre billet d'avion

 

Où manger ?

Il n’y a pas de quoi se restaurer sur l’île de May. Je vous conseille de manger avant ou d’emporter avec vous de quoi manger sur place. Il y a des tables de pique-nique et des toilettes au centre des visiteurs. Vous trouverez de quoi vous restaurer ou vous ravitailler sur le port d’Anstruther.

L’ Anstruther Fish Bar est une institution. On fait la queue pour emporter ou manger sur place son fish and chips.

Où dormir ?

J’ai dormi dans un B&B, The Coastal Inn, au dessus d’un bar calme (et oui, ils ne le sont pas tous). Le patron est très sympa, chambre clean et confortable. Je recommande. Pas de site internet mais réservation possible sur Booking. Les autres avis sont identiques au mien.

Guides ornithologiques

Plus d’infos pour préparer votre séjour en Ecosse et plus globalement au Royaume-Uni : Visit Britain

Partage et épingle mon article sur Pinterest

MAY-01
MAY-02
Vous avez aimé l'article ? Partagez-le...
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email
Grégory Rohart
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, vous adorez la nature, suivez mes conseils et inspirez-vous de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Aussi fondateur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net. Mes photos sont sur www.gregoryrohart.com.

Pas de commentaire

Poster votre commentaire

un × 5 =

Close