10 oiseaux faciles à observer en Islande

10 oiseaux faciles à observer en Islande

Avec plus de 360 espèces d’oiseaux répertoriés dont 75 qui s’y reproduisent, l’Islande compte plus de 200 espèces de moins qu’en France. On pourrait croire que c’est un désavantage pour le voyageur amoureux de la nature. Il n’en n’est rien car en Islande les observations sont beaucoup plus faciles. Voici donc en 10 photos 10 oiseaux faciles à observer en Islande. Je vous donne également quelques informations sur les lieux pour les voir.

1 – La mouette tridactyle

Mouette marine présente sur toute la côte islandaise. Pour la prendre en photo, le plus facile est d’aller l’observer lorsqu’elle niche sur les falaises. A ne pas confondre avec le pétrel fulmar plus bas dans la liste. Le plus simple pour les différencier est d’observer le bec. Chez la mouette tridactyle, il est jaune avec un léger liseré rouge dans le coin supérieur de la bouche. Chez le pétrel fulmar, il est crochu.

  • Trait particulier : particulièrement bruyante sur les sites de reproduction
  • Où l’observer : sur l’ensemble des côtes islandaises
  • Période : janvier à août

Mouettes tridactyles2 – Le pétrel fulmar

Commun en Islande, le pétrel fulmar peut s’observer sur les corniches où il niche mais aussi en pleine mer où il vole à raz des vagues.

  • Trait particulier : bec crochu et vol plané
  • Où l’observer : en pleine mer autour des bateaux et sur les falaises où il niche sur l’ensemble des côtes islandaises
  • Période : avril à août

Petrel Fulmar3 – L’eider à duvet

L’eider à duvet a une relation étroite avec les islandais qui récoltent le duvet après que le canard a mué. Sur l’île de Flatey, le site est même interdit au public du 15 mai au 15 juillet pendant la période de reproduction. L’Eider à duvet mâle est complètement différent de la femelle. Alors que cette dernière est plutôt terne et brune, le mâle étincelle de contrastes : dos blanc, poitrine légèrement rosée, ventre, flancs, queue et croupion noirs.

  • Trait particulier : chant – « cou – rouuu » pour le mâle et « korr-rrr » pour la femelle
  • Où l’observer : îles Vestmann – Jökulsárlón – Flatey et sur l’ensemble du pourtour islandais
  • Période : Fin mai à fin août

Eider à duvet4 – La sterne arctique

La sterne arctique est l’un de mes oiseaux préférés. Gracieuse, elle s’est aussi se montrer agressive envers ceux qui s’approchent trop près des nids. Elle n’hésite pas à venir attaquer l’intrus d’un coup de bec. C’est l’oiseau qui entame la plus longue migration de la planète puisqu’il rejoint la banquise de l’Antarctique l’hiver. Difficile à imaginer quand on le voit en Islande puisqu’il ne mesure que 95 cm pour les plus grands spécimens et ne pèse que 100 grammes en moyenne.

  • Trait particulier : les couples sont unis pour la vie
  • Où l’observer : Sur les côtes islandaises en particulier près de Vík et Jökulsárlón
  • Période : Mai à août

Sterne arctique5 – le Guillemot de troïl

Oiseau marin qui ne vient à terre que pour nicher au milieu des corniches rocheuses au printemps et pendant l’été. Parfois confondu avec le pingouin torda, ils sont pourtant facilement différenciables dès lors qu’on arrive à observer le bec. Ils nichent souvent côte à côte y compris avec le macareux moine et le guillemot de Brünnich.

  • Trait particulier : certains spécimens présentent un cercle oculaire blanc, s’étendant jusqu’à former une fine ligne blanche post-oculaire
  • Où l’observer : falaises de Látrabjarg
  • Période : Mai à mi-juillet

Guillemot de troïl6 – Le phalarope à bec étroit

Voilà un oiseau qui attire l’attention dès lors qu’on le voit nager car il tourne souvent sur lui-même pour former un tourbillon et faire remonter le plancton et les larves de moustique à la surface de l’eau. J’ai pu l’observer dans pas mal d’endroits pendant l’été mais le meilleur de tous est sur l’île de Flatey.

  • Trait particulier : A l’automne, le phalarope à bec étroit migre en mer d’Oman. Les femelles sont les premières à partir dès début juillet, puis suivent les mâles et les jeunes.
  • Où l’observer : Flatey
  • Période : Mai à août

Phalarope à bec étroit7 – Le cygne chanteur

Le cygne chanteur est le plus commun des cygnes en Islande. Attention à ne pas le confondre avec le cygne de Bewick qui dispose aussi d’un bec jaune. Pour les différencier, il faut regarder la taille des spécimens. Le cygne chanteur est plus grand et son bec un peu moins jaune. On l’observe dans les zones humides qu’il affectionne. Souvent vu dans les fjords de l’est et sur la péninsule d’Hornstrandir.

  • Trait particulier : C’est le cygne le plus bruyant mais hélas il n’est pas bon chanteur !
  • Où l’observer : lacs, deltas des fjords de l’est
  • Période : avril à septembre

Cygnes chanteurs8 – Le macareux moine

Oiseau emblématique d’Islande, le macareux moine est celui que tous les voyageurs veulent voir en Islande. Oiseau pélagique, il niche en colonie sur les pentes herbeuses du haut des falaises islandaises. Le meilleur spot est sans nul doute à Látrabjarg.

  • Trait particulier : l’hiver il perd en grande partie ses couleurs, ce qui le fait davantage ressembler à un mergule nain en plus grand
  • Où l’observer : falaises de Látrabjarg – Flatey – Vestmann – Borgarfjörður Eystri – Vík
  • Période : Mai à mi-juillet

Macareux moine9 – Le chevalier gambette

Limicole haut sur patte comme son nom laisse le supposer, le chevalier gambette lance un cri strident et sert de sentinelle à de nombreuses autres espèces d’oiseaux. On l’observe souvent près de l’eau et des vasières où il trouve sa nourriture.

  • Trait particulier : Saviez-vous qu’il migrait plutôt la nuit ?
  • Où l’observer : Flatey – Vestmann
  • Période : Mai à juillet pour les migrateurs ; quelques résidents à l’année

Chevalier gambette10 – L’huîtrier pie

Oiseau de rivage, l’huîtrier pie est commun en Islande. Plutôt trapu avec un bec rouge allongé, il ne peut se confondre avec une autre espèce.

  • Trait particulier : cri strident « pik pik pik » rappelant l’alarme lancée par une marmotte
  • Où l’observer : sur le bord des plages, dans le creux des fjords et dans les prairies proches de points d’eau sur toute l’Islande continentale et les îles
  • Période : Permanent dans l’ouest de l’Islande ; avril à juillet dans l’est de l’Islande

Pour compléter cet article, découvrez mes 8 spots favoris pour observer les macareux moines et autres oiseaux d’Islande.

Huitrier pie

Cahier pratique

Comment y aller ?

Vol international jusque Reykjavik. Il y a aussi la possibilité de prolonger via des vols internes. Mais la plupart des voyageurs s’arrête à Reykjavik et loue un véhicule.

Recherchez votre billet d'avion

Cartes et guides

Pour vos observations ornithologiques en Islande, je vous conseille :

–  o  –

Pour votre séjour ornithologique en Islande mais plus généralement pour votre voyage/trek en Islande, je vous conseille d’adresser votre demande de voyage sur mesure auprès de l’agence de voyage francophone avec qui je travaille en Islande. Je l’ai sélectionné pour son sérieux et sa capacité à répondre aux demandes personnalisées. Contactez Jean-Marc, Expert sur les voyages nature en Islande.

Partage et épingle mon article sur Pinterest

 

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne / 5. Nombre de votes

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

PARTAGE L'ARTICLE SUR TES RESEAUX SOCIAUX
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Grégory Rohart

Je m'appelle Grégory et je suis l'auteur de ce blog sur les safaris, l'ornithologie et l'observation animalière. Si comme moi, tu aimes la nature, suis mes conseils et inspire-toi de mes carnets de safari pour voyager en découvrant la vie sauvage. Ambassadeur Fujifilm, j'encadre aussi des séjours photo. Aussi fondateur des blogs www.i-voyages.net et www.i-trekkings.net. Mes photos sont sur www.gregoryrohart.com.

2 Comments
  • Forcément la sterne et le macareux sont mes préférés 🙂 Rigolo de voir qu’il y a quand même pas mal d’oiseaux communs avec la France !

    14 mars 2017 at 17 h 08 min

Post a Comment